Votre météo par ville

L’avenir agricole sera féminin ou ne sera pas

06-03-2024

Actualité

C’est tout frais
Sylvia Lecerf, productrice de choux et adhérente du Marché de Phalempin. @Marché de Phalempin

Dans les fermes, les femmes prennent peu à peu leur place. Non sans difficultés. Le point avec Anne Dumonnet-Leca, fondatrice de Vox Demeter, Alexis Annes, sociologue des questions de genre en agriculture, et Nicolas Brouté, à l’origine de la chaire Agricultures au féminin à l’ESA.

L’avenir de l’agriculture sera féminin, ou ne sera pas. Pas une menace mais un constat que partagent divers observateurs du monde agricole, qui ont fait de la question du genre un sujet.

Les femmes ont toujours été présentes dans les fermes mais elles sont encore le plus souvent « sans voix », formule Anne Dumonnet-Leca, fondatrice et présidente de Vox Demeter, qui évoque ce retrait quasi-systématique des femmes par rapport aux hommes. Elles sont présentes sur les exploitations, dans les ateliers, dans les champs et ont même désormais un statut qui leur offre reconnaissance et protection et relègue au passé l’idée que « le tracteur était mieux assuré que (la femme) », comme le relaie la présidente de Vox Demeter.

L’association Vox Demeter, fondée par Anne Dumonnet-Leca, vise à « faire entendre la voix des femmes du monde agricole en les rendant visibles et en tissant du lien ». © Vox Demeter

Mais elles sont encore moins souvent dans les instances dirigeantes. Plus on monte dans la hiérarchie, moins il y a de femmes. Ça rappelle les autres sphères professionnelles et c’est à l’image de la société, « mais c’est d’autant plus vrai dans ce milieu très masculin », observe Alexis Annes. Pour le sociologue de l’agriculture, notamment spécialisé dans les questions de genre, ce n’est un secret pour personne, le milieu agricole est encore très patriarcal.

18 % de cheffes d’exploitation

Les chiffres l’attestent : si les choses ont changé ces dernières décennies avec notamment « une meilleure visibilité liée au renouvellement des générations ou au développement des réseaux sociaux », pense Anne Dumonnet-Leca, il y a encore une marge de progrès pour atteindre la parité. « Dans le cas de transmissions familiales, les filles restent le second choix quand il y a des fils », illustre la présidente de Vox Demeter.

Un quart des exploitations agricoles sont dirigées ou codirigées par des femmes, chiffre qui s’effondre à moins de 18 % si on ne considère que les femmes qui dirigent seules. Dans le détail, le sociologue liste des secteurs plus ouverts à la féminisation – la viticulture, le maraîchage ou l’élevage de petits ruminants – et d’autres clairement plus réfractaires comme les grandes cultures ou l’élevage de bovins viande. « Avec aussi une distinction entre la moitié nord de la France et la moitié sud, où la culture méditerranéenne vient encore compliquer la position des femmes », abonde Anne Dumonnet-Leca.

La solitude des agricultrices est encore plus grande

L’association qu’elle a fondée vise à « faire entendre la voix des femmes du monde agricole en les rendant visibles et en tissant du lien » car on constate que les femmes de ce milieu sont moins socialisées que les hommes. « On parle souvent de la solitude de l’agriculteur, qui est réelle et peut mener aux situations les plus dramatiques, mais la solitude des agricultrices est encore plus grande. Parce qu’elles sortent moins de leurs fermes, qu’elles ne développent donc pas leurs propres réseaux. Il est beaucoup plus compliqué d’avoir un cercle d’amis avec qui échanger dans le milieu rural, et le rôle des coopératives prend, par exemple, toute sa place dans ce contexte », estime Anne Dumonnet-Leca.

« Les femmes sont moins représentées dans les instances professionnelles mais aussi dans les formations techniques“, observe le sociologue Alexis Annes. © Alexis Annes

Autre piste, dépeinte par Alexis Annes : le développement de collectifs en non-mixité choisie, notamment portés par les Civam (Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural) qu’accompagne le sociologue. « Les femmes sont moins représentées dans les instances professionnelles mais aussi dans les formations techniques, où elles se sentent parfois moins à l’aise et moins légitimes. » Si l’objectif est de gagner en confiance, comme ont pu le faire les femmes agricultrices qui se sont battues pour leurs droits dans les années 70 – le sociologue n’emploie volontairement pas le mot “féministe” qui sonne encore comme un gros mot dans le milieu agricole -, les agricultrices d’aujourd’hui veulent également gagner en compétences, et c’est moins compliqué pour certaines de faire ça sans le regard – et parfois les commentaires – de leurs homologues masculins.

Agricultures au féminin

À ces freins psychologiques et culturels visibles, dirons-nous, s’en ajoutent d’autres. Il est observé que les femmes sont moins facilement recrutées. « Il existe encore des agriculteurs qui, quand ils font appel au service de remplacement, préviennent qu’ils ne veulent pas de femme. Ce n’est ni marginal, ni une vue de l’esprit », pointe Anne Dumonnet-Leca. Quant aux femmes qui se lancent seules, elles ont plus de difficultés que les hommes à accéder au foncier et à des financements. Elles se lancent de fait dans de plus petits projets, sur de plus petites parcelles. Pour compenser, elles favorisent souvent la diversification, ce qui représente aussi une charge de travail supplémentaire. Une conjonction de critères qui fragilise d’autant plus la pérennité de ces exploitations.

Anne Dumonnet- Leca embraie sur le troisième axe d’action de Vox Demeter : « L’influence, en faisant prendre conscience de la sous-représentation des femmes ».

Nicolas Brouté est le directeur des relations entreprise de l’ESA d’Angers. Il est à l’origine de la création de la chaire Agricultures au féminin lancée officiellement le 20 février dernier. © ESA

Le manque de présence féminine est notamment le constat qui a amené l’École supérieure d’agricultures (ESA) d’Angers à créer une chaire d’enseignement appelée Agricultures au féminin. Annoncée le 20 février dernier lors de la journée Back to earth, 2e édition des rencontres nationales du retour à la terre et de l’avenir des territoires avec pour thème le retour à la terre au féminin, la chaire sera pleinement opérationnelle à la rentrée prochaine. Mais elle ne démarre pas de zéro, les questions de genre étant déjà présentes dès la formation, sans toutefois réussir à corriger les inégalités, a pu observer Nicolas Brouté.

Le directeur des relations entreprise et du mécénat de l’ESA a porté la création de la chaire, notamment alerté par l’un de ses partenaires, une grosse entreprise d’aménagement paysager qui expliquait sa difficulté à féminiser ses effectifs. « En créant cette chaire d’enseignement, qui visera à produire de la connaissance et à la mettre à disposition de nos apprenants en interne mais aussi des autres acteurs dans un esprit d’intérêt public, nous souhaitons créer un mouvement sur la question des genres en agriculture dès la formation, y compris en amont de l’école », détaille Nicolas Brouté.

Elles renouvellent le métier

Pour lui, la question des stéréotypes se pose dès le plus jeune âge et il envisage déjà des interventions dans les collèges ou les lycées : pour la cause agricole et féminine, pour favoriser le recrutement aussi et tout ça est lié. « Nous reposons notre action sur le triptyque formation, visibilité et attractivité : la chaire doit aussi permettre d’accompagner les femmes qui se lancent dans l’agriculture voire l’agroalimentaire à terme, mais une bataille à la fois, et de permettre l’attractivité de la profession », liste le responsable de l’ESA. Car les femmes, si elles ont participé à écrire l’histoire de l’agriculture, façonneront surtout son avenir. Parce qu’il y a urgence à recruter, il faudra aussi prendre en compte cette moitié de l’humanité.

Alexis Annes rappelle que les agricultrices qui se lancent seules le font plus facilement dans l’agriculture biologique et / ou sur des plus petites surfaces avec des activités de diversification comme la transformation, la vente directe ou encore l’accueil à la ferme. « Le recensement agricole de 2010 indiquait d’ailleurs clairement que les agricultrices étaient source d’innovation sur les exploitations agricoles et qu’elles concourraient largement à renouveler le métier. »

Les femmes sont au bon moment et ont les bonnes compétences pour pouvoir porter l’évolution de la profession.

Alexis Annes, sociologue spécialisé dans les questions agricoles.

Parce qu’elles ont eu ou ont encore un pied en dehors de la ferme, les femmes font le lien entre les exploitations et le reste du monde. La mécanisation, la technologisation de la profession ont aidé les femmes à prendre leur place. Le sociologue insiste : « Ce n’est pas parce qu’elles sont femmes qu’elles ont telles aptitudes ou telles envies, mais parce qu’elles ont été dans des mécanismes de socialisation liés à leur genre qu’elles ont évolué dans certains domaines professionnels et acquis les compétences qui vont avec – celles du service, de l’accueil, du commerce ou de la communication – qui sont justement les compétences attendues pour l’agriculture aujourd’hui. Les femmes sont au bon moment et ont les bonnes compétences pour pouvoir porter l’évolution de la profession. » On vous le disait : l’avenir de l’agriculture sera féminin, ou ne sera pas. 

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires