Votre météo par ville

Journées nationales de l’agriculture : « Faire découvrir la réalité agricole »

17-06-2021

Actualité

C’est tout frais

Les Journées nationales de l’agriculture se déroulent les 18, 19 et 20 juin dans toute la France, à l’initiative de l’association Agridemain. Rencontre avec leur président, Guillaume Lefort, qui revient sur la genèse de ces journées et les objectifs visés.

visite grand public enfant maïs champ communication © L.M.
Le vendredi est plutôt destiné aux scolaires et au corps enseignant, car il importe de sensibiliser les jeunes le plus tôt possible. Le week-end cible un auditoire plus familial. © L. M.

Les Journées nationales de l’agriculture (JNA) se déroulent les 18, 19 et 20 juin. Le point avec Guillaume Lefort, président d’Agridemain, à l’origine de cette initiative.

Pourquoi une telle initiative ?

Guillaume Le Fort, président d'Agridemain © Agridemain
Guillaume Le Fort, président d’Agridemai. © Agridemain

Ces journées sont l’aboutissement de plusieurs années de travail et de réflexion. Dans beaucoup de pays, il existe une journée nationale de l’agriculture. En France, nous ne sommes pas encore parvenus à faire aboutir cette démarche. Puis nous avons appris que Make.org entreprenait une initiative parallèle à la nôtre. Nous avons décidé de faire cause commune. Le projet a maturé. Ces JNA se dérouleront sur trois jours. Le vendredi est plutôt destiné aux scolaires et au corps enseignant, car il importe de sensibiliser les jeunes le plus tôt possible. Le week-end cible un auditoire plus familial. Mais nous laissons libres les sites de production, les exploitations, les établissements d’enseignement agricole, les sites de recherche, de transformation… d’ouvrir le temps qu’ils souhaitent.

Quel message principal souhaitez-vous passer ?

C’est de faire découvrir la réalité du monde agricole et rural, telle qu’elle est. Lors d’un récent sondage BVA-Crédit agricole, la méconnaissance du public sur notre métier est ressortie. Le grand public pense connaître notre métier. En réalité, il se trompe et ces JNA entendent, à leur niveau, corriger cette distorsion. Nous voulons montrer la richesse des métiers : éleveurs, céréaliers, maraîchers, arboriculteurs, apiculteurs, viticulteurs. Nous voulons aussi montrer la richesse des paysages que nous façonnons au quotidien et dont beaucoup de Français profitent. Nous souhaitons privilégier des moments d’échange, de découverte et pourquoi pas faire naître des vocations. N’oublions pas que 70 000 emplois ne sont pas pourvus dans le milieu agricole et que dans les 10 à 15 prochaines années, ce sont la moitié des 450 000 agriculteurs qui vont partir à la retraite. 

Lire aussi : Journées nationales de l’agriculture, un programme vachement alléchant en Hauts-de-France

Les entreprises, les coopératives, les agriculteurs et les instituts que vous avez contactés ont-ils répondu présents ?

Oui. Plus de 1 000 sites seront mis à disposition du public partout en France (lire aussi en page Sorties). Chacun peut aller sur journeesagriculture.fr et découvrir l’exploitation, le site le plus près de chez lui. 

Ces JNA n’entrent-elles pas en concurrence avec le salon de l’agriculture ?

Bien au contraire, nos deux manifestations sont complémentaires. Le salon se déroule en février à Paris et permet à un public plutôt parisien de venir visiter la plus grande ferme de France. Les JNA, quant à elles, font venir du public plus local sur les exploitations.

Pensez-vous que l’agriculture ait besoin de communiquer autant que ça ?

C’est primordial et essentiel. Je pense que depuis trop longtemps nous n’avons pas été assez pédagogiques sur la manière dont nous exerçons notre métier. Nous n’avons pas su expliquer à une société devenue de plus en plus urbaine, et donc éloignée des champs, nos évolutions, les nécessaires transformations que nous avons dû réaliser pour répondre à cette société déconnectée du vivant. C’est une erreur que nous devons assumer et que nous voulons maintenant corriger.

À nous de montrer que nous sommes engagés dans la voie de la transition agroécologique, pour le bien de la société ; que nous sommes un métier moderne, connecté et que nous ne sommes pas des jardiniers XXL. À nous d’expliquer qu’un agriculteur, c’est cinq emplois induits. Personnellement, je vais faire passer le message que grâce à mon activité, je nourris 6 000 personnes par an et que je capte 3 000 tonnes de gaz carbonique par an. Voilà la réalité. Nous n’avons rien à cacher. Nos exploitations sont à ciel ouvert !

Actuagri

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Découvrez le supplément élevage – Avril 2024

Numéro 360 : 12 avril 2024

3 questions à Quentin Blond,vétérinaire et président du Conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Hauts-de-France
  quentin blond, vétérinaire et président du conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Haut [...]
Lire la suite ...

Mettre en commun ses forces pour mieux fonctionner
Travailler en Coopérative d'utilisation des matériels agricoles peut favoriser le bien-être des éleveurs en leur lib [...]
Lire la suite ...

La traite, un moment clé à ne (surtout pas) négliger
La traite est un moment important de la journée, mais elle peut aussi s'avérer pénible, à la fois pour le trayeur et [...]
Lire la suite ...

Une charte pour le bien-être animal
Créée en 1999, la charte des bonnes pratiques d'élevage ne cesse de s'adapter aux demandes sociétales et réglementa [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires