Votre météo par ville

Sol : Diagnostiquer sa structure et sa qualité biologique

31-03-2023

Actualité

Environnement

Des conseillers de la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais présentaient le 10 mars dernier à Bellaing des ateliers de démonstration du test bêche, du mini-profil 3D et de la tige pénétrométique.

Ils étaient une quinzaine à suivre les ateliers. © K. S.

Lors de la journée de restitution du projet « Eau, sol biodiversité » mis en œuvre par la chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais et le parc naturel régional Scarpe-Escaut à Bellaing (59), Pierre Mortreux et Laurent Salmon, conseillers de la chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais, ont fait la démonstration de quelques tests simples à effectuer par les agriculteurs pour évaluer la structure et la qualité biologique de leur sol, à savoir le test bêche, le mini-profil 3D et la tige pénétrométique.

Attention à la météo

Ces observations doivent, avant toute chose, être idéalement réalisées sur « un sol bien humecté, ni sec ni gorgé d’eau, et sans gradients d’humidité pour la méthode tige », explique Pierre Mortreux.

Il n’y a pas d’horaire ou de période particulière à cibler. Cela déprendra surtout des bonnes conditions de sol et des objectifs visés. Si la culture est implantée, ces diagnostics peuvent permettre de valider les techniques d’implantation. Si on se situe avant un semis, il faudra plutôt décider des besoins immédiats en termes de travail du sol, sachant qu’il peut aussi s’agir d’évaluer la qualité de son sol suite à des chantiers de récolte lourds, au passage à l’agriculture de conservation des sols…

Test bêche

La méthode du test bêche consiste à prélever un bloc de terre à l’aide d’une bêche, comme son nom l’indique, afin d’établir un diagnostic rapide de l’état physique et biologique du sol.

Prélèvement

Pour réaliser le test, il faut extraire, sans la remanier, une simple bêchée de 20 x 20 x 30 centimètres de profondeur.

Prévoir ensuite une table ou une bâche pour réaliser l’observation. © K. S.

Puis « on émiette à la main tout ce qui se délite facilement et on laisse intacts les blocs ou mottes plus résistants », indique Pierre Mortreux.

« Le principe consiste ensuite à examiner la taille et la porosité des mottes pour donner une note de structure allant de Sq1 à Sq5, et d’observer l’activité des lombriciens (galeries, déjections, ndlr) pour donner une note de “bioturbation” allant de B0 à B3. »

Laurent Salmon utilise un couteau pour tester la porosité et compacité notamment. ©K. S.

Des planches visuelles et des protocoles sont disponibles dans les guides réalisés par Agro-Transfert. L’action doit être répétée six fois sur une diagonale de 15 mètres de long pour 3 mètres de large, afin de « donner une note moyenne qui reflète la variabilité du sol ».

Observation

« Mais déjà, prendre sa bêche et regarder son sol, voir s’il est compact ou poreux, s’il est ressuyé en profondeur, si une dent ou un disque travaille bien, s’il y a ou non des galeries de lombriciens, c’est très bien, ajoute Pierre Mortreux. Il n’y a pas forcément nécessité de mettre une note. »

Après l’extraction, la méthode consiste à émietter la bêchée puis à observer la taille et la porosité des mottes ainsi que les signes d’activité lombricienne (galeries, déjections). © K. S.

« Les vers de terre agissent sur la structure du sol sur le moyen terme (un à trois ans) par perforation et brassage de terre.

Le travail de l’agriculteur consiste à doser subtilement ses interventions de travail du sol et de gestion des matières organiques pour profiter au mieux des bénéfices de leur activité », indique Agro-Transfert dans son guide de la méthode.

Évaluer l’impact d’un changement de pratiques

Le test bêche permet ainsi de mesurer l’impact sur la structure et la qualité biologique du sol d’un changement de pratiques ou d’un couvert végétal, par exemple.

Et par la suite de savoir s’il est nécessaire de restructurer mécaniquement ce sol ? « Cela permet d’éviter de perturber un sol en bon état pour se contenter du minimum d’interventions mécaniques, ce qui peut aussi permettre un gain de temps et de charges de mécanisation. Beaucoup d’agriculteurs font un travail du sol profond par habitude et par sécurisation », observe Pierre Mortreux.

Mini-profil 3D

Le mini-profil 3D consiste à prélever un bloc de sol avec les palettes d’un chargeur télescopique ou d’un tracteur équipé d’un chargeur frontal.

L’objectif est « d’établir par observation un diagnostic de l’état structural du sol en un temps réduit », explique Agro-Transfert dans le guide consacré à la méthode.

Le mini-profil 3D permet d’avoir une vue plus complète et d’aller plus en profondeur du sol. Il est complémentaire de la méthode tige voire du test bêche. © K. S.

« C’est équivalent, mais plus rapide et plus simple à lire qu’une fosse à la bêche ou à la mini-pelle », indique Pierre Mortreux.

Les deux palettes doivent avoir un espacement de 20 à 30 centimètres. 

« Il faut extraire le bloc de terre de façon perpendiculaire aux passages des machines, afin de voir l’effet des passages de roues ou de dents, par exemple, continue Pierre Mortreux. C’est à faire au moins deux fois sur la parcelle. Si les résultats sont similaires cela suffit, sinon une troisième observation permettra de déterminer l’état dominant du sol. »

L’objectif va être d’identifier les différents horizons de travail du sol et leurs transitions, la porosité et les zones de compaction, la localisation et l’évolution des résidus, l’enracinement éventuel d’une culture ou d’un couvert, l’activité biologique… avec une vision du sol en deux voire trois dimensions beaucoup plus fine qu’avec le test bêche.

Tige pénétrométrique

En complément au mini-profil 3D, la tige pénétrométrique permet « d’apprécier la résistance du sol en fonction de la profondeur, pour mettre en évidence les horizons de travail du sol ou les zones compactes, ainsi que pour prospecter rapidement la variabilité au sein d’une parcelle ».

Très simple, la méthode consiste à enfoncer une tige graduée de manière verticale sur au moins 50 à 60 centimètres pour identifier les différents paliers de résistance qui seront observés ensuite lors du mini-profil.

Une semelle peut en effet être bien régénérée par la fissuration ou par les galeries de vers de terre, et ne pas nécessiter d’intervention mécanique. 

Kévin Saroul

Pratique : Les guides des méthodes sont à retrouver sur le site internet agro-transfert-rt.org

Lire aussi : Sols : Quand les chantiers font pousser des arbres

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires