Votre météo par ville

L’arrêt du glyphosate ? Pas si facile selon un rapport parlementaire

14-11-2019

Actualite

C’est tout frais

Manque d’alternatives, coût supplémentaire pour les agriculteurs… telles sont les difficultés qu’entraînera la sortie du glyphosate d’ici à 2021 selon un rapport parlementaire publié le mercredi 13 novembre 2019.

Le gouvernement souhaite l’arrêt de l’utilisation du glyphosate d’ici à 2021. © N. Ouvrard

Comment se passer du glyphosate ? C’est le casse-tête qui secoue le monde agricole depuis que le gouvernement souhaite l’arrêt de son utilisation à partir du 1er janvier 2021 (pour certaines cultures, l’échéance sera même repoussée à 2022 à condition qu’elles obtiennent « une dérogation »).

« Le calendrier sera difficile à tenir partout en l’état actuel des connaissances et aura un coût élevé pour les agriculteurs« , pointe un rapport parlementaire publié le 13 novembre 2019 et dressant un état des lieux du suivi de la stratégie de sortie du glyphosate. Le document estime en effet que la suppression de cet herbicide alourdira les charges des exploitations entre 50 et 150 euros l’hectare. Avant de poursuivre : « Il est par ailleurs demandé à l’État de préciser rapidement les cultures qui bénéficieront d’une dérogation ».

Manque de transparence

Depuis le 1er décembre 2018, dans le cadre du plan Ecophyto, le gouvernement a confié au préfet Pierre-Étienne Bisch la mission d’établir un diagnostic quant à l’utilisation actuelle du glyphosate. Mais presque un an plus tard, le rapport souligne un manque de transparence relativement inquiétant :

« Il (le préfet, ndlr) n’a pas été en mesure de répondre aux demandes réitérées des rapporteurs d’accéder de façon lisible aux données d’achat départementales et surtout d’obtenir, en ce milieu d’automne 2019, les chiffres des ventes et achats pour l’année 2018. Sans suivi chiffré de la consommation de glyphosate, la mission ne peut constater objectivement les effets de la stratégie mise en œuvre par le gouvernement. Les rapporteurs regrettent également de ne pas avoir accès à la répartition des consommations de glyphosate par filière. »

Achat de glyphosate en hausse dans le Nord et le Pas-de-Calais

Interrogées, les filières agricoles n’ont pas davantage été capables de chiffrer leur consommation de glyphosate, précise le rapport. Les rapporteurs ajoutent cependant que « les nombreuses personnes auditionnées (une cinquantaine) et les personnes rencontrées lors des deux déplacements ont exprimé leur bonne volonté à diminuer leur usage de produits phytopharmaceutiques, bien que certaines soient encore frileuses dans leurs pratiques, et ce, parfois, de façon irrationnelle ».

Cependant, chiffres à l’appui dans le rapport, la  quantité de glyphosate achetée sur la période 2015-2017 est en hausse aussi bien dans le Nord (entre 20 à 30 %) que dans le Pas-de-Calais (entre 30 à 40 %). Les députés pointent plusieurs cas où la seule alternative au glyphosate est de détruire les mauvaises herbes à la main, ce qu’ils qualifient « d’impasse » tant les investissements en main-d’œuvre seraient alors intenables.

Centralisation des données ?

Depuis 2006, tout exploitant agricole qui utilise un produit phytosanitaire ou un biocide a l’obligation de tenir à jour un registre phytosanitaire. Le support du registre est laissé au gré de chaque utilisateur (papier ou numérique) mais nombreux sont ceux qui utilisent divers logiciels en ligne. D’où la recommandation des rapporteurs de « centraliser ces données en une base numérique partagée », laquelle « permettrait d’évaluer la trajectoire d’utilisation réelle des produits, de l’échelle de l’agriculteur à celle de la France dans son ensemble, ainsi que par filière dans la mesure où le registre comprend également, pour chaque parcelle, son emblavement, c’est-à-dire l’espèce ou la variété cultivée. »

Simon Henry

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
La miss qui vendait des paillettes
Technico-commerciale en génétique bovine, Lisa Bernard participe aux sélections pour l’élection sur les réseaux s [...]
Lire la suite ...

Loup: une consultation publique est ouverte
Le ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé une consultation publique du 4 au 25 décembre 2019 au [...]
Lire la suite ...

Florine déclare sa flamme aux bougies végétales
Originaire du milieu agricole, Florine Bailleul s’est lancée dans la fabrication de bougies en cire de colza. Cette c [...]
Lire la suite ...

Cinq nouvelles aides pour la filière équine dans les Hauts-de-France
La Région a voté, fin septembre 2019, un ambitieux Plan cheval. 5,3 millions d’euros vont être débloqués sur quat [...]
Lire la suite ...

Retrait de 36 produits à base de glyphosate fin 2020
Le lundi 9 décembre 2019, l’Agence nationale de sécurité sanitairede l’alimentation (Anses) a annoncé dans u [...]
Lire la suite ...

Semis de blé retardés, techniques révisées
Comme pour toutes les cultures, cette année 2019 est compliquée. Les arrachages de pommes de terre et de betteraves ta [...]
Lire la suite ...

Restez informé en recevant votre newsletter Terres et Territoires

Au cœur des terres

#terresetterritoires