Votre météo par ville

Le HVE, pour se démarquer

18-03-2020

Actualité

Terre à terre

Le HVE (haute valeur environnementale) apparaît désormais comme la nouvelle panacée. Mais son obtention est-elle si facile ? Quelle valorisation permet-elle ? Alors que le nombre d’exploitations certifiées augmente en France, il n’y en a qu’une dans le Pas-de-Calais. Et aucune dans le Nord.

Par un communiqué du 26 février 2020, le ministère de l’Agriculture annonce que 5399 exploitations agricoles sont actuellement certifiées Haute valeur environnementale (HVE).  Soit trois fois plus qu’au 1er janvier 2019 (1518). Un dispositif qui, rappelle le ministère, vise « à identifier et valoriser les exploitations agricoles préservant la biodiversité et limitant l’impact de leurs pratiques sur l’environnement ».

Dans les Hauts-de-France, les chiffres ne sont pas aussi impressionnants : il n’y a qu’une seule exploitation certifiée dans le Pas-de-Calais, et aucune dans le Nord (elles sont 4 dans la Somme, 4 dans l’Oise et tout de même 55 dans l’Aisne). Pour comparaison, la Gironde, qui compte le plus grand nombre d’exploitations certifiées, en dénombre 1047. Il faut dire aussi que c’est la filière viticulture qui dénombre le plus d’exploitations certifiées. 

Carte publiée sur le site du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Le défi reste en tout cas important par rapport aux exigences du plan biodiversité de 2018, qui fixe un objectif de 15 000 exploitations à l’horizon 2022 pour toute la France et de 50 000 en 2030.

Une certification qui date de 10 ans

Mais si le HVE apparaît comme la nouvelle panacée, qu’en est-il sur le terrain ? Les exploitants de la région sont-ils en train de s’y mettre ? Début février 2020 à Arras (62), la chambre d’agriculture faisait le point sur la situation dans les Hauts-de-France.

« Le HVE existe depuis près de 10 ans », rappelle tout d’abord Marie-Catherine Desprez, conseillère environnement à la chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais. C’est bien sûr la loi Egalim, et l’évolution des critères pour les repas servis dans les restaurants collectifs, qui l’a remis sur le devant de la scène.

« Pour l’instant, la certification HVE n’apporte pas de plus-value comme le bio, mais elle est de plus en plus demandée par les négociants, les coopératives… »

Marie-Catherine Desprez

« Pour l’instant, avoir la certification HVE n’apporte pas de plus-value comme avec le bio, mais c’est de plus en plus demandé par les négociants, les coopératives… », souligne Marie-Catherine Desprez. Obtenir la petite pastille rouge et blanche permet ainsi de « satisfaire les exigences du marché, de répondre aux attentes sociétales, d’entrer dans une démarche de progrès ou encore d’assurer la pérennité économique de l’entreprise », résume-t-elle.

Le problème est que cette certification se base sur un référentiel assez ancien, « parfois pas adapté », souligne Marie- Catherine Desprez. De plus, « dans le Nord et le Pas-de-Calais il y a souvent des échanges de parcelles : comment fait-on dans ce cas ? Et comment cela se passe-t-il quand l’élevage fait partie d’une entité et les cultures d’une autre ? Pour l’instant nous n’avons pas de réponses claires du ministère sur ces cas particuliers. »

Trois étapes de certification

On entend souvent parler des niveaux 1, 2 et 3 de la certification. En réalité, il s’agit plus d’étapes que de niveaux, le n°3 correspondant à la certification HVE. « Le niveau 1 n’est ni plus ni moins qu’un respect des normes environnementales de la conditionnalité, précise Marie- Catherine. Une fois délivrée, l’attestation est valable un an. »

Pour atteindre le niveau 2, l’exploitant doit respecter 16 exigences supplémentaires. Certaines démarches environnementales peuvent être reconnues dans ce cadre sur le principe de l’équivalence. Le niveau 3 enfin est le plus exigeant et « s’appuie sur des obligations de résultats mesurées par des indicateurs de performances environnementales » précise le gouvernement sur son site.

Pour obtenir la certification, précise-la représente de la chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais, il faut tout de même débourser entre 900 à 1000 euros.

Deux façons d’obtenir la certification

Le HVE peut être obtenu de façon individuelle ou collective. Il existe deux voies pour obtenir l’obtenir, au choix de l’exploitant.

Valable trois ans  

« Le HVE n’entraîne pas forcément une obligation de changement de pratiques, précise Marie-Catherine Desprez. Mais ce n’est pas si facile, tout le monde ne pourra pas l’avoir prévient-elle. » Tout dépendra en effet des systèmes d’exploitations.

Et si la région est en retard, de nombreux agriculteurs entrent progressivement dans la démarche (demande d’informations, inscription à des formations, groupe de travail) : des exploitations HVE devraient donc bientôt fleurir dans la région. Mais, dans la plaine les agriculteurs s’interrogent : « On avait déjà le Global gap, il faudra quoi encore après ? »

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Une enquête sur l’impact économique du Covid-19 dans la filière équine
La filière cheval a élaboré un questionnaire pour mesurer l’impact économique de la crise sanitaire sur les en [...]
Lire la suite ...

Fleurs cherchent débouchés pour s’épanouir
Privés de vente depuis l'instauration du confinement le 17 mars, les horticulteurs continuent de chérir leurs plantes [...]
Lire la suite ...

Elle assiste à son premier vêlage à 22 mois
Confinement oblige, Chiara, 22 mois, vient d'assister à son premier vêlage à la ferme de ses parents située dans le [...]
Lire la suite ...

En direct : la Région élabore son plan de crise
C’est dans des circonstances tout à fait inédites, comme tout ce que nous vivons actuellement d’ailleurs, [...]
Lire la suite ...

Carte interactive, solidaire et agricole
En cette période de crise, les habitudes sont chamboulées. Des agriculteurs cherchent de nouveaux canaux de distributi [...]
Lire la suite ...

Covid-19 : Un numéro vert pour les agriculteurs
Les chambres d’agriculture des Hauts-de-France ont lancé un numéro vert pour accompagner les agriculteurs dans l [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires