Votre météo par ville

Le Youtubeur Étienne Fourmont victime d’une intrusion dans son élevage

06-01-2020

Actualité

C’est tout frais

Bien connu pour ses vidéos sur son métier d’éleveur, le sarthois Étienne Fourmont a subi une intrusion d’animalistes sur son exploitation, sans doute dans la nuit du 31 décembre 2019. Les intrus ont tagué « 2020 abolition » sur le mur d’un silo.

« 2020 abolition », peut-on désormais lire en grands caractères rosés sur un silo d’Étienne Fourmont. « Je n’ai vu le tag que samedi 4 janvier au matin, en passant sur la route, raconte l’éleveur sarthois (72) qui a relayé cette intrusion d’abolitionnistes dans son élevage sur son compte Twitter. Il faut dire que ce mur est situé à l’opposé de ma maison sur mon exploitation… »

Lire aussi notre article : Intrusions en élevages : La peur au fond du bâtiment

Bien connu du net grâce à son compte Twitter et à ses vidéos sur sa chaîne Youtube, l’éleveur laitier ignore quand précisément les intrus se sont glissés chez lui pour laisser ce message. Les gendarmes lui ont cependant mis la puce à l’oreille : « Quand je les ai appelé samedi après-midi pour leur signaler l’intrusion, ils m’ont dit que la ferme d’un de mes voisins avait elle aussi été  »visitée » dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier… »

La plainte après l’intrusion

Si Étienne Fourmont était présent à son domicile pour fêter le nouvel an avec des amis, ce n’est pas le cas de son voisin. Absent le soir du 31 décembre, celui-ci a recensé plus de dégâts à la suite de l’intrusion des animalistes dans son élevage de porcs : tags, portes forcées, plusieurs câbles coupés, et une vidéo de ses porcs tournées – où on ne voit d’ailleurs pas grand chose d’autre que les bêtes sur leurs caillebotis –, puis relayée sur une obscure page Facebook visiblement anglophone au français incertain. Choqué, le voisin a porté plainte. « Et je compte bien le faire aussi », conclut Étienne Fourmont.

« Personnellement, je m’attendais un peu à avoir une intrusion chez moi un jour »

Étienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe

« Je m’y attendais »

Le pourquoi de cette intrusion dans son élevage, l’éleveur l’ignore. « Si c’est par rapport à mon activité sur les réseaux sociaux, je me dis qu’ils auraient pu faire pire que juste un tag… Personnellement, je m’attendais un peu à avoir une intrusion chez moi un jour. Mais ça reste assez perturbant et stressant de se dire que quelqu’un est rentré chez toi la nuit. Je le supporte, mais pour ma famille, et notamment ma femme et mes petits garçons, c’est assez perturbant. On se demande : quelle sera la prochaine étape ? Vont-ils revenir ?… »

Et de reconnaître qu’il réfléchit désormais à « installer des caméras de surveillance » chez lui.

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Fruits et légumes : Booster la filière régionale
L'interprofession des fruits et légumes frais s'implante en région. Objectif : promouvoir la consommation de fruits e [...]
Lire la suite ...

Influenza aviaire : enrayer l’épidémie
La France a détecté le 26 novembre un foyer dû à une souche hautement pathogène (IAHP) dans un élevage de poules p [...]
Lire la suite ...

Le Salon Interpom a enfin eu lieu, sous de bons auspices
Après un report d'un an, le salon Interpom a enfin eu lieu à Courtrai, du 28 au 30 novembre, avec l'ambition de « re [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires