Votre météo par ville

Le Youtubeur Étienne Fourmont victime d’une intrusion dans son élevage

06-01-2020

Actualité

C’est tout frais

Bien connu pour ses vidéos sur son métier d’éleveur, le sarthois Étienne Fourmont a subi une intrusion d’animalistes sur son exploitation, sans doute dans la nuit du 31 décembre 2019. Les intrus ont tagué « 2020 abolition » sur le mur d’un silo.

« 2020 abolition », peut-on désormais lire en grands caractères rosés sur un silo d’Étienne Fourmont. « Je n’ai vu le tag que samedi 4 janvier au matin, en passant sur la route, raconte l’éleveur sarthois (72) qui a relayé cette intrusion d’abolitionnistes dans son élevage sur son compte Twitter. Il faut dire que ce mur est situé à l’opposé de ma maison sur mon exploitation… »

Lire aussi notre article : Intrusions en élevages : La peur au fond du bâtiment

Bien connu du net grâce à son compte Twitter et à ses vidéos sur sa chaîne Youtube, l’éleveur laitier ignore quand précisément les intrus se sont glissés chez lui pour laisser ce message. Les gendarmes lui ont cependant mis la puce à l’oreille : « Quand je les ai appelé samedi après-midi pour leur signaler l’intrusion, ils m’ont dit que la ferme d’un de mes voisins avait elle aussi été ”visitée” dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier… »

La plainte après l’intrusion

Si Étienne Fourmont était présent à son domicile pour fêter le nouvel an avec des amis, ce n’est pas le cas de son voisin. Absent le soir du 31 décembre, celui-ci a recensé plus de dégâts à la suite de l’intrusion des animalistes dans son élevage de porcs : tags, portes forcées, plusieurs câbles coupés, et une vidéo de ses porcs tournées – où on ne voit d’ailleurs pas grand chose d’autre que les bêtes sur leurs caillebotis –, puis relayée sur une obscure page Facebook visiblement anglophone au français incertain. Choqué, le voisin a porté plainte. « Et je compte bien le faire aussi », conclut Étienne Fourmont.

Personnellement, je m’attendais un peu à avoir une intrusion chez moi un jour »

Étienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe

« Je m’y attendais »

Le pourquoi de cette intrusion dans son élevage, l’éleveur l’ignore. « Si c’est par rapport à mon activité sur les réseaux sociaux, je me dis qu’ils auraient pu faire pire que juste un tag… Personnellement, je m’attendais un peu à avoir une intrusion chez moi un jour. Mais ça reste assez perturbant et stressant de se dire que quelqu’un est rentré chez toi la nuit. Je le supporte, mais pour ma famille, et notamment ma femme et mes petits garçons, c’est assez perturbant. On se demande : quelle sera la prochaine étape ? Vont-ils revenir ?… »

Et de reconnaître qu’il réfléchit désormais à « installer des caméras de surveillance » chez lui.

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires