Votre météo par ville

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins

30-05-2024

Actualité

C’est tout frais

Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l’orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève également une vingtaine de bovins et propose de la viande en caissettes à ses clients. Deux activités très complémentaires.

Oui, c’est bien lui le garçonnet à la chevelure orge présent sur l’étiquette de la bière. Aymeric Hubo en rigole d’ailleurs encore : « Un jour, j’ai retrouvé une photo de mon grand-père et moi sur un tracteur. C’était pendant la moisson. Pour lui rendre hommage j’ai décidé d’insérer ce beau souvenir d’enfance sur les étiquettes de ma bière ! »

Il faut dire que l’histoire est belle et inspirante : amoureux des lieux et des paysages verdoyants des Sept Vallées, Aymeric Hubo rêve d’exploiter les 30 hectares de terres de ses grands-parents retraités, Gérard et Jacqueline Alisse. Il s’imagine y faire pousser de l’orge pour fabriquer sa propre bière, directement à la ferme.

Mais avant de se lancer et d’embrasser pleinement l’aventure brassicole, ce père de (bientôt) trois enfants prend le temps de mûrir son projet. Titulaire d’un BTS agricole gestion et maîtrise de l’eau, il travaille cinq ans en tant que chargé d’études dans la conception des châteaux d’eau et apprend le métier de brasseur en expérimentant avec des amis. « Au début, j’ai commencé à faire de la bière avec des copains. On faisait ça dans des seaux. Mais j’avais du mal à brasser en une seule journée. Mon organisation n’était clairement pas au point. Je devais me lever tôt, comme les boulangers ! »

Une bière fermière locale

En 2017, le projet se concrétise avec la création d’une microbrasserie artisanale qu’il nomme brasserie du Bois de la Chapelle, en référence au nom d’une de ses parcelles cadastrales, à Torcy, où il cultive six hectares d’orge. Après une campagne de financement participatif réussie (environ 4 000 euros récoltés), il décide de se faire accompagner par plusieurs structures de la région, dont la BGE Côte d’Opale, la Mission locale du Boulonnais et Initiative Ternois Artois 7 Vallées.

Côté commercialisation, la stratégie est une fois encore mûrement réfléchie. Afin de se différencier, Aymeric Hubo décide de ne vendre ses bières qu’en circuits ultra courts (60 km à la ronde maximum). À ce jour, seule une trentaine d’épiceries fines, de cavistes et de magasins fermiers ont ainsi le privilège de pouvoir proposer à leurs clients la Blonde Créquoise, l’Ambrée St Bertulphe, la Blanche de Fruges ou encore l’Antidote, dernière création en date.

Un nouveau souffle

En 2019, Aymeric Hubo vend 60 hectolitres de bière, un record pour une deuxième année d’existence. Le jeune brasseur comptait bien réitérer au cours de l’année suivante, mais le covid en a voulu autrement. « 2020 a été une année blanche pour moi. Les gens se sont tournés vers des produits de première nécessité et n’achetaient que des petites bouteilles de 25 cl. En plus les cavistes étaient fermés, donc je n’ai pas pu écouler mes bières… »

Déterminé, Aymeric Hubo décide pourtant d’investir pour automatiser sa production. « Embouteillage, encapsulage, nettoyage des bouteilles : avant 2020 je faisais tout à la main ! Aujourd’hui je suis beaucoup mieux équipé. »

La même année, Aymeric décide de diversifier son activité. Il s’associe avec son oncle, Arnaud, et son père, Vincent, afin de développer une petite activité d’élevage sur la ferme. Une vingtaine de charolaises et de salers pâturent aujourd’hui sur 24 hectares et sont engraissées pendant trois ans. « On travaille avec le collectif du Haut Pays, à Reclinghem, pour la découpe de la viande. Le boucher s’occupe de découper et nous on emballe », précise le jeune homme. Des tournées sont ensuite organisées chez des particuliers dans les secteurs de Lens, Arras et de la Côte d’Opale.

Sur les 40 tonnes d’orge de printemps produits en 2023, 10 tonnes ont servi à brasser sa bière fermière.

Et Aymeric y trouve son compte : « Les deux activités, la bière et l’élevage sont hyper complémentaires. On vend plus de bières en été. Et l’hiver on s’occupe des bêtes. En plus, on utilise la paille de l’orge pour la litière des vaches ». Les bovins ont même le droit à une friandise toute particulière : « On utilise les résidus du brassage de notre bière, qui s’appelle la drèche, pour nourrir nos bêtes. C’est un cercle vertueux ! »

Développer les événements

Si la brasserie du Bois de la Chapelle a bien grandi depuis sa création en 2017, Aymeric ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Au programme de 2024 : la création d’une bière à base de fruits et l’élaboration d’un saucisson fermier. Et pour vendre ses nouveaux produits, pas question de changer de stratégie : « On ambitionne de développer les évènements locaux. J’aimerais que sur chaque marché ou fête locale, on soit présent à la buvette ! »

Comme chaque année au printemps, un évènement réunissant entre 200 et 300 personnes aura d’ailleurs lieu sur la ferme de la vallée de la Créquoise. Des festivités qui devraient réjouir le grand-père d’Aymeric, ancien occupant des lieux, qui s’apprête à souffler ses 90 bougies. 

Julien Caron

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires