Votre météo par ville

Électricité : Quelles aides, pour qui et comment ?

21-04-2023

Actualité

C’est tout frais

Réduction de la CSPE, bouclier tarifaire, plafond de prix garanti, amortisseur ou encore guichets d’aide… Le tour de la question, dispositif par dispositif.

L’ensemble des informations sont disponibles sur les sites gouvernementaux. © Pixabay

Les aides proposées par le gouvernement français sont multiples pour limiter la hausse du coût de l’électricité. Même si elles ne concernent pas toujours les agriculteurs, il peut être intéressant de s’y retrouver. Panorama complet des différents dispositifs mis en place par l’État avec Simon Chombart, chargé de mission Énergies à la Chambre d’agriculture de la Somme.

La réduction de la CSPE

C’est la première des aides et elle concerne absolument tout le monde, des particuliers aux petites et grands entreprises. Elle est d’ailleurs automatique sur la facture d’électricité. Décidée en 2022, la réduction de la contribution au service public de l’électricité (CSPE), la principale taxe sur l’électricité en France, a été reconduite en 2023 par le gouvernement et est en vigueur jusqu’au 31 janvier 2024.

« C’est intéressant pour les consommateurs, indique Simon Chombart. Car elle représente environ 80 % du total des taxes. » De 22,50 €/MWh avant les réductions, le tarif pour les ménages et les entreprises avec une consommation inférieure à 36 kVA est désormais fixé à 1 € MWh. Pour les entreprises ayant une consommation supérieure à 36kVA, ce tarif est de 0,50 €/MWh.

Le bouclier tarifaire

C’est l’aide qui concerne la très grande majorité des agriculteurs du fait de la taille des exploitations et de leur consommation d’énergie équivalente au tarif réglementé bleu. « Ce n’était que pour les particuliers à la base, mais cela a été poussé pour les petites entreprises. Les TPE de moins de dix salariés avec un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions d’euros et un compteur électrique d’une puissance inférieure à 36 kVa. » Mis en place en 2021, il avait été instauré pour freiner l’augmentation du prix de l’électricité.

En février 2022, la hausse du tarif réglementé de l’électricité avait ainsi été limitée à 4 % selon les chiffres officiels. Ce plafonnement a été augmenté et est passé à 15 % au 1er février 2023. Ce bouclier tarifaire sur l’électricité, comme celui sur le gaz, a été prolongé jusqu’au 30 juin 2023, avec possibilité pour le gouvernement de les prolonger par décret jusqu’au 31 décembre. « C’est une vraie protection si on se compare avec les pays voisins », juge Simon Chombart. Le prix du kilowatt/heure était en janvier 2023 quasiment trois fois plus élevé en Allemagne (66,40 €/KWh) ou en Belgique (58,80 €/KWh) qu’en France (24,50 €/KWh) selon la start-up Hellowatt. Pour les particuliers, aucune démarche n’est nécessaire. Les entreprises doivent, quant à elles, se rapprocher de leur fournisseur d’énergie et leur transmettre une attestation sur l’honneur d’éligibilité disponible sur Internet.

Prix plafond garanti à 280 euros/MWh en 2023

Cette aide concerne les TPE qui consomment plus de 36kVa (tarifs jaune ou vert) et qui ont renouvelé leur contrat de fourniture d’électricité au second semestre 2022. « Ce sont ceux qui ont le plus souffert de l’augmentation du prix de l’électricité. Ils n’ont pas eu le choix de renouveler, mais c’était le pire moment, continue Simon Chombart. Cela concerne des petits artisans comme les boulangers, mais aussi potentiellement certaines exploitations agricoles qui consomment beaucoup d’électricité tels que les éleveurs laitiers, les endiviers, les producteurs de pommes de terre avec du stockage ou ceux qui ont un atelier de transformation. »

Pour bénéficier de cette mesure, les entreprises concernées doivent remplir une attestation indiquant qu’ils souhaitent une renégociation de leur contrat d’électricité à leur fournisseur. Cette aide est applicable dès la facture de janvier 2023.

L’amortisseur

Cette aide s’adresse aux PME de moins de 250 salariés et aux TPE qui n’ont pas accès au prix plafond garanti. Mais elle est cumulable au prix plafond garanti pour ceux qui y étaient éligibles. « L’idée est d’alléger les entreprises avec une grosse facture d’électricité. Ce dispositif prévoit que 50 % de leur électricité soit facturée à un prix moyen annuel de 180 €/MWh, la différence étant prise en charge par l’État. » Sa période d’application est fixée jusqu’au 31 décembre 2023, mais en cas de souscription d’un contrat après le 1er janvier 2023, il n’est plus possible d’en bénéficier. Si une entreprise est éligible, il faut envoyer une attestation au fournisseur d’électricité et la réduction du prix de l’électricité s’applique directement sur la facture.

Les guichets d’aide au paiement

Cette dernière est beaucoup plus rare dans le monde agricole et peut concerner « peut-être certaines grosses endiveries, mais il faut vraiment qu’il y ait une très forte hausse du montant payé ». Ce sont des aides spécifiques qui peuvent être sollicitées après le prix plafond garanti et l’amortisseur. 

Parti pour durer ?

L’augmentation du prix de l’électricité date de la période post-covid, « lors de la reprise de l’activité économique » explique Simon Chombart. « C’est la loi de l’offre et de la demande et à ce moment-là, l’offre n’était pas au top », notamment en raison de problèmes du parc nucléaire français : les problèmes de corrosion sur certaines centrales, les difficultés de fonctionnement liées à la sécheresse… « Si on regarde le tarif bleu, au final, on constate 3 % d’augmentation par an depuis une quinzaine d’années. Et c’est voué à toujours augmenter ces prochaines années jusqu’en 2030 selon les prévisions des entreprises du secteur. » Mais la prudence est quand même de mise, « car c’est difficile à dire, il y a tellement d’éléments qui font varier les prix ».

Kévin Saroul

Lire aussi : Innovation : L’Artois en plein dans la course

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires