Votre météo par ville

Pesticides : Le règne des paradoxes

09-05-2023

Actualité

Politique-syndicalisme

Autre problème soulevé par les députés de la commission Pest : la mise en cohérence des règles commerciales avec les politiques européennes de santé publique et environnementale. Peut-on continuer à produire des pesticides pour les exporter alors que leur usage a été interdit dans l’Union européenne ? À quand des mesures de réciprocité ?

drapeau Union européenne
Les paradoxes des règles commerciales et politiques européennes. © Pixabay

C’est une problématique récurrente pour les agriculteurs européens : la concurrence avec les régions du monde où la réglementation sur les pesticides est très souple. Aussi, de longue date, ils réclament plus de cohérence à l’échelle internationale et à l’échelle même de l’Union européenne, aussi bien en ce qui concerne leur utilisation que leur vente.

Lire aussi : Pesticides : Où en est l’Europe ?

Exporter l’interdit

Car, si dans l’UE, des pesticides sont interdits, cela n’empêche pas certains États membres (dont la France jusqu’à récemment) d’autoriser la fabrication de ces mêmes pesticides sur leurs territoires pour ensuite les exporter. Ainsi, selon une étude de l’ONG suisse Public Eye, « entre 2013 et 2020, la Belgique a exporté en moyenne 5 360 tonnes de pesticides interdits dans l’Union européenne vers des pays tiers », raconte Jonas Jaccard, chargé de plaidoyer pour l’ONG SOS Faim. « Par exemple, la Belgique a exporté des pesticides avec des substances interdites dans l’UE vers les Philippines », poursuit-il.

Mais le vrai problème selon lui est que les productions agricoles philippines, sont ensuite importées en Europe. « C’est absurde d’avoir des produits bannis de la production européenne mais exportés à l’extérieur pour ensuite les importer en Europe. Il y a là des problèmes de santé et de compétition avec les agriculteurs des autres pays », argue Eva Corral ingénieure en agriculture qui a travaillé sur les pesticides au Bureau européen de l’environnement.

Pour Heinz-Joachim Höfer, membre du Parti socialiste européen, « il faut que les exploitants agricoles européens soient soutenus, notamment quand ils opèrent des transitions vers l’agriculture biologique. Quant à la concurrence déloyale, il faudrait interdire l’importation de produits utilisant ces substances et trouver des accords bilatéraux et on pourrait même taxer les produits utilisant ces substances. Et il faut plus de cohérence politique, au sein même de l’UE. » 

Eglantine Puel

Lire aussi : Les alternatives aux pesticides de synthèses : l’enjeu clé du règlement « SUR »

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires