Votre météo par ville

Ferme urbaine du Trichon : La nature à la reconquête de Roubaix

24-02-2023

Actualité

Articles

Un joli projet, porté par le collectif urbain du Trichon, est en train de prendre vie à Roubaix, avec de multiples bénéfices pour les hommes et la nature. Les habitants pourraient y cueillir leurs fruits et légumes en 2025.

Du blé vient d’être semé sur le terrain, d’autres légumes vont prochainement y être plantés pour une phase de tests.
Du blé vient d’être semé sur le terrain, d’autres légumes vont prochainement y être plantés pour une phase de tests. © H. G

Comment résister au dérèglement climatique, à l’effondrement de la biodiversité et à la problématique de renouvellement de génération des agriculteurs ? Le sujet est vaste mais Pierre Wolf et l’association roubaisienne (59) le collectif urbain du Trichon ont peut-être une solution. En tout cas, ils tiennent à apporter leur pierre à l’édifice. “J’ai lu une étude sur la résilience du système alimentaire des Hauts-de-France de l’Ademe, et on se rend compte que, finalement, la production et la consommation dans la région sont déconnectées, avance Pierre Wolf, chef de projet. Pour la production, nous sommes dans des chaînes longues avec des outils de transformation énormes, mais qui ne travaillent pas directement pour le territoire. Du côté des consommateurs, on utilise peu le circuit court.”

Alors, lorsque l’association, composée de trois salariés et d’une trentaine de militants, a eu connaissance d’un terrain de 6 300 m2, en plein centre-ville de Roubaix, appartenant à la métropole européenne de Lille, qui ne trouvait pas preneur auprès de promoteur immobilier, elle y a vu une aubaine : créer une ferme urbaine ! “L’idée est d’y installer un ou deux maraîchers avec un principe de maraîchage en autorécolte. On n’y fera pas des oignons ou des pommes de terre, il y en a déjà plein qui le font. Nous aimerions avoir des choses étonnantes comme des kiwis, par exemple. Les gens s’abonneront à l’année – on imagine un tarif d’environ 1,50 € par personne et par jour – et pourront venir, quand ils le souhaitent, cueillir les fruits et légumes dont ils auront besoin. Cela permettra de reconnecter les habitants à la production”, détaille le chef de projet de la ferme urbaine du Trichon qui travaille le sujet depuis 2017.

Des fruits et légumes pour tout le monde

Le collectif souhaite également mettre en place un système pour les gens à faibles revenus afin qu’ils aient, eux aussi, accès à ce service. “Roubaix est l’une des villes les plus pauvres de France, les gens ne mangent pas bien car ils n’ont pas les moyens. On pourrait aller voir des organismes comme la CPAM pour trouver une collaboration, car la malbouffe a un coût aujourd’hui pour notre société”, avance Pierre Wolf.

Ce dernier y voit aussi l’opportunité de rendre les métiers agricoles plus attractifs : “Un maraîcher va arriver d’ici un mois. Aujourd’hui, ces professionnels travaillent plus de 70 h par semaine pour un salaire qui ne dépasse pas 1 000 € par mois. Le fait d’être en autorécolte réduirait sa charge de travail. Nous voulons un bien-vivre alimentaire, où les gens mangent équilibré, et où l’on travaille dans de bonnes conditions, pour un bon salaire, avec la possibilité de prendre des vacances et d’avoir des week-ends.”

La ferme du Trichon sera aussi une réponse au faible nombre d’espaces verts sur Roubaix : “Avec cette ferme, l’objectif est d’améliorer le cadre de vie, en faire un lieu où on peut s’aérer en pleine ville, écouter chanter les oiseaux.” Elle accueille d’ores et déjà 20 classes roubaisiennes : “Les élèves viennent une dizaine de fois dans l’année pour participer à des ateliers sur la nature”.

Pierre Wolf et l’association voient même plus loin : le terrain de la future ferme urbaine est bordé par l’ancienne faculté de LEA, aujourd’hui à l’abandon. “Nous sommes actuellement en dialogue avec le bailleur, Partenord, pour trouver un terrain d’entente afin que l’on puisse utiliser le rez-de-chaussée de ce bâtiment pour y installer un tiers-lieu nourricier où nous proposerons des produits issus d’agriculteurs basés dans un rayon de 200 km. On pourrait également imaginer des ateliers pour apprendre aux habitants à les cuisiner…”

Ouverture en 2025

Actuellement, la ferme urbaine est en phase de test. “Nous avons semé du blé, pour voir ce que cela va donner, on en fabriquera de la farine”, sourit Pierre Wolf.

Prochainement, des concombres, des courgettes, des courges ou encore de la salade devraient également être plantés. Pierre Wolf espère que la ferme urbaine de Roubaix sera opérationnelle en 2025.

Une partie du terrain sert à la recherche scientifique. © H.G.

Un projet productif et scientifique

Sur les 6 300 m2 de terre qui accueillent la ferme urbaine du Trichon, il a fallu reconstituer un sol. Pour cela, le collectif des paysans urbains du Trichon collabore avec trois laboratoires scientifiques universitaires de Lille et de Junia, ainsi qu’avec un bureau d’études de sol autour d’un projet de recherche qui vise à évaluer la pertinence de l’utilisation du compost d’origine locale dans la gestion durable des sols dégradés. “Ce sol n’était plus fertile, il a été tassé sous du béton”, explique Pierre Wolf. Pour lui rendre sa fertilité, le collectif s’est donc servi de ressources locales telles que du bois, du fumier ou encore des feuilles, provenant de la métropole lilloise.

Une partie du terrain a été polluée à la suite de son occupation par des Roms qui y ont notamment brûlé des voitures et stockés des métaux”, explique Pierre Wolf. Sur cette parcelle, qui ne servira évidemment pas pour la ferme urbaine, des tests sont en cours : “On étudie ce qui s’y passe lorsqu’on apporte du compost : cela permet-il de dépolluer la terre ? Les polluants se retrouvent-ils dans les plantes qui y poussent ? Cela contribue à augmenter le niveau de connaissances des sols urbains et leurs comportements lorsqu’on les remet en agriculture.”

Hélène Graffeuille

Lire aussi : À Lomme, le bitume devient nature

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires