Votre météo par ville

Rendez-vous à la rentrée pour la première édition de Cycl’eau Lille

23-06-2020

Actualité

Agenda

C’est officiel, la première édition du salon dédié à l’eau « Cycl’eau Lille » se tiendra au parc des expositions Lille Grand Palais le 30 septembre et le 1er octobre 2020. Plus de 700 participants, issus des entreprises et des collectivités, y sont attendus. Objectif : nouer des partenariats et trouver des solutions innovantes pour une meilleure gestion de l’eau.

Terres et Territoires - Salon Cycl'eau
L’association Cycl’eau organise depuis 2017 des salons territoriaux à l’échelle des bassins hydrographiques. ©cycleau

Cycl’eau Lille aura lieu les 30 septembre et 1er octobre 2020 à Lille Grand Palais. Une première dans les Hauts-de-France. Sur deux jours, ce salon dédié aux professionnels et décideurs de la filière « eau » doit permettre d’apporter des solutions innovantes et locales pour le bassin Artois-Picardie.

L’événement, qui n’est pas ouvert au grand public, pourra accueillir toute association, coopérative ou entreprise agricole. Il comporte deux aspects : la partie commerciale pour les échanges BtoB (interentreprises) et la partie retours d’expériences où les collectivités vont pouvoir témoigner des initiatives mises en place.

Améliorer l’irrigation des cultures

Ce rendez-vous sera donc l’occasion de développer des partenariats stratégiques. Objectif : répondre aux problématiques d’irrigation, de gestion de l’eau et de baisse du niveau des nappes phréatiques. L’enjeu est de taille dans la métropole lilloise, après une année d’alerte sécheresse.

En juin 2020, les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont d’ailleurs à nouveau passés en vigilance sécheresse. De quoi inquiéter le secteur agricole qui a bien besoin d’eau pour ses cultures.

Face à un « déficit de systèmes d’irrigation adéquats », les collectivités territoriales et les entreprises locales veulent améliorer la qualité de la ressource et sa gestion. Ceci « en vue d’une consommation domestique et industrielle plus intelligente et responsable », précise l’association Cycl’eau.

Terres et Territoires - Cycl'eau Lille
Cycl’eau Lille est organisé avec la Communauté urbaine de Dunkerque, le Syndicat des eaux dunkerquois ; ainsi que la Noréade, la MEL, l’Agence de l’eau, la CCI, Rev3 et CD2E. ©cycleau

Artois-Picardie : un bassin atypique

À l’échelle nationale, il s’agit du neuvième rendez-vous Cycl’eau, créé en 2017 sous l’impulsion du Bordelais, Jean-Claude Lasserre, président de l’association Cycl’eau. Depuis trois ans, la tournée se poursuit et réunit les acteurs de la filière et les collectivités territoriales. Dans les Hauts-de-France, la première édition sera dédiée au bassin Artois-Picardie. Un bassin atypique, puisque le risque d’inondation est élevé pour un grand nombre de communes.

Par ailleurs, la ressource en eau est particulièrement fragile, selon l’association Cycl’eau. Pourtant, les eaux souterraines des Hauts-de-France « permettent de satisfaire près de 95 % des besoins en eau potable du territoire ». Mais les nappes phréatiques sont « surexploitées » , ce qui met en péril « la pérennité de l’alimentation en eau des populations et des industries installées dans certaines zones », décrypte l’association.

Terres et Territoires - Bassin Artois-Picardie
Le bassin Artois-Picardie est l’un des six grands bassins hydrographiques de France. Au 1er janvier 2019, il comprend 2 466 communes réparties sur 5 départements. ©agencedeleau

Autre constat dans la région : les restrictions d’usage de l’eau qui se multiplient, à cause des périodes de sécheresse et du déficit pluviométrique des derniers hivers.

Les Hauts-de-France se caractérisent également par une qualité de l’eau « médiocre » d’après Cycl’eau. Ceci s’explique par différents facteurs selon l’asociation : historiques (séquelles de la guerre) ; agricoles (cultures intensives) ; et démographiques (risque de pollution face à la densité de population deux fois plus élevée que la moyenne nationale).

Gestion de l’eau : l’enjeu crucial de demain

« Notre enjeu pour les deux prochaines décennies est d’arriver à mieux utiliser et réutiliser la ressource en eau. Nous devons impérativement réemployer les eaux usées traitées, mais non potables, pour l’arrosage, l’irrigation agricole, le nettoyage des rues », explique Jean-Claude Lasserre, initiateur de Cycl’eau.

Et d’ajouter : « La question de l’utilisation des eaux pluviales dans les nouveaux projets immobiliers est aussi un sujet de taille. À défaut, nous risquons d’épuiser les nappes phréatiques qui ont de plus en plus de peine à se reconstituer ».

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salaires : nouvelle revalorisation en agriculture, avancée dans l’industrie de la volaille 
Les partenaires sociaux se sont mis d'accord pour augmenter de 0,9 à 1% les salaires minimaux de la branche production [...]
Lire la suite ...

Chambres d’agriculture : une ordonnance crée un nouveau modèle de réseau régional 
Une ordonnance parue au Journal officiel le 21 janvier permet la création d'un nouveau modèle d'organisation dans le r [...]
Lire la suite ...

Le loup présent dans la Somme
Plusieurs brebis ont été blessées par un loup dans la nuit du 20 au 21 janvier dans la commune de Lasfresguimont-Sain [...]
Lire la suite ...

Egalim 2 : le médiateur « enquête » sur la légalité des baisses de prix chez Sodiaal 
Le ministère de l'Agriculture confirme la saisie en début de semaine du médiateur des relations commerciales pour "en [...]
Lire la suite ...

Bio : le taux de déconversions pourrait atteindre 5% en 2021 (Agence bio)
En 2021, selon les chiffres provisoires de l’agence bio publiés le 21 janvier, près de 4% des exploitations convert [...]
Lire la suite ...

Protéines animales : Ÿnsect démarrera sa ferme verticale au second semestre
Entreprise de production de protéines et d’engrais naturels d’insectes fondée en 2011, Ÿnsect a annoncé [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires