Votre météo par ville

Erasmus : Une aventure enrichissante à tous les niveaux

09-02-2023

Actualité

#Tracetonsillon

La Maison familiale rurale de Le Cateau-Cambrésis envoie, chaque année, à l’étranger dix élèves de première durant deux semaines. Un séjour formateur aussi bien sur le plan personnel que pour leur cursus scolaire, selon les professeurs et les élèves.

Cette année, dix élèves de la Maison familiale rurale de Le Cateau-Cambrésis se sont rendus au Portugal durant deux semaines. © D. R.

Les voyages forment la jeunesse, selon le célèbre dicton. Une expression que la Maison familiale rurale (MFR) de Le Cateau-Cambrésis (59) a décidé d’appliquer à la lettre puisque chaque année, elle envoie dix élèves qui suivent le cursus pour décrocher le bac professionnel conduite et gestion d’une entreprise hippique ou conduite et gestion d’une exploitation agricole polyculture-élevage pour un séjour de deux semaines à l’étranger.

« Ce sont des élèves de première qui partent. La classe n’a pas été choisie au hasard, précise Raphaëlle Verheecke, responsable Erasmus et formatrice d’anglais à la MFR, en première, les élèves ont entre 16 et 17 ans. Lorsqu’ils arrivent en seconde, ils ne sont pas encore assez matures, il faut également qu’ils s’habituent au rythme de la MFR et de l’apprentissage. Et en terminale, ils doivent réviser pour leur bac, c’est pourquoi nous avons décidé de faire partir les élèves de première. »

Passage devant un jury avant de partir

Pour y participer, les jeunes doivent candidater. Ils passent devant un jury composé de deux personnes, « un formateur et un membre du conseil d’administration de l’établissement », précise la responsable Erasmus, avant d’ajouter : « Nous leur demandons de faire une présentation, à l’oral, du pays dans lequel ils se rendent puis le jury pose des questions, notamment sur la motivation de l’élève. Suite à cet oral, une décision est prise en accord avec l’ensemble de l’équipe pédagogique. »

Un voyage qui ne coûte aux élèves qu’une petite somme puisque l’établissement ne demande que 20 € par semaine de participation de la part des familles. « Le reste est financé par la bourse Erasmus fournie par la Commission européenne et si besoin, l’école vient compléter », avance Raphaëlle Verheecke.

Les années précédentes, les jeunes étaient partis en Irlande, « un pays assez agricole qui possède beaucoup d’élevages ». Ils sont aussi partis en Pologne « où il y a beaucoup d’opportunités surtout dans le domaine du cheval ». Cette année, c’est une nouvelle destination qui a été choisie : le Portugal. Une fois sur place, les élèves ont été répartis dans des écuries appartenant à des particuliers, ainsi que dans un centre équestre qui faisait aussi de l’élevage.

Ces séjours sont enrichissants pour leur formation, « c’est un moyen de découvrir de nouvelles façons de faire, car chaque pays a ses particularités », souligne Raphaëlle Verheecke. Pour les langues, c’est aussi l’occasion de progresser. « Aucun des élèves ne parlait portugais, c’est une langue qui n’est pas dispensée à la MFR. Ils ont donc été obligés de se débrouiller en anglais et en espagnol », poursuit-elle.

Cette dernière estime qu’il y a un « avant et un après » ce séjour à l’étranger : « Généralement, on retrouve des élèves qui ont pris confiance en eux. Pour certains, c’est la première fois qu’ils sortent de France ou qu’ils prennent l’avion. Ils gagnent aussi en autonomie, car lors de ces séjours, nous les accompagnons le premier week-end puis après nous repartons et ils restent seuls sur place durant deux semaines. »

À l’issue de ce stage à l’étranger, les élèves doivent faire un rapport sur ce qu’ils ont vécu, mais également participer à une veillée durant laquelle ils expliquent aux élèves de seconde leur ressenti. « L’objectif est de donner envie aux autres de tenter l’expérience », précise la formatrice.

« Belle expérience »

Océane Pruvost, âgée de 16 ans, a eu la chance de faire partie de ces élèves qui ont pu se rendre au Portugal en décembre dernier. Durant deux semaines, elle a travaillé dans une écurie professionnelle internationale de dressage : « Je préparais les chevaux pour les cavaliers, j’aidais le palefrenier, je balayais les écuries, j’allais nourrir les poulains », explique l’élève en première en conduite et gestion d’une entreprise hippique. Parmi les grandes différences de façons de faire qu’elle a pu constater entre la France et le Portugal, il y a l’utilisation de copeaux de bois. « En France, on utilise généralement de la paille, détaille la jeune fille, les copeaux sont mieux pour le confort de l’animal, ils ne font pas de poussière. Mais cela prend plus de temps à gérer. Avec la paille, on change entièrement le box, alors que les copeaux, on n’enlève que ce qui a été sali. C’est une idée à retenir mais qui n’est pas forcément facile à mettre en place partout… »

Océane estime aussi qu’elle a fait des progrès en langues étrangères : « C’était un stress au début, la peur de ne pas comprendre et de ne pas arriver à se faire comprendre, mais finalement, on est parvenu à se débrouiller. » Et de conclure : « C’est une belle expérience, je ne regrette pas et si c’était à refaire, je le referais sans hésiter ! » 

Hélène Graffeuille

Lire aussi : Concours : gagnez un abonnement Terres et Territoires en racontant votre histoire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires