Votre météo par ville

L’arrêt du glyphosate ? Pas si facile selon un rapport parlementaire

14-11-2019

Actualité

C’est tout frais

Manque d’alternatives, coût supplémentaire pour les agriculteurs… telles sont les difficultés qu’entraînera la sortie du glyphosate d’ici à 2021 selon un rapport parlementaire publié le mercredi 13 novembre 2019.

Le gouvernement souhaite l’arrêt de l’utilisation du glyphosate d’ici à 2021. © N. Ouvrard

Comment se passer du glyphosate ? C’est le casse-tête qui secoue le monde agricole depuis que le gouvernement souhaite l’arrêt de son utilisation à partir du 1er janvier 2021 (pour certaines cultures, l’échéance sera même repoussée à 2022 à condition qu’elles obtiennent “une dérogation”).

Le calendrier sera difficile à tenir partout en l’état actuel des connaissances et aura un coût élevé pour les agriculteurs“, pointe un rapport parlementaire publié le 13 novembre 2019 et dressant un état des lieux du suivi de la stratégie de sortie du glyphosate. Le document estime en effet que la suppression de cet herbicide alourdira les charges des exploitations entre 50 et 150 euros l’hectare. Avant de poursuivre : “Il est par ailleurs demandé à l’État de préciser rapidement les cultures qui bénéficieront d’une dérogation ».

Manque de transparence

Depuis le 1er décembre 2018, dans le cadre du plan Ecophyto, le gouvernement a confié au préfet Pierre-Étienne Bisch la mission d’établir un diagnostic quant à l’utilisation actuelle du glyphosate. Mais presque un an plus tard, le rapport souligne un manque de transparence relativement inquiétant :

Il (le préfet, ndlr) n’a pas été en mesure de répondre aux demandes réitérées des rapporteurs d’accéder de façon lisible aux données d’achat départementales et surtout d’obtenir, en ce milieu d’automne 2019, les chiffres des ventes et achats pour l’année 2018. Sans suivi chiffré de la consommation de glyphosate, la mission ne peut constater objectivement les effets de la stratégie mise en œuvre par le gouvernement. Les rapporteurs regrettent également de ne pas avoir accès à la répartition des consommations de glyphosate par filière. »

Achat de glyphosate en hausse dans le Nord et le Pas-de-Calais

Interrogées, les filières agricoles n’ont pas davantage été capables de chiffrer leur consommation de glyphosate, précise le rapport. Les rapporteurs ajoutent cependant que “les nombreuses personnes auditionnées (une cinquantaine) et les personnes rencontrées lors des deux déplacements ont exprimé leur bonne volonté à diminuer leur usage de produits phytopharmaceutiques, bien que certaines soient encore frileuses dans leurs pratiques, et ce, parfois, de façon irrationnelle ».

Cependant, chiffres à l’appui dans le rapport, la  quantité de glyphosate achetée sur la période 2015-2017 est en hausse aussi bien dans le Nord (entre 20 à 30 %) que dans le Pas-de-Calais (entre 30 à 40 %). Les députés pointent plusieurs cas où la seule alternative au glyphosate est de détruire les mauvaises herbes à la main, ce qu’ils qualifient « d’impasse » tant les investissements en main-d’œuvre seraient alors intenables.

Centralisation des données ?

Depuis 2006, tout exploitant agricole qui utilise un produit phytosanitaire ou un biocide a l’obligation de tenir à jour un registre phytosanitaire. Le support du registre est laissé au gré de chaque utilisateur (papier ou numérique) mais nombreux sont ceux qui utilisent divers logiciels en ligne. D’où la recommandation des rapporteurs de « centraliser ces données en une base numérique partagée”, laquelle “permettrait d’évaluer la trajectoire d’utilisation réelle des produits, de l’échelle de l’agriculteur à celle de la France dans son ensemble, ainsi que par filière dans la mesure où le registre comprend également, pour chaque parcelle, son emblavement, c’est-à-dire l’espèce ou la variété cultivée. »

Simon Henry

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires