Votre météo par ville

Enseignement : À Hazebrouck, on forme à la diversification

13-07-2022

Actualité

#Tracetonsillon

Dès la rentrée 2022, une nouvelle formation ouvrira ses portes à l’institut d’Hazebrouck. Elle a pour but de former en apprentissage des jeunes à la transformation et à la commercialisation des produits agricoles.

Sébastien Malesys, directeur de l’institut d’Hazebrouck, et Clémence Decuyper, formatrice, ont présenté la nouvelle formation pour la certification de spécialisation « Production, transformation, commercialisation de produits fermiers ». © L. D.

À peine l’année scolaire terminée à l’institut d’Hazebrouck (59) qu’on pense déjà à la rentrée et au commencement d’une nouvelle formation : un certificat de spécialisation (CS) pour la transformation et la vente des produits agricoles.

C’est le premier CS à l’institut et il vient d’être agréé par le ministère de l’Agriculture. « Ce CS se fera en contrat d’apprentissage, annonce Clémence Decuyper, formatrice à l’institut d’Hazebrouck. Il est donc accessible aux jeunes de 18 à 30 ans ayant un niveau bac. »

À la demande des agriculteurs

La formation s’étend sur une année scolaire au rythme de deux jours par semaine au centre de formation et trois jours dans une exploitation agricole. « Il n’y a pas d’inquiétude à avoir quant à la possibilité de trouver une exploitation hôte car il y a énormément de demandes de la part des exploitants du territoire des Flandres », reconnaît la formatrice qui a réalisé une enquête au préalable auprès des agriculteurs. Nombreux sont ceux qui cherchent des salariés déjà formés prêts à les épauler et à les orienter dans leur activité de transformation.

Durant les jours de formation, les élèves apprendront à développer un atelier en lien avec une production agricole. « Ici, on ne cherche pas à se spécialiser dans un type de production, commente Clémence Decuyper. L’idée est de les initier à tous les types de transformation afin qu’ils soient polyvalents. Mais aussi à tous les aspects de cette activité que peuvent être la réglementation, la qualité des produits ainsi que l’hygiène, par exemple. »

Pour cela, l’institut d’Hazebrouck a créé des partenariats avec l’école d’ingénieurs Junia, à Lille, et l’institut de Genech, à Lesquin, pour utiliser les compétences et outils dont ils disposent.

Une formation ancrée dans le territoire

Mais la transformation des produits agricoles n’est pas la seule discipline qui leur sera enseignée. Les notions de productions animales et végétales seront aussi abordées, ainsi que la commercialisation avec du marketing et de la communication. « L’idée est d’apporter de la méthodologie dans la création d’un nouvel atelier au sein d’une exploitation, ajoute la formatrice. Nous avons donc ajouté des modules d’organisation, de gestion de projets ou encore de la réglementation. »

Ce diplôme, qui s’inscrit dans la continuité d’un BTS, se veut aussi ancré dans le territoire des Flandres pour répondre aux attentes des agriculteurs. « Nous avons donc fait appel à des exploitations qui ont déjà un atelier de transformation ou un magasin de vente directe pour réaliser des travaux pratiques chez eux, explique Sébastien Malesys, directeur de l’institut d’Hazebrouck. Ce CS fait aussi le lien entre nos deux enseignements principaux, ici, à l’institut que sont l’agriculture et la vente. Elle vient compléter l’offre que nous proposons. »

Une triple casquette de compétences

Plus que des cours et ateliers, la formation a pour but de proposer une vue panoramique de la diversification d’une exploitation agricole.

« En une année d’apprentissage, nous voulons que le jeune obtienne une triple casquette qui lui permette d’avoir les compétences en matière de production, de transformation et de commercialisation, explique Clémence Decuyper. Car lorsqu’un agriculteur se lance dans une activité de diversification, s’il n’a pas eu de formation au préalable, il y a toujours une des trois compétences qui pèche. » D’où l’intérêt de suivre une formation.

Les agriculteurs prêts à accueillir un apprenti y voient une manière de se conformer aux réglementations, mais aussi l’occasion d’apprendre de nouvelles choses via leur apprenti et de ne pas avoir à former un jeune.

Pas besoin d’avoir un projet de reprise d’exploitation ou de diversification pour suivre le CS. « On peut juste s’y intéresser ou avoir envie de travailler dans ce type de structure pour intégrer la formation, précise la formatrice. Au contraire, ce CS doit permettre aux jeunes d’avoir toutes les cartes en main pour faire les bons choix. » 

Pour plus de renseignements, contactez Clémence Decuyper par mail : clemence.decuyper@cneap.fr

Lucie Debuire

Lire aussi : MFR : « Haut et fort les valeurs de l’alternance »

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires