Votre météo par ville

Elevage. Face à Marie-Sophie Lesne, la filière bovine dit ses inquiétudes

31-08-2023

Actualité

C’est tout frais

Alors qu’elle était en déplacement dans un élevage bovin du Nord, le jeudi 24 août, la vice-présidente du conseil régional en charge de l’agriculture a écouté les récits des éleveurs, épuisés par la concurrence étrangère et des conditions de travail difficiles.

Marie-Sophie Lesne, la vice-présidente du conseil régional des Hauts-de-France en charge de l’agriculture, a été reçue par Guillaume Henniaux, un éleveur bovin, sur sa ferme de Croix-Caluy. © M. L.

Marie-Sophie Lesne, la vice-présidente du conseil régional des Hauts-de-France en charge de l’agriculture, a été reçue le jeudi 24 août dernier, par Guillaume Henniaux, dans son exploitation à Croix-Caluyau (59). La ferme appartient aux Henniaux depuis trois générations, éleveurs (ou négociants) de père en fils depuis pas moins de cinq générations.

Lui s’est spécialisé dans les races à viande : salers, limousine, aubrac, charolaise, rouge des prés, blonde d’Aquitaine, blanc bleu… Un troupeau de 400 têtes. Une affaire qui roule, pourrait-on penser. Guillaume Henniaux est pourtant là, ce matin, accompagné d’autres éleveurs, pour évoquer de « grandes difficultés ».

La concurrence de l’Est

En prélude, il évoque le prix des matières premières qui s’envole, du fait de la concurrence des unités de méthanisation. « Nous souhaitons que la viande reste un produit accessible, pas un produit de luxe. Alors on se bat pour faire baisser le prix des matières premières », insiste-t-il.

Surtout, dans le collimateur des éleveurs, se trouve la concurrence venue des pays de l’Est, à l’instar de la Pologne dont les exportations vers la France ont bondi. « Alors même que les Polonais ne produisent pas », s’émeut, depuis la foule, Jean-Christophe Rufin, vice-président de la FDSEA du Nord et président de la section de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe. « En termes de provenance, la règle veut que l’étiquette indique le pays où le produit est touché en dernier, quitte à ce qu’il ne s’agisse que du conditionnement », détaille encore l’éleveur. Ainsi, la majorité de la viande polonaise proviendrait en réalité de gros producteurs hors Europe. Les normes y étant moins contraignantes, notamment en matière de bien-être animal, la viande est, de fait, plus compétitive.

Difficile, alors, pour la production française de faire moins cher. « Tout a un coût », rappelle ainsi Christophe Hochedé, président d’Interbev Hauts-de-France, qui tacle volontiers le groupe Leclerc et sa politique de prix cassés. « Lorsque quelque chose ne vaut rien, c’est qu’il n’y a ni travail, ni qualité derrière », assène encore Christophe Hochedé. Ainsi, la seule façon qu’aurait la filière française de se démarquer auprès des consommateurs, serait par « la notion de proximité, la connaissance de l’éleveur », estime Jean-François Rufin.

« Ici, même un élevage à 500 têtes est un élevage à taille humaine. Il faut voir les conditions d’élevage au Brésil ou aux États-Unis », abonde le vice-président de la FDSEA. Il insiste, quitte à se faire « taper sur les doigts » : « Le consommateur est responsable de ce qu’il mange. » Manger Français serait ainsi un acte citoyen, énoncent les éleveurs, qui réclament également davantage de traçabilité de la viande européenne.

Des efforts qui ne paient pas

Tous partagent un sentiment d’abandon, si ce n’est d’ingratitude. Leur travail est difficile, rappellent-ils : la veille, Guillaume et Delphine Henniaux se sont couchés à presque 5 h du matin, pour faire accoucher une vache de jumeaux. Ce à quoi Jean-Christophe Rufin ajoute : « Toi tu t’es couché à 5 h, moi je me suis levé à 3 h. À nous deux, on fait le tour de l’horloge. »

Pas de vacances, des horaires interminables et variables, la nécessité d’une présence continue à la ferme… « Ce qui fait mal, c’est qu’à la fin, malgré tous nos efforts, la viande étrangère nous remplace », s’émeut ainsi Guillaume Henniaux, qui accuse les groupes de restauration de « ne pas jouer le jeu ». Surtout, la profession, peine à trouver sa relève : la majorité des exploitations reprises, dans le cas où elles allieraient élevage et polyculture, cessent leur activité d’élevage. « Les jeunes revendiquent de plus profiter de la vie que nous ! » s’exclame Guillaume Henniaux.

Consommer “Cocorico”

Des inquiétudes partagées par la vice-présidente en charge de l’agriculture : « On est préoccupé par l’avenir de l’élevage. C’est un sujet qui revient toujours en haut de notre liste de priorités », confie ainsi Marie-Sophie Lesne. Près d’un tiers des exploitations consacrées à l’élevage aurait disparu en dix ans, explique-t-elle.

Surtout, l’élue s’inquiète « des paradoxes » et des « approximations » autour du coût écologique de la viande. Elle tacle notamment le dernier rapport en date de la Cour des comptes, publié à la fin mai, qui fait état d’un « solde carbone de l’élevage bovin largement émetteur », « malgré certains effets de réduction des émissions » et préconise une réduction du cheptel accompagnée par l’État. « Des mots cyniques sur un discours qui est venu parachever l’argumentaire qui voudrait bannir la viande de nos assiettes », dénonce ainsi Marie-Sophie Lesne.

Avec un parlé des plus belliqueux – « contrattaquer très fort », « remettre l’église au milieu du village », « dépasser la déferlante médiatique et bien-pensante » – Marie-Sophie Lesne incite les éleveurs (et les journalistes présents) à « rétablir la vérité » : d’après elle, la production française serait « parmi les plus vertueuses au monde », avec une empreinte carbone estimée par les chercheurs de l’Inrae entre 10 et 18 kg de CO2 par kilogramme de viande produit, contre 27 kg eq-CO2/kg en moyenne mondiale. « On ne peut pas rabaisser la production française au même niveau que la production mondiale », insiste la vice-présidente en charge de l’agriculture. D’autant que grâce à l’autonomie protéique, à laquelle sont incités les éleveurs, l’empreinte carbone de la filière pourrait être réduite d’encore 20 %. Le discours est clair : pour être plus “écolo”, consommons “cocorico” !

« Ne vous faites pas retoquer bêtement »

Plus concrètement, la vice-présidente des Hauts-de-France assume posséder une marge de manœuvre limitée, l’Union européenne étant maîtresse en termes de politique agricole. Toutefois, la Région gère la dotation du deuxième pilier de la PAC, soit 144,5 millions d’euros de Feader (Fonds européen agricole pour le développement rural) pour la période 2023-2027.

Au nom de la politique de développement rural, la Région peut ainsi financer de nombreux appels à projet, qui bénéficient en priorité à l’élevage. Regrettant de trop nombreuses erreurs dans les dossiers, à l’instar de cartes d’identité dont la période de validité est dépassée, elle enjoint les éleveurs à se munir de « l’ingénierie nécessaire », auprès des chambres d’agriculture notamment. « Ne vous faites pas retoquer bêtement », assène Marie-Sophie Lesne. 

Marion Lecas

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires