Votre météo par ville

Agriculture bio : portes ouvertes à la ferme d’Hilbert ce week-end

22-09-2022

Actualité

Agenda

En dix ans, Anne Lieven a transformé l’exploitation familiale en valorisant l’agriculture biologique. La ferme d’Hilbert ouvre ses portes au public ce week-end à Étaples (62).

Anne Lieven a repris l’exploitation de son père en 2012. © Victorine Alisse

Pendant que les Bleus célébraient leur premier titre mondial, un agriculteur d’Étaples convertissait son exploitation à l’agriculture biologique. Un précurseur en 1998 ! Vingt-quatre ans plus tard, sa fille poursuit l’aventure bio au sein de la ferme d’Hilbert, sur la Côte d’Opale. Ici, on parle même d’un modèle d’agriculture paysanne. Comprenez une agriculture nourricière respectueuse de l’environnement, en lien avec son territoire.

C’est avec cette philosophie qu’Anne Lieven gère les différentes activités de la ferme : un verger de 3,5 hectares, 15 vaches blondes d’Aquitaine et 50 hectares de cultures céréalières. « L’agriculture paysanne prône l’autonomie de l’agriculteur dans la commercialisation, c’est lui qui reste décisionnaire. On assume un lien fort avec la nature. L’agriculture biologique nous pousse à maintenir un environnement de qualité. » Ainsi, la ferme d’Hilbert est engagée avec le label Bio cohérence qui rehausse le niveau d’exigence du cahier des charges.

Simplifier pour maîtriser

Anne Lieven a pris la succession de son père, Daniel Trollé, en 2012. En dix ans, l’ingénieure agronome simplifie le système de cultures pour maîtriser le salissement des parcelles. Fini la production de pommes de terre et de légumes. Fini l’élevage du troupeau d’Highland Cattle. « Il ne fallait pas se disperser. Ce sont des choix stratégiques. Et puis, on se spécialise dans ce que l’on préfère. Moi, je préfère les fruits ! »

Parlons stratégie, justement. Du côté de l’élevage, l’accent sera mis sur l’économie fourragère. « Au vu des fluctuations du cours des céréales et de l’énergie, il faut aller vers l’autonomie pour tirer son épingle du jeu. » En produisant du foin dans ses prairies temporaires, Anne fait l’économie de fourrages extérieurs. Autres points d’orgue : la clarté et l’honnêteté.

« Nous devons être dans l’ouverture et la pédagogie avec le consommateur. Nous ne devons pas prétendre que nous avons raison, mais expliquer pourquoi nous avons fait le choix de l’agriculture biologique. »

Si elle a écarté certaines productions, Anne Lieven en a également testé d’autres, à l’image du blé ancien. L’essai a été transformé, sur son exploitation et celles d’autres agriculteurs. Les semences fournies par l’INRA ont même été multipliées. « Des filières de blé ancien se constituent pour fabriquer du pain avec un goût et des propriétés différents. On a sélectionné les variétés et les populations les plus intéressantes. »

D’ailleurs, certains producteurs seront présents lors des portes ouvertes dimanche 25 septembre à la ferme d’Hilbert. Le public y découvrira les semences paysannes exposées dans la ferme, du blé jusqu’à la farine, avec des transformations en pain, pâtes et crêpes. Côté verger, les visiteurs auront la possibilité de cueillir les pommes. « Les calibres sont plus petits, mais on n’a pas à se plaindre, relativise Anne. C’est une bonne année. » Un optimisme que l’agricultrice aura à cœur de transmettre au public pour traduire au mieux l’esprit de l’agriculture paysanne. 

Nicolas De Ruyffelaere

Lire aussi : Événement : Dégustez local pour octobre rose à Terres de goûts

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : fin des mesures de restriction dans le Pas-de-Calais
Compte tenu des pluies parfois importantes de ces dernières semaines, le préfet du Pas-de-Calais a décidé de lever t [...]
Lire la suite ...

Numéro 290 : 25 novembre 2022

Sapins : Une saison qui se joue en un mois
C'est officiel : la saison des fêtes a commencé. Après les cadeaux, il est temps de penser au menu et au sapin. À l [...]
Lire la suite ...

Porcs : Une période compliquée dans les Hauts-de-France
L'Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Picardie ont tenu leur assemblée général [...]
Lire la suite ...

Comment imaginer l’élevage porcin de demain ?
L’assemblée générale de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Pica [...]
Lire la suite ...

Betteraves : On attend du soleil et du vent
Après le soleil, la pluie est aujourd'hui le problème. Dans les temps pour le moment, la récolte de betteraves dans l [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires