Votre météo par ville

Escargots, la filière hélicicole se demande à quelle sauce elle va être mangée

04-11-2020

Actualité

C’est tout frais

Avec l’annulation de nombreux marchés de Noël ces dernières semaines, la fin de l’année s’annonce difficile pour les producteurs d’escargots, qui vendent la majeure partie de leur production annuelle durant les deux derniers mois de l’année.

élevage escargots © Adobe stock
Quatre associations de producteurs ont alerté le ministre de l’Agriculture sur leur sort. © Adobestock

« La filière hélicicole navigue à vue. » Le ton se veut désinvolte, mais l’inquiétude n’est pas loin. Producteur d’escargots à Looberghe (59), près de Dunkerque, Grégory Laude n’a pas eu besoin du reconfinement pour imaginer à quoi ressemblera sa fin d’année 2020. « Nous vendons essentiellement aux fêtes de fin d’année. Et, avec les marchés de Noël qui s’annulent les uns après les autres, ça risque d’être un peu tendu… »

Des marchés cruciaux

Annulation du marché de Noël et du livre d’Esquelbecq (59), suppression de celui de Bonningues-lès-Calais (62)… « À Bergues, ils n’autorisent que les commerces alimentaires. Heureusement pour moi, j’en ferai partie. Mais ça veut aussi dire qu’il y aura beaucoup moins de monde… »

Le marché de Noël de Bergues représente, pour l’éleveur nordiste, un chiffre d’affaires (CA) de 3 000 € en deux jours, sur un CA annuel d’environ 20 000 € et habituellement réalisé en novembre, décembre et janvier. « Cette année, j’avais pourtant sorti de beaux escargots malgré la sécheresse… », se désole l’éleveur, installé en 2015, qui lâche 300 000 invertébrés dans ses parcs tous les ans, soit 2 à 3 tonnes de production transformée maison.

Moins on est de fous…

« Les gens vont moins se réunir… et donc moins manger d’escargots », s’inquiète Christelle Cousin. Celle-ci a repris, il y a un an, la Ferme hélicicole de l’Avesnois (59). Elle a la chance de vendre en direct la moitié de sa production estampillée agriculture biologique, ainsi qu’en magasins bio, grands gagnants du premier confinement. « Les marchés de Noël représentent 10 % de mon chiffre. Ce n’est heureusement pas mon principal canal d’écoulement. Ce serait la catastrophe pour moi si les clients ne venaient pas jusqu’à mon magasin… »

Le tourisme hélicicole
à l’agonie ?

« Les producteurs d’escargots français commercialisent en moyenne 60 à 70 % de leur production sur les deux derniers mois de l’année », situe Christophe Simoncelli, animateur de l’association d’héliciculteurs Aspersa, et formateur au CFPPA de la Motte-Servolex, une référence en France dans le monde de l’escargot. À la difficulté posée par le reconfinement s’ajoute un autre paramètre : « De nombreux héliciculteurs ont aussi développé une activité touristique. Cette année, il n’y a eu personne, notamment dans le nord du pays où on croise pas mal d’Anglais d’habitude… »

Antoine Cousin, à la tête des Escargots du bocage depuis 2018, à Campagne-lès-Hesdin (62), confirme : « Le premier confinement a eu lieu quand la saison touristique allait démarrer et a tout arrêté. La saison prochaine est déjà tombée à l’eau… Nous n’avons plus qu’à attendre 2022, en espérant que ça redémarre d’ici là. » Même constat pour Grégory Laude, membre du Savoir vert, « durement pénalisé » depuis le printemps dernier, et qui ne sait pas ce que lui réservera le printemps prochain en termes de visites scolaires malgré ses investissements pour accueillir du public.

« Sinon, on est cuits »

Peu nombreux et mal connus, les héliciculteurs français tentent pourtant de se faire entendre. Le 17 octobre dernier, quatre associations de producteurs ont écrit à trois ministres pour les alerter sur les difficultés de leur filière, si atypique qu’elle est non éligible aux aides Covid. « Nous espérons vivement une réponse, avoue Arnaud Le Nud, président des Héliciculteurs du grand ouest et signataire de la lettre. Sinon, on est cuits. »

Attention danger : c’est le message adressé par les quatre associations de producteurs d’escargots (l’Aspersa, les Héliciculteurs de Bourgogne et Franche-Comté, les Héliciculteurs du grand ouest et le Groupement des héliciculteurs du nord-est) au Premier ministre, au ministre de l’Agriculture ainsi qu’à son confrère des Finances.
Les associations avancent leurs doléances :
« Rendre éligible au dispositif d’aides les héliciculteurs exerçant à titre professionnel pour l’ensemble des mois concernés depuis le début de la crise sanitaire. ceci afin de pouvoir combler une partie du déficit de recettes de l’ensemble de la période, de manière rétroactive. » 
« Que l’escargot soit reconnu au même titre que les produits d’autres filières qui sont actuellement éligibles au dispositif d’aides : foie gras, cidre, vins, pêche, aquaculture » pour « favoriser l’étude des dossiers par les organismes bancaires notamment »
– Que ces aides soient calculées en fonction des plans d’entreprise ne tenant pas compte des pertes dues en raison des canicules.

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires