Votre météo par ville

Mobilisation des agriculteurs. Objectif GMS et direction Paris

01-02-2024

Actualité

C’est tout frais

Après avoir passé quatre jours sur l’A25, les sections Dunkerque et Hazebrouck de la FDSEA ainsi que les JA des Flandres ont poursuivi la mobilisation par des blocages de supermarchés, des contrôles symboliques de camions étrangers et le soutien au blocage parisien.

Lundi 29 janvier, à Socx, les agriculteurs ont procédé au contrôle symbolique de camions transportant des matières premières provenant de l’étranger. © J. D. P.

On dirait du Tintin. « Objectif GMS », avait annoncé Denis Bollengier le matin même. Promesse tenue, on retrouve le membre de la FDSEA quelques heures plus tard ce lundi 29 janvier. Avec d’autres agriculteurs, des sections Dunkerque et Hazebrouck de la FDSEA ainsi que les Jeunes agriculteurs (JA) des Flandres, ils bloquent l’accès au Super U de Steenvoorde à l’aide de leurs tracteurs. Il est 15 h, les clients ont pu terminer leurs courses tranquillement et s’en aller. Ensuite, tout a été bouclé. C’est la forme que prend l’acte 2 de la mobilisation, décidée à l’échelle départementale par le syndicat majoritaire, alors que « les annonces du Premier ministre sont totalement creuses, à la limite de la provocation », pense l’agriculteur d’Esquelbecq.

Les sections Dunkerque et Hazebrouck de la FDSEA ainsi que les Jeunes agriculteurs des Flandres ont boqué l’accès à Super U Steenvoorde lundi 29 janvier, pour protester contre la non-application de la loi Egalim. © J. D. P.

À quelques heures de la clôture officielle des négociations commerciales et alors que le non-respect de la loi Egalim cristallise l’injustice ressentie, les supermarchés sont érigés en symbole. Celui-ci a été choisi « par hasard. Et encore, ce n’est pas le pire de tous », reconnaît Denis Bollengier qui vise sans hésiter Leclerc, « le pire », qui aura droit à une journée pleine de blocage sur deux sites – Hazebrouck et Bailleul – le lendemain (mardi 30 janvier, ndlr). « Le consommateur ne paie jamais moins cher, ce sont les marges qui augmentent toujours. N’oubliez pas que les familles les plus riches de la région sont propriétaires de ces enseignes », invite le sexagénaire qui ne comprend toujours pas pourquoi, arrivés à Egalim 2, on n’est toujours pas capables de faire appliquer une loi.

« Le fumier, c’est lui. Le lisier, c’est moi »

Ce lundi après-midi, le responsable du rayon boucherie de Super U est sorti discuter avec les agriculteurs – dont sa cousine fait partie – et rappelle qu’il favorise au mieux les achats locaux. Et alors qu’il rejoint la grande surface au rideau baissé, regrettant dans un demi-sourire de n’avoir « pas pu en profiter pour avoir son après-midi », les anciens racontent comment le blocage de l’A25, inédit par sa durée, a été « long mais tranquille », se souvenant au passage des « grands moments passés ». Les anciens combattants se souviennent surtout de 1992, et « la PAC ». Il y avait eu les tracteurs à Lille. « Et puis l’hôtel des finances d’Hazebrouck », se marrent Jacques et François. « Le fumier, c’est lui. Le lisier, c’est moi », savourent-ils encore à distance : « 40 000 litres de lisier dans les archives. Ça a senti pendant dix ans », s’enorgueillit Jacques, à la fête comme un gamin. « Et pour le fumier au premier étage, ils avaient laissé les fenêtres ouvertes en même temps… », renchérit son comparse. « Aujourd’hui, le fumier, c’est Macron », profite pour formuler un agriculteur.

Christian Decherf, président de la section FDSEA d’Hazebrouck, en douanier en chef improvisé, lors du contrôle des camions lundi 29 janvier à Socx, au niveau du rond point d’entrée sur l’autoroute. © J. D. P.

Bon enfant, c’est aussi le ton qui a présidé au blocage de l’A25, « une opération symbolique sans débordements. On n’a rien cassé, on a juste apporté un peu de brin mais c’était pas par plaisir », formule Christian Decherf, président de la section FDSEA d’Hazebrouck. Il raconte le soutien des professions para-agricoles, celui des commerçants aussi dont certains ont distribué croissants ou saucisses. « Et l’ambiance familiale. Il y a parfois eu jusque 400 personnes sur place, et plus d’un millier se sont succédé au total », compte-t-il. Même son de cloche pour Antoine Stoffaes, vice-président des Jeunes agriculteurs des Flandres. À 28 ans, installé depuis deux ans, il a passé les quatre jours et trois nuits sur l’autoroute, « juste relayé pour aller faire les vaches », précise le jeune éleveur de Merris. La nuit dans le tracteur, « ça fait des souvenirs, mais on s’en serait bien passé ».

Présent pour le blocage du supermarché lundi 29, Antoine Stoffaes, vice-président des Jeunes agriculteurs des Flandres, avait passé quatre jours sur l’A25, juste relayé pour aller s’occuper de ses vaches. © J. D. P.

Compliqué pour l’éleveur d’aller prêter main-forte à Paris, comme s’apprêtaient à le faire ses comparses du Nord ou du Pas-de-Calais, dans un roulement méticuleusement organisé qui doit permettre de bloquer tous les grands axes menant vers la capitale. Imagine-t-il la suite, si Paris ne suffit toujours pas ? « Alors ce sera Bruxelles », projette-t-il sans peine. « En espérant ne pas devoir arriver jusqu’au Salon (entendu de l’agriculture, qui se tiendra à Paris du 24 février au 3 mars, ndlr). Ils en ont tous peur, j’espère que nous n’aurons pas à y arriver », prévient le jeune homme.

Un petit air de gilets jaunes

La situation est sous contrôle, presque trop tranquille sur cette route menant au Super U de Steenvoorde quand il est décidé d’une autre opération en parallèle. Quelques tracteurs restent assurer le siège du supermarché, les autres se mettent en branle vers le rond-point de Flandres, à l’entrée de l’autoroute. « On va contrôler la marchandise des camions, annonce Christian Decherf. Attention, nous avons un accord avec les Belges, on laisse passer leurs camions comme ils laisseront passer les nôtres. »

Ambiance… © J. D. P.

Quelques minutes et kilomètres plus loin, la file s’allonge à mesure que les agriculteurs, improvisés douaniers, arrêtent les camions pour en vérifier la cargaison sous le regard amusé des forces de l’ordre. Ça commence par un geste, le camion s’arrête. Une fenêtre qui se baisse et un échange, en franglais, qui doit permettre de vérifier le bon de livraison.

De part et d’autre du rond point, porte d’entrée de la Belgique dans les Flandres françaises, les agriculteurs ont procédé à des contrôles de la marchandise. © J. D. P.

Seule la marchandise alimentaire sera contrôlée, symboliquement, en ouvrant le hayon et en photographiant la cargaison. Ici une remorque vide, là des carottes en provenance de Belgique et livrées au Royaume-Uni par un camion bulgare dont le chauffeur se soumet non sans mal au contrôle improvisé, feignant de redémarrer avant qu’un tracteur ne vienne lui couper net la route. Petit conciliabule des apprentis contrôleurs quand ils tombent sur un camion plombé par les Douanes : ils le laissent finalement passer sans le mettre en difficulté. De part et d’autre du rond-point, décoré d’un tracteur flanqué d’un mannequin tête en bas et d’une pelle pleine de fumier, une opération toute symbolique, qui permet d’occuper un peu l’espace. Quelques voitures klaxonnent en guise de soutien. Un petit air de gilets jaunes. 

Justine Demade Pellorce

Lire aussi notre Dossier complet sur la mobilisation des agriculteurs

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires