Votre météo par ville

Visite guidée d’une unité de méthanisation dans les Flandres

22-10-2020

Actualité

Terre à terre

Rencontre avec Stéphane Liévin qui a plaqué son job chez Danone pour rejoindre ses deux frères, Didier et Vincent, sur l’exploitation familiale à Volckerinckhove (59). Objectif : se lancer dans la méthanisation.

Unité méthanisation volkerinckhove
Cette unité de méthanisation a été installée au coeur de l’exploitation des frères Liévin, dans les Flandres, à Volkerinckhove, en 2017. © DR

Les dômes verts des digesteurs de l’unité de méthanisation de l’exploitation des frères Liévin, à Volckerinckhove, dans les Flandres, s’aperçoivent au détour d’un virage. Cette ferme faisant du porc en naisseur-engraisseur et cultivant 80 hectares s’est lancée dans cette activité complémentaire en 2017.

Chaque jour, des déchets agroalimentaires intègrent le premier digesteur, installé au cœur de l’exploitation. Leur composition ? Des déchets issus de coopératives de céréales, en provenance de l’industriel McCain, des tontes d’herbes fauchées le long des routes départementales et bien sûr les 15 m3 de déjections animales produites par les quelque 300 truies,

Un processus à chaud

Sous l’effet des bactéries et d’une température de 40° C, ces déchets solides sont progressivement dégradés et libèrent du gaz. Ce gaz monte progressivement sous le dôme, ce qui le fait gonfler. Trois bâches sont superposées pour éviter qu’elles ne s’arrachent ou n’explosent sous l’effet du gaz. « C’est une soupape de sécurité », détaille avec passion Stéphane Liévin, qui gère cette activité.

Les déchets resteront 42 jours dans cette première cuve, avant d’être dirigés par une pompe (qui retire 30 m3 par jour) vers le second digesteur. Là, les 20 à 30 % de gaz restant dans les déchets seront extraits pendant encore 42 jours. « Dans le deuxième digesteur, on affame les bactéries pour qu’elles dégradent ce qu’il reste de gaz dans les déchets.»

Unité méthanisation volkerinckhove
Stéphane Liévin dans l’antre de pilotage de son unité de méthanisation. © DR

Les digesteurs fonctionnent grâce à un moteur à injection électrique qui chauffe de l’eau qui va serpenter le long des cuves tous les trente centimètres, sur cinq mètres de hauteur, permettant de maintenir une température tropicale. 90 % de la chaleur est ensuite valorisée et permet de chauffer la nurserie des petits porcelets.

« Aller au bout des choses »

Le biométhane ainsi produit sur l’exploitation est transformé en électricité par cogénération, et représente la consommation annuelle de 500 foyers de quatre personnes. « Quand on s’est lancé, on ne pouvait pas être raccordé au réseau de gaz, c’est pour cela que nous le transformons en électricité », détaille cet ancien de chez Danone, intarissable sur le sujet.

Et pour cause, depuis le lancement de la réflexion avec ses deux frères, Didier et Vincent, en 2014, il s’est lancé à corps perdu dans cette aventure. « Mes deux frères étaient alors associés en Gaec et je travaillais chez Danone depuis vingt ans. Je faisais le lien entre l’usine et les producteurs de lait, détaille-t-il. L’idée avec la méthanisation, c’était d’aller au bout des choses. On avait un potentiel qu’on n’exploitait pas avec les déjections animales, et le but était aussi d’être autonome en engrais. »

« L’idée, avec la méthanisation, c’était d’aller au bout des choses. On avait un potentiel qu’on n’exploitait pas avec les déjections animales, et le but était aussi d’être autonome en engrais. »

Stéphane Liévin

Des revenus stables

La réflexion s’est surtout engagée à un moment où les cours du porc étaient au plus bas et l’avenir financier de l’exploitation incertain. « Ça a permis de revaloriser l’élevage de porcs et de garantir des revenus fixes dans le temps », détaille-t-il.

Après deux ans de remue-méninges et une année de chantier, qu’ils ont en grande partie réalisé eux-mêmes, Stéphane Liévin a rejoint ses frères à temps plein. « Au départ, ce n’était pas prévu, mains on ne trouvait personne qui acceptait d’y travailler.»

Un suivi 24h/24

Il faut dire que la méthanisation « nécessite beaucoup de suivi. Il ne faut pas croire que tout se fait tout seul. La méthanisation, ça tourne 24h/24. Pour un oui ou pour un non, une pompe coince, une électrovanne se bloque et des alarmes résonnent. Vu les montants d’investissement, il faut être rigoureux ».

« La méthanisation est une petite industrie, poursuit Stéphane Liévin. Tout est commandé par des électrovannes, des contacteurs. Le digesteur est une cocotte minute chauffée en permanence.»

Autre point de surveillance pour que les déchets se dégradent correctement, « il faut être très régulier à la fois dans la manière d’alimenter le digesteur et dans les matières qu’on y apporte. Il faut au moins 50 % de déjections animales. Les bactéries sont très sensibles à leur environnement.»

Rien ne se perd

La méthanisation génère également du soufre, « ce qui est mauvais pour le moteur ». Alors que le gaz monte en hauteur, un filet tendu en haut de la cuve, sous le dôme, retient le soufre qui sera récupéré pour nourrir les plantes dans les champs. Et comme rien ne se perd dans la méthanisation, le digestat, entendez par là les déchets restant du processus de méthanisation, retournent aux champs pour nourrir les plantes. Grâce à ce procédé, l’exploitation de 80 hectares est autonome en engrais depuis trois ans.

Autre paramètre à prendre en compte : l’asséchement nécessaire du gaz issu de la méthanisation avant de l’injecter dans le réseau. Le gaz passe ainsi dans un serpentin de 80 mètres installé dans le sol, qui est à une température moyenne de 10 °C. « C’est un puits à condensation. L’eau contenu dans le gaz se dépose dans le fond des tuyaux », ce qui permet de l’assécher.

Extension

Unité méthanisation volkerinckhove
Une extension est en cours de construction. Elle devrait être opérationnelle en 2021. © DR

Mise en service le 4 juillet 2017, cette unité sera bientôt rejointe par sa petite soeur. Les trois frères travaillent sur une extension. « Elle devrait déjà être en service, mais elle a pris du retard avec le confinement», confie Stéphane Liévin. Pour l’instant, la cuve n’est pas encore couverte.

Elle sera bientôt raccordée à une nouvelle canalisation de gaz toute neuve, de six kilomètres. Le chantier est en cours, pris à 60 % en charge par l’agriculteur et à 40 % par GRDF. Lors de sa mise en service, prévue en 2021, elle pourra alimenter jusqu’à 2000 foyers en gaz.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salaires : nouvelle revalorisation en agriculture, avancée dans l’industrie de la volaille 
Les partenaires sociaux se sont mis d'accord pour augmenter de 0,9 à 1% les salaires minimaux de la branche production [...]
Lire la suite ...

Chambres d’agriculture : une ordonnance crée un nouveau modèle de réseau régional 
Une ordonnance parue au Journal officiel le 21 janvier permet la création d'un nouveau modèle d'organisation dans le r [...]
Lire la suite ...

Le loup présent dans la Somme
Plusieurs brebis ont été blessées par un loup dans la nuit du 20 au 21 janvier dans la commune de Lasfresguimont-Sain [...]
Lire la suite ...

Egalim 2 : le médiateur « enquête » sur la légalité des baisses de prix chez Sodiaal 
Le ministère de l'Agriculture confirme la saisie en début de semaine du médiateur des relations commerciales pour "en [...]
Lire la suite ...

Bio : le taux de déconversions pourrait atteindre 5% en 2021 (Agence bio)
En 2021, selon les chiffres provisoires de l’agence bio publiés le 21 janvier, près de 4% des exploitations convert [...]
Lire la suite ...

Protéines animales : Ÿnsect démarrera sa ferme verticale au second semestre
Entreprise de production de protéines et d’engrais naturels d’insectes fondée en 2011, Ÿnsect a annoncé [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires