Votre météo par ville

Mobilisation des agriculteurs : sur l’A25, « on est parés pour rester »

25-01-2024

Actualité

C’est tout frais

Les agriculteurs du Nord et du Pas-de-Calais ont rejoint la mobilisation nationale et européenne mercredi 24 janvier. Sur l’A25, bloquée dans les deux sens par 150 tracteurs des Flandres et du Dunkerquois, les agriculteurs « campent », en attendant des réponses.

Mercredi 24 janvier 2024. C’est ce jour que les agriculteurs du Nord et du Pas-de-Calais, en particulier la frange syndiquée à la FDSEA, ont rejoint la mobilisation européenne et nationale. Une mobilisation sans précédent dans laquelle s’inscrivent même, en partie, d’autres syndicats agricoles comme la Confédération paysanne et la Coordination rurale.

Un « ras-le-bol qui couve depuis longtemps », dit Frédéric Couloumies, agriculteur à Zegerscappel et secrétaire général adjoint de la section agricole de Dunkerque pour la FDSEA. « On avait commencé à s’exprimer avec les panneaux retournés mais ça a fait sourire. On aurait tous mieux à faire qu’être là mais il faut en finir avec les couches supplémentaires », déplore celui qui dit passer « une journée et demie au bureau » quand sa vie c’est « (s)es bêtes et (s)on tracteur ».

Dans le Nord, c’est sur l’A25, au niveau de Bergues, qu’ont choisi de converger les convois d’agriculteurs des Flandres et du Dunkerquois. 10 h 45, les « copains » de Méteren viennent de se mettre en route. Au faubourg de Cassel, à proximité de l’entrée d’autoroute sur le ban de Quaëdypre, une centaine de tracteurs sont garés, dont plusieurs équipés de remorques. Pleines. Les agriculteurs se sont rassemblés en attendant le top départ, sous les yeux de quelques riverains.

Lire aussi : Mobilisation des agriculteurs : « La balle dans le camp du gouvernement »

Devant la baraque à frites de Karine, ils sont plusieurs à tendre le cou vers l’attroupement, et soutiennent d’un seul homme le mouvement. « Même si je dois perdre ma journée, je suis avec eux, c’est bien triste qu’ils n’arrivent pas à vivre de leur travail », pense la patronne. Jordy, 29 ans, est lui ancien ouvrier viticole et travaille aujourd’hui « dans le lin ».

Le rassemblement des tracteurs s’est fait sous les yeux des riverains, à 100% solidaires. © J. D. P.

Ce qu’il retient, c’est « la différence de traitement entre des interdictions d’utilisations de produits et l’importation massive de denrées traitées avec ces mêmes produits ». Même la factrice à vélo, qui en profite pour distribuer leur courrier aux intéressés, soutient la mobilisation. « Il faut dire que je suis fille d’agricultrice et que je connais les conditions de vie. »

Ce soutien populaire, ils seront nombreux à dire le ressentir, plus tard, sur l’autoroute en contrebas. Tout comme « la couverture médiatique sans précédent » et le soutien des politiques… Locaux. Parce que quand on se rapproche des ministères et de « tous ces pleupleus de technocrates dans leur bureau à Paris qui ne savent pas ce qu’est une vache ou un cochon mais qui nous disent quoi faire… », formule Jérôme Vanlichtervelde, agriculteur à Millam. Lui est venu avec Thibaut, son fils de 9 ans, qui revêt une combinaison aux couleurs de son constructeur préféré et arbore un drapeau des Jeunes agriculteurs. Le très très jeune agriculteur voudrait-il en faire son métier ? « Oui, s’il est encore possible d’en vivre », dit son paternel.

Thibaut, 9 ans, accompagnait son père, agriculteur à Millam. © J. D. P.

Défendre son métier

11 h 15, Frédéric Couloumies grimpe dans la pelle d’un tracteur et lance le top départ, rappelant qu’une minute de silence sera respectée au moment des prises de parole en mémoire aux deux personnes décédées sur un barrage la veille et appelant au respect de la sécurité de tous, en laissant la bande d’arrêt d’urgence dégagée. Et c’est parti pour un convoi d’une centaine de tracteurs qui se dirigent sur l’A25 en contrebas. « Ceux d’Hazebrouck » ne devraient plus tarder. En tête de ligne, le tracteur de notre père de famille, floqué du message : « Pas d’avenir sans agriculteur, pas d’agriculteurs sans avenir. »

La centaine d’agriculteurs du Dunkerquois a attendu le top départ, donné par Frédéric Couloumies. © J. D. P.

Bastien, 16 ans, accompagne son père agriculteur à Cassel. Il passe son bac agricole cette année, et aimerait reprendre l’exploitation. « C’est maintenant qu’il doit défendre son métier, pas quand il sera trop tard », juge son père qui explique être allé le chercher à 10 h à l’Institut d’Hazebrouck où il suit ses études, « après son devoir de maths ». Faut pas pousser.

Du Dunkerquois ou des Flandres, 150 tracteurs ont bloqués l’A25 dans les deux sens. © J. D. P.

Parmi les têtes connues, Jacques Wyckaert, le chef d’orchestre de la foire agricole d’Hazebrouck, aux côtés de Christian Decherf, le président de l’union agricole d’Hazebrouck. Le premier rappelle que l’évolution de taxation sur le gasoil, « c’est 40 % de charges en plus », le second martèle la revendication tête de liste : « On ne veut pas des 4 % de jachère, ça doit être aboli immédiatement », prévient-il.

Marc Deswarte, producteur d’asperges de 74 ans, est là parce qu’il s’inquiète pour son fils qui reprend l’exploitation, et qu’il en appelle à « un peu de bienveillance » de la part des décideurs et des contrôleurs. Et quand on interroge le groupe d’anciens sur l’image de la profession – l’une des revendications -, c’est Xavier Dannoodt, éleveur à Killem, qui demande : « Qu’ils (les politiques, ndlr) fassent semblant de nous aimer, déjà ». Parmi les revendications récurrentes, le souhait de voir la loi Egalim 2 appliquée, qui promet notamment une plus juste rémunération des agriculteurs. « Ça fait 30 ans que la loi Evin existe, qui interdit de vendre à perte », rappelle l’un ou l’autre.

Aux revendications nationales s’additionnent les enjeux plus locaux. Pour le Dunkerquois, « mais bien au-delà » estiment les intéressés, c’est le développement du Grand port, et les centaines d’hectares de compensation écologique (1 000 hectares officiellement annoncés lors du point annuel du port de Dunkerque) que d’aucuns pensent voir doubler au minimum. « Or ces compensations écologiques se font sur les bonnes terres, cultivables, dans un rayon de 25 km, sans compter les milliers de nouveaux habitants que devraient drainer les milliers d’emplois annoncés : encore une menace sur le foncier agricole. »

13 h. Alors que la réunion parisienne entre Gabriel Attal (le premier Ministre), Marc Fesneau (ministre de l’Agriculture) et Arnaud Rousseau (président de la FNSEA) n’a pas encore commencé, plusieurs bennes ont été vidées de leur contenu – gravats, paille, pneus – sur l’autoroute, un mur de paille a été dressé sous le pont autoroutier pour offrir une protection contre le vent, encore tenace.

Sous le pont de la 916, au-dessus de l’A25 au niveau de Bergues, un mur de ballots de paille pour protéger la pause pique-nique du vent. © J. D. P.

Une grande table accueille le pique-nique et une cabine de toilettes de chantier est même installée. « On est parés pour rester », prévient l’un des agriculteurs. Sur le terre-plein herbeux, des palettes et des pneus sont regroupés en un feu de camp. La nuit pourrait être longue.

Des toilettes de chantier ont été installés, pour pour “camper” dans les meilleures conditions. © J. D. P.

Lire aussi : Mobilisation des agriculteurs : la FRSEA a rencontré Christophe Béchu

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires