Votre météo par ville

Pollution de l’Escaut : la préfecture du Nord demande une réparation environnementale à Tereos

03-09-2021

Actualité

C’est tout frais

Mis à jour le 7 septembre 2021

Le préfet du Nord prescrit à Tereos des mesures de réparation environnementale pour assurer la restauration écologique de l’Escaut. Une mesure qui fait suite à la rupture de la digue d’un bassin de décantation de la sucrerie Tereos à Escaudœuvres dans la nuit du 9 au 10 avril 2020.

Usine d'Escaudœuvres de Tereos © V.CH.
Usine d’Escaudœuvres de Tereos © V.CH.

Par un arrêté en date du 31 août 2021, le préfet du Nord a prescrit à l’entreprise Tereos des mesures de réparation écologique de l’Escaut.

Cette décision fait suite à la rupture de la digue d’un bassin de décantation de la sucrerie Tereos à Escaudœuvres dans la nuit du 9 au 10 avril 2020. Cet accident avait conduit au déversement d’un volume important d’eau. D’abord sur les communes de Thun-Saint-Martin et Iwuy, dans le département du Nord. L’écoulement s’était ensuite propagé jusqu’au fleuve de l’Escaut générant une importante mortalité piscicole.

Faire revenir les poissons

L’entreprise devra d’abord restaurer deux premiers sites. Il s’agit des berges de l’Erclin, le long des terrains de Tereos et le bras mort de Rodignies, proche de la frontière belge.

Elle devra en parallèle mener des études complémentaires pour proposer des sites supplémentaires. Elle procédera à un rempoissonnement ciblé si ces mesures s’avéraient insuffisantes pour assurer le repeuplement piscicole de l’Escaut. Tereos devra en outre assurer un suivi de l’évolution écologique de l’Escaut.

L’arrêté préfectoral pérennise le comité de pilotage et le groupe d’experts créés après l’accident industriel. Objectif : garantir une mise en œuvre optimale des mesures de réparation  et vérifier l’évolution de l’état écologique de l’Escaut.

Le dernier comité de pilotage en date du 30 juin dernier a permis de faire aboutir, pour la première fois dans la région des Hauts-de-France, “la procédure de responsabilité environnementale à la suite d’un accident industriel ayant provoqué une dégradation des espaces naturels”, indique la préfecture dans un communiqué.

“L’arrêté reprend l’ensemble des mesures que nous avions proposées”, a réagi Tereos auprès de l’AFP. L’entreprise s’est félicitée “d’un dossier bien mené en coconstruction”, pour permettre “de reconstituer favorablement le développement des poissons dans certaines parties de l’Escault”.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires