Votre météo par ville

Coronavirus : l’économie agricole perturbée

02-03-2020

Actualité

C’est tout frais

La propagation du coronavirus à l’échelle mondiale freine les échanges agricoles et agroalimentaires. Notamment pour les entreprises qui commercent avec la Chine, en particulier celles de la filière porcine. Les acteurs des Hauts-de-France s’expriment.

container, coronavirus
En Chine, les ports maritimes tournent au ralenti en raison des consignes de confinement soumises aux salariés. Les flux commerciaux avec la France sont restreints. © Pixabay

Maintenant que l’épidémie touche beaucoup plus de pays, l’impact du coronavirus sur la croissance française sera beaucoup plus significatif ». C’est une déclaration de Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, le 2 mars 2020.

Face à cette situation, le représentant du gouvernement s’est dit prêt à “débloquer ce qu’il faudra” pour venir en aide aux entreprises françaises. Il espère également “une action concertée” des pays européens. Dans les Hauts-de-France, en effet, territoire français où le coronavirus touche le plus de personnes à ce jour, certaines entreprises agricoles et agroalimentaires voient leurs activités bouleversées.

Conséquences sanitaires

Invitation à ne pas se saluer entre collègues, port de masques de protection, limitation des trajets… Quelques sociétés de la région appliquent des mesures de sécurité pour éviter toute contamination par le coronavirus.

Les entreprises doivent faire preuve de précaution, indique-t-on du côté d’Agro-sphères, association qui accompagne des acteurs agroalimentaires des Hauts-de-France dans leur développement. Pour le moment, nous n’avons pas connaissance d’arrêts de production mais les déplacements de collaborateurs sont limités. Particulièrement pour les entreprises qui ont des filiales en Chine ou à Singapour”.

On sait par ailleurs que l’unique train de fret entre la France et la Chine, qui relie Dourges (62) à Wuhan (Chine), est à l’arrêt depuis mi-février pour des raisons sanitaires. La Chambre régionale de commerce et d’industrie (CCI) se veut néanmoins rassurante. “Il est encore trop tôt pour évaluer l’impact éventuel de l’épidémie sur l’activité », note Annabelle Grave, du service études.

Le ministère de l’Économie et des Finances fait savoir qu’il considérait le coronavirus “comme un cas de force majeure ». Ainsi, les entreprises ont la possibilité de recourir “à l’activité partielle ». Un “étalement des charges sociales et fiscales pour les entreprises qui en auront besoin”, est aussi envisageable a annoncé Bruno Le Maire. 

Conséquences économiques

Au niveau agricole, c’est surtout la filière porcine qui en pâtit. Les producteurs de porcs français ont réalisé en 2019 un record historique d’exportations avec l’Empire du milieu, pays où la peste porcine africaine (PPA) a durement touché les élevages.

“Nous avons exporté 170 000 t de porcs vers la Chine l’année dernière, contre 103 000 t en 2018, souligne Didier Delzescaux, directeur de l’interprofession Inaporc. Actuellement, la machine est grippée. En Chine, les ports maritimes tournent au ralenti avec les consignes de confinement soumises aux salariés, de même pour les chauffeurs de poids-lourds. Les flux commerciaux sont restreints mais la circulation commence à reprendre par endroit ».

porcs élevage porcin ppa terres et territoires
© DR

En janvier 2020, les volumes de porcs exportés par la France vers la Chine se sont élevés à 7 000 t. Contre 22 000 t en novembre. Une baisse conséquente. Une trentaine d’entreprises françaises (abattage, découpe, charcuterie) sont susceptibles de subir des pertes économiques, selon Inaporc.

Nous ne sommes pas concernés par ce ralentissement pour le moment, j’espère que cela va durer », assure Éric Bettens, directeur de la Cobévial, coopérative régionale de commerce de bovins et de porcs.

David Delerue, responsable du secteur bovin de la Cobévial, fait part de “quelques craintes pour le commerce de broutards avec l’Italie ». Un pays que le coronavirus n’a pas épargné non plus.

Un effet coronavirus qui devrait donc continuer à perturber les marchés durant les prochaines semaines.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires