Votre météo par ville

SIA 2022 : Il rêve de voir Passoire sacrée grande championne

24-02-2022

Actualité

Les rendez-vous professionnels

Installé au sein de l’exploitation familiale, à Licques, Nicolas Rétaux présente Passoire dans la catégorie rouge flamande du Concours général agricole des animaux. Rencontre avec un éleveur passionné en pleins préparatifs pour Paris.

Entraînée par Nicolas Rétaux, Passoire produit entre 25 et 30 kg de lait par jour, avec des taux de matière grasse à 45 et de matière protéique à 32, un lait idéal pour le beurre et les fromages. © L.T.

C’est en accompagnant la vache d’un éleveur sur le Salon de l’agriculture que Nicolas Rétaux a goûté à l’ambiance de la Porte de Versailles et s’est pris de passion pour la « famille » des rouges flamandes.

Alors, à peine installé sur la ferme familiale en janvier, à Licques, après avoir travaillé sept ans en centre génétique, le jeune agriculteur de 28 ans a acheté deux rouges flamandes et s’est mis à entraîner Passoire, trois ans, pour le Concours général agricole.

La passion de la race

« J’aime cette race rustique pour sa génétique », remarque Nicolas Rétaux, également administrateur de l’Union rouge flamande. La rouge flamande se caractérise notamment par sa robe brune, tirant sur l’acajou, sa petite tête, ses mamelles imposantes. « On compte 2000 têtes en France, dont 850 inscrites au contrôle laitier, précise l’éleveur. Ses aplombs sont très solides, sa santé est généralement bonne, les frais de vétérinaire sont réduits ». La race a perdu de son attrait après-guerre, son lait étant qualitatif mais pas assez quantitatif pour l’époque.

C’est aussi pour valoriser cette race et revivre l’ambiance du SIA que Nicolas a choisi de préparer Passoire. Depuis un mois, il la bichonne, lui apprend à marcher, la douche, la tond, la surveille, pour qu’elle soit prête à entrer sur le ring, lundi. Avant de défiler sur le ring et de dévoiler ses atouts, elle sera pouponnée jusqu’à ses sabots qui seront brossés. «  On va tout faire pour que ça brille », glisse Catherine Rétaux, la mère et associée de Nicolas.

Un titre convoité

Ils espèrent que Passoire décrochera le titre de championne jeune, qui récompense la meilleure des deux premières sections, correspondant à une et deux lactations. Passoire concourt en première section. Si elle est sacrée, la championne jeune rencontrera ensuite la championne adulte, sélectionnée parmi les troisième et quatrième sections qui représentent autant de lactations. Le suspense sera à son comble – « avec une musique d’ambiance pour bien stresser les éleveurs » – jusqu’à ce que le juge choisisse d’une petite tape la grande championne. Résultat à 12 h 30. « S’il revenait avec un prix, ce serait idéal pour la ferme », se met à rêver Catherine. Nicolas, lui, voit plus loin : « Mon principal but est toujours la génétique pour améliorer la morphologie et la production, en gardant la qualité du lait caractéristique de la race.  »

Un objectif qui le guidera pour enrichir le troupeau familial de 70 vaches laitières, principalement des prim’Holstein – « qui figurent pour la deuxième année dans la top liste PLM (production laitière moderne, ndlr) », précise Alain Rétaux, le père de Nicolas et jeune retraité de cette exploitation de polyculture-élevage, qui produit également depuis trois générations des volailles de Licques. Aujourd’hui, le poulailler compte 3 200 têtes de poulets et chapons, bénéficiant du Label rouge. Sur les 72 hectares du Gaec de Courtebourne, 22 sont en herbe, le reste en terres labourables.

En reprenant la suite de son père, Nicolas Rétaux souhaite agrandir le bâtiment d’élevage pour améliorer le bien-être animal et celui de l’éleveur, et « avoir une dizaine de rouges flamandes  ». 

18 éleveurs du Nord-Pas de Calais en lice pour le concours des races locales

373 races, 2 700 animaux et 1 440 éleveurs participent au Concours général agricole des animaux. Chez les bovins, trois races locales seront présentées à Paris : rouge flamande, blanc bleu et bleue du Nord, pour lesquelles 18 éleveurs du Nord et du Pas-de-Calais ont été sélectionnés. Les concours de rouge flamande et blanc bleu auront lieu sur le ring de présentation au pavillon 1, lundi 28 février de 11 h à 12 h 30 pour les rouges flamandes et jeudi 3 mars de 11 h 30 à 13 h 30 pour les vaches blanc bleu. La bleue du Nord est uniquement en présentation.

Louise Tesse

Lire aussi : SIA 2022 : Un premier concours de boucherie à Paris pour la race blanc bleu

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires