Votre météo par ville

Solidarité : Le château d’Ecou à Tilques (62) devenu centre d’accueil pour réfugiés Ukrainiens

24-03-2022

Actualité

Société

Arrivés le 12 mars à Tilques, les 21 Ukrainiens qui ont quitté leur pays ont été accueillis au château d’Ecou. Depuis, c’est le chant des oiseaux qui a remplacé le bruit des bombes. Un havre de paix pour ces réfugiés.

Parmi la centaine de réfugiés Ukrainiens arrivés dans l’Audomarois, 21 sont accueillis au château d’Ecou. Mary Meaney et son équipe de bénévoles ont voulu y créer un lieu de rassemblement chaleureux. © L. D.

Une bonne nouvelle arrive en ce lundi matin ensoleillé. Un arrêt de bus vient d’être installé au château d’Ecou, à Tilques (62), point de ralliement de la centaine de réfugiés ukrainiens hébergés dans l’Audomarois, dont 21 à la ferme du château.

« J’étais aux États-Unis lorsque la guerre a commencé», confie Mary Meaney, hôtesse du château d’Ecou. À son retour en France, elle se démène pour aider les Ukrainiens et pour accueillir des réfugiés chez elle. « J’ai rapidement compris que si je voulais aider, c’était à moi d’organiser les choses. »

Mobilisation générale à Tilques

Elle n’est pas la seule à vouloir se mobiliser et s’entoure rapidement d’une équipe de bénévoles, voisins et amis, souhaitant apporter main forte aux réfugiés. Un bus est affrété pour la Pologne pour aller récupérer des Ukrainiens ayant fui leur pays, et les ramener dans l’Audomarois où des familles étaient prêtes à les accueillir.

Mary Meaney, bien sûr, qui hébergent 11 jeunes et deux familles, mais aussi de nombreuses personnes, que cette guerre ne laisse pas indifférent. Le château d’Ecou se transforme depuis le début du mois en centre d’accueil. « Nous sommes une équipe entière. Le maire de la commune mais aussi tous les voisins et habitants des alentours viennent nous donner un coup de main. Ce n’est sûrement pas parfait mais ça fonctionne ! Nous avons installé une salle pour les activités, explique Mary Meaney. C’est ici que nous donnons des cours de français. Des ateliers y sont organisés pour les enfants, mais aussi les adultes. Nous y avons projeté un film samedi soir. Nous allons faire une bibliothèque avec des livres en ukrainiens, je dois les recevoir sous peu. Et ici, nous avons fait une crèche. Avant, les familles devaient amener les Ukrainiens ici en voiture, grâce à cet arrêt de bus, ils seront plus autonomes. »

Du gazon au potager

Tous ne parlent pas anglais. Dans la cour de cette ancienne ferme, c’est avec les téléphones, équipés de traducteurs, à la main qu’on communique. En ce lundi, les enfants, les plus petits, sont à l’école. Ils ont été accueillis dans les classes environnantes. Quant aux ados, ils peuvent suivre des cours à distance grâce à des dons d’ordinateurs.

« On sent qu’ils ont envie de travailler, d’être utiles, explique l’hôtesse en constatant que le ménage est en train d’être fait. On va d’ailleurs retourner une partie du jardin qui était en gazon pour faire un grand potager. Ils vont être heureux de nous donner un coup de main, de produire quelque chose sans se sentir redevable et avec la surface disponible, on va pouvoir nourrir tout le village ! »

Appel aux dons

Non loin de là, Alexandra, une bénévole, est au rangement avec deux jeunes. « Nous recevons des dons que nous devons trier et ranger, explique-t-elle. Tout ce dont nous n’avons pas besoin, comme les vêtements d’hommes, sera redistribué par la Croix Rouge. Je range la nourriture avec les jeunes qui sont sur place. On ne se comprend pas toujours, mais avec les gestes on y arrive. Je veux aussi le faire dans la bonne humeur, alors je n’hésite pas à les faire rire, je pense que c’est important pour eux. »

Toute initiative, tout don ou heure à donner sont bienvenus. « Il faut retenir le courage de ces Ukrainiens, mais aussi la mobilisation de tous les habitants des villages alentour, souligne Mary Meaney. Avec les bombardements qui persistent, il faut s’attendre à accueillir encore plus de réfugiés. » Mary Meaney lance un appel : « Certains endroits sont saturés, mais il y en a encore beaucoup d’autres. Il est temps de passer des bonnes paroles aux bonnes actions. » Pour que l’on puisse facilement reproduire leur initiative, Mary Meaney et ses équipes ont préparé un guide pour l’accueil des réfugiés. À bon entendeur… 

L. D.

Lire aussi : La Région Hauts-de-France présente son plan d’aide en faveur de l’Ukraine

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires