Votre météo par ville

Le bois de la Tassonnière, nouveau poumon vert de la Pévèle

14-08-2020

Actualité

Les sorties

Racheté par le Département du Nord il y a quelques mois, le bois de la Tassonnière à Cysoing (59) est ouvert au public durant l’été. Cet espace naturel de 44 ha comporte des essences remarquables, plus que centenaires, des animaux protégés ou encore une prairie agricole. Une biodiversité à découvrir.

Terres et Territoires - bois de la Tassonnière à Cysoing (59)
Rémy Béquart, responsable des gardes départementaux de l’arrondissement de Lille et Jérôme Bacquaert, chargé de mission environnement au conseil départemental. ©DR

Le saviez-vous ? Le Département du Nord dispose de 3 200 hectares d’espaces naturels, répartis sur 46 sites ouverts au public. Il y a des espaces dunaires (Zuydcoote, Bray-Dunes…), des sites miniers (Rieulay, Abscon…), des zones humides (Arleux, Condé-sur-l’Escaut…) et des espaces boisés comme le bois de la Tassonnière. Situé sur la RD 90 entre Cysoing et Genech, le massif est relié à l’espace naturel des marais de la Marque. Après avoir racheté ce bois privé, le conseil départemental l’a ouvert au public au printemps 2019. Une équipe d’écogardes l’aménage progressivement, en partenariat avec l’Office national des forêts.

Suivis naturalistes de la faune et de la flore

D’une superficie de 44 hectares, le bois de la Tassonnière est un espace boisé constitué d’essences dites « remarquables ». Des jeunes boisements de bouleaux et de peupliers trembles côtoient des futaies très anciennes composées d’arbres plus que centenaires, comme des chênes et des hêtres. Cette chênaie-hêtraie en futaie constitue une partie du bois.

Mais le bois est surtout un refuge pour un grand nombre d’espèces d’animaux et de plantes. « Notre travail consiste à maintenir en état le site et toute sa biodiversité, explique Jérôme Bacquaert.Le chargé de mission environnement au conseil départemental poursuit : « Ces derniers mois, nous avons réalisé des suivis naturalistes de la faune et de la flore afin d’établir un inventaire. Nous avons eu de bonnes surprises puisque neuf espèces patrimoniales (plantes protégées, menacées ou rares, ndlr) ont été découvertes. »

Plusieurs oiseaux forestiers nichent également dans le bois. Comme le pic mar (oiseau aux couleurs noires et blanches). L’autour des palombes (un rapace, proche de l’épervier). La chauve-souris ou encore la chouette. L’écureuil roux est aussi bien représenté, ainsi que le chevreuil.

Terres et Territoires - Nature - bois de la Tassonnière
Le bois de la Tassonnière à Cysoing (59) est relié à l’Espace naturel des Marais de la Marque. Il est entrecoupé de chemins de randonnée à travers lesquels le public peut découvrir la richesse de la flore. ©DR

« La connaissance des milieux et des espèces permet d’acquérir des données précieuses. Et donc d’agir en faveur de leur préservation et de définir des aménagements ou plans de gestion à plus grande échelle », souligne Rémy Béquart, responsable des gardes départementaux de l’arrondissement de Lille. Une veille écologique qui a déjà permis d’engager plusieurs actions.

Pâturage sur neuf hectares

L’objectif, dans celui de la Tassonnière, est « d’éviter la perte de biodiversité floristique, déclare Jérôme Bacquaert. Car cela entraînerait une perte de l’habitat faunistique ».

Pour y parvenir, le technicien explique qu’il est nécessaire de « garder une diversité de paysages ». Boisements récents et plus anciens, sous-bois, parcelles en régénération naturelle (sans bois d’œuvre), zones plus humides…

« L’idée est d’avoir une mosaïque d’environnements dans laquelle les visiteurs pourront déambuler », résume Rémy Béquart. Rester à créer le circuit.

À l’orée de ce bois, une prairie agricole a été sauvegardée. Elle contient des espèces fourragères et participe à la richesse du site.« Un agriculteur de Cysoing et le conseil départemental ont passé une convention de pâturage. Objectif : entretenir la parcelle, précise Jérôme Bacquaert. Des discussions sont en cours pour faire passer la pâture de 9 à 12 ha environ. »

Au bois de la Tassonnière, animaux de la forêt et animaux des fermes font bon ménage.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Organisation : Être actif dans le changement
Organiser son travail, ça s'apprend mais cela demande de changer ses habitudes et de se remettre en question. À condit [...]
Lire la suite ...

Dephy : Quel avenir pour la réduction des phytos ?
Dans le cadre du dispositif Dephy Hauts-de-France, partie intégrante du plan Ecophyto II du gouvernement se tenait, mar [...]
Lire la suite ...

Méthanisation : Simple comme un jeu de piste
Élèves au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines, les cinq membres de l'équipe « Clémentine » ont remporté l [...]
Lire la suite ...

Publireportage : la chips au chaudron made in Hauts-de-France
Fondée en 2018 par Julie et Stéphane Gérard, l'entreprise So Chips, installée dans l'Oise à Longueil-Sainte-Marie, [...]
Lire la suite ...

L’ostéopathie met la patte sur les bovins 
Élodie Landure est vétérinaire équin à Frencq (62). Récemment diplômée d'ostéopathie, elle prodigue des soins d [...]
Lire la suite ...

Sapins : Une seconde vie après Noël 
Chaque année, Gaëtan Doisy, agriculteur aux Rues-des-Vignes (59), propose aux particuliers de replanter leurs sapins d [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires