Votre météo par ville

Religion : quand la nature émerveille

02-10-2023

Actualité

C’est tout frais

Lors de Terres de Jim qui se sont tenues du 8 au 10 septmebre 2023, une messe a été célébrée par le curé Denis Lecompte, accompagné du diacre Michel Chombart. Pour eux, cette messe n’est pas qu’une tradition, elle révèle aussi le lien étroit entre la religion, l’agriculture et le monde rural.

Pour Michel Chombart (à gauche) et Denis Lecompte, il existe un lien étroit entre la religion et le monde rural. © E. P.

Dimanche 10 septembre 2023, 10 h 30. Sous le chapiteau des conférences de Terres de Jim, une certaine ferveur, une certaine joie. La chorale LaDoRé répète les morceaux qu’elle va jouer pour la messe dans une demi-heure sur fond de guitare acoustique, flûte et batterie. En effet, dans trente minutes, la traditionnelle messe des Terres de Jim sera célébrée par le curé de la paroisse Saint-Joseph de Cambrai, Denis Lecompte, accompagné du diacre Michel Chombart. Le premier est fils d’agriculteur, le second était agriculteur il y a encore quelques mois. Pour eux, cette messe n’est pas qu’une messe. Elle révèle le lien étroit qui existe entre la religion, l’agriculture et le mondre rural, entre les êtres humains et la nature.

Émerveillement et étonnement

« Quand on est dans le monde agricole, le monde rural, c’est le premier point qui nous saute aux yeux : le miracle de la vie. » Ces mots, prononcés pendant la messe, sont peut-être l’essence de ce qui, pour Denis Lecompte et Michel Chombart, fonde le lien entre les ruraux et la religion catholique.

« Je crois que le monde rural et agricole est peut-être plus en symbiose avec la nature que d’autres secteurs. Or, la nature, c’est la création de Dieu. Et il n’y a rien d’incompatibles avec les sciences de la nature, bien au contraire, c’est presque congénital : le b. a.-ba de la science, c’est l’étonnement et l’émerveillement, comme la religion. Et on a un peu plus de chance de s’émerveiller et de s’étonner quand on est dans la nature, en contact avec elle. »

. La scène où se tient Denis Lecompte a été décorée de gerbes de blé, de plantes et autres végétaux. © E. P.

Le contact avec la nature, on le sent bien à Terres de Jim. Sous la chaleur écrasante de ce début de mois de septembre, le vent soulève la poussière de la terre battue. La scène où se tient Denis Lecompte a été décorée de gerbes de blé, de plantes et autres végétaux. Dans le public, on distingue nettement deux rangs de jeunes hommes en combinaison rouges : ce sont les concurrents du concours de labour qui aura lieu juste après. La veille, leurs équipements ont été bénis par l’évêque de Cambrai.

Pour le diacre Michel Chombart, au-delà de l’émerveillement et de l’étonnement face au miracle de la vie, les agriculteurs sont aussi en contact permanent avec « la terre, les animaux et mis face aux liens qui existent entre tout ça. On est confronté au fait que, même avec des techniques de plus en plus pointues, c’est la nature qui gère. »

La nature reprend toujours ses droits

Autre point à ne pas négliger : le fait que la nature reprend toujours ses droits. « Dans l’histoire de l’humanité, les catastrophes naturelles par exemple ont beaucoup compté car elles montrent qu’on ne maîtrise pas la nature. » Et Michel Chombart d’ajouter : « Par exemple les moissons cet été. On avait des blés magnifiques et pendant plusieurs semaines, la pluie n’a pas arrêté. Ce genre d’événement nous rappelle que rien n’est écrit. »

D’ailleurs, cette dépendance à la nature a été mise en exergue à la messe, après le tremblement de terre qui a frappé le Maroc. Ainsi, Denis Lecompte a prononcé : « Nous prions pour toutes les victimes des accidents climatiques, notamment pour le Maroc. Associons nos prières à celles des familles rurales du monde entier. »

Selon les deux hommes, protéger la planète fait partie du socle de la religion catholique : « Le pape François l’a même inscrit dans sa seconde lettre encyclique, Laudato si. C’est dire si cela est important dans la religion. » 

Valeurs rurales, valeurs chrétiennes : effet miroir

« Il y a des occasions de chicanes mais ça se fait, ensemble nous allons vers la réconciliation », poursuit Denis Lecompte du haut de l’estrade, tandis que LaDoRé entame l’Alléluia.

Pour les deux hommes, les valeurs rurales et agricoles – solidarité, charité, partage – sont les mêmes que celles prônées par la religion catholique. « Ça se voit jusque dans la comptabilité ! Dans le bâtiment par exemple, jamais on ne voit des entrepreneurs acheter des machines en commun. Alors que dans l’agriculture, la mise en commun ça se fait depuis très longtemps », décrit Michel Chombart.

Un lien en perte de vitesse ?

Mais une fois qu’on a dit tout ça, force est de constater que dans l’assemblée, ce ne sont pas les jeunes qui remplissent les chaises. Une assemblée finalement assez représentative du reste de la population française. Pour les deux hommes, cela cache une réalité tout autre.

Lire aussi : « Dans les campagnes, la messe reste un lieu social »

« Quand je suis devenu diacre, des collègues agriculteurs, que je ne voyais pas à l’église, sont venus me voir et depuis ils viennent me raconter des choses, se confier. Et puis, n’empêche, les concurrents du concours de labour étaient à la messe. Peut-être qu’aujourd’hui, le lien avec la religion s’exprime différemment, par d’autres moyens que la messe. Dans des actions concrètes », suppute Michel Chombart.

« Notre société a été fortement chamboulée. La course à l’argent fausse les liens entre les gens, et entre les gens et la religion sans doute. La foi en l’avenir, qui est quand même un peu l’essentiel de la religion, a été égratignée, ajoute Denis Lecompte. Mais l’Homme est un animal religieux selon moi. C’est dans sa nature de se poser des questions métaphysiques, sur les mystères de la vie et de la mort. Et puis, tant que les Hommes continueront de pouvoir s’émerveiller et s’étonner, la religion trouvera toujours sa place. »

En tout cas, elle avait toute sa place en cette matinée de septembre. 

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires