Votre météo par ville

Ferme urbaine : à Fives Cail, des projets plein les bacs

07-01-2022

Actualité

C’est tout frais

La jeune association Lilotopia, qui gère la ferme urbaine de Fives Cail, vient d’achever sa campagne participative. De quoi booster l’activité agricole de cet îlot situé en plein cœur de Lille. 

De gauche à droite : Ilian (stagiaire en BTS horticole), Alix (présidente) et Marguerite (chargée de communication) animent l’association Lilotopia à la ferme urbaine de Fives Cail (Lille). © L.F.

Faire revivre un site industriel à l’abandon, c’est le défi relevé par la métropole de Lille avec l’aménagement de l’ancienne friche Fives Cail, dès 2012. Sur cet immense chantier de 25 ha, depuis quelques années, une ferme urbaine est sortie de terre. C’est l’association Lilotopia, créée par Alix Réquillart en janvier 2021, qui anime ce lieu atypique niché dans les quartiers de Fives et d’Hellemmes. Au mois d’octobre, Lilotopia a lancé une levée de fonds pour développer l’aménagement de la ferme. Depuis novembre, la campagne participative s’est achevée, avec, à la clé, un budget réjouissant.

5 600 euros récoltés

“Sur les 10 000 euros attendus, nous en avons récolté 5 600”, expose Marguerite Labouré, chargée de communication de l’association. Une jolie cagnotte, majoritairement financée par des donateurs privés, qui permet de financer les premiers projets de la toute jeune association développant “des systèmes agricoles adaptés aux contraintes de la ville : sol pollué, espace restreint, sur toit ou encore sur les façades de bâtiments”.

Cet espace d’expérimentation, géré à la fois par l’école d’ingénieurs Junia ISA et Lilotopia, prenait déjà quartier dans le projet Halle gourmande – cet “écosystème de cuisine décliné en plusieurs équipements” (cuisine commune, commerces de bouche, incubateurs de start-up), initié par la ville dès les premiers rafraîchissements de la friche. Quelques années plus tard, la ferme urbaine s’est étoffée et fait désormais partie du collectif Chaud bouillon, dans la même veine. Son espace aménagé de 350 m² en agriculture hors-sol (avec notamment une serre ou encore un poulailler) prend maintenant place au bout du cours Jean-François Cail.

“Un petit coup de fouet”

Cette tirelire permet donc à l’association de “continuer l’activité de manière un peu plus soutenue”, précise Alix Réquillart, présidente et animatrice de Lilotopia. Entre autres, développer les ateliers participatifs avec le public : “Savoir cultiver ses vers de farine ou construire son kit d’autoproduction en cultivant des champignons ou encore des endives”. C’est aussi poursuivre les partenariats existants et investir dans des achats essentiels. “Acheter un vélo cargo, entretenir les systèmes d’hydroponie et d’aéroponie”, énumère Marguerite Labouré.

Bref, un “petit coup de fouet”, pour relancer la dynamique de l’association, qui cherche aussi à se faire connaître du grand public et des habitants du quartier d’Hellemmes. In fine, les produits de saison cultivés sur la ferme seront vendus ou consommés à Chaud bouillon ou en circuit court (notamment au supermarché coopératif Superquinquin de Fives). 

Ça grouille de monde

Petite nouveauté dès l’année prochaine : la ferme urbaine va se doter de truites arc-en-ciel, placées sous la responsabilité des ingénieurs de Junia qui alimenteront le système d’aquaponie. Alix Réquillart souhaite également embaucher une personne pour “un poste polyvalent de coordination et d’animation sur l’association et la ferme”.

En attendant, un service civique rejoindra la ferme en février pour épauler les animateurs et bénévoles. De quoi grossir les rangs de l’association déjà composée d’une vingtaine de personnes. 

Laurène Fertin

Lire aussi : Les super-pouvoirs de la mousse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires