Votre météo par ville

L’exploitation du lycée agricole de Sains-du-Nord teste le fourrage ligneux

22-01-2021

Actualité

#Tracetonsillon

À la ferme du Défriché, à Sains-du-Nord (59), la pratique de l’affouragement par les arbres est venue un peu par hasard. Mais elle semble être une solution, qui va être développée.

Antoine Scaillierez, directeur de l'exploitation ferme du Défriché lycée agricole Sains du Nord © LB
Antoine Scaillierez, directeur de l’exploitation du lycée agricole de Sains-du-Nord. © LB

La ferme du Défriché, exploitation du lycée agricole de Sains-du-Nord, dans l’Avesnois, est située dans un écrin de verdure. Quand il ne vire pas au jaune à la fin de l’été, en raison des sécheresses à répétition. Et si une des solutions, pour pallier le manque de fourrage qui résulte de cette situation, était de donner des arbres à manger aux bêtes ? C’est en tout cas ce qu’a testé Antoine Scaillierez, directeur de l’exploitation, un peu par hasard.

Le lycée agricole de Sains-du-Nord (59) compte 160 jeunes en formation initiale, 70 apprentis et 20 adultes en formation continue.

En bio depuis 2013, l’exploitation du lycée s’étend sur 72 ha et compte 60 limousines ainsi que 144 brebis (qui sont elles conduites en conventionnel). Ici, on pratique le pâturage tournant dynamique, en mixte bovin-ovin. Il y a aussi deux vergers, des ruches, des étangs… ainsi que 7 à 8 km de haies dont près de 1800 mètres ont été implantés ces cinq dernières années.

Retrouvez tous nos articles sur l’enseignement agricole sur notre page #Tracetonsillon.

haie paysage Avesnois ferme du Défriché lycée agricole Sains du Nord © LB
L’exploitation du lycée compte 7 à 8 km de haies, un chiffre qui va grandissant ! © LB

Bois de chauffage et environnement

Au départ, l’objectif de ces nouvelles implantations était avant tout environnemental : “L’idée était d’améliorer la biodiversité, d’implanter des arbres qui soient mellifères pour nos abeilles“, souligne Antoine Scaillierez. L’objectif était aussi de valoriser arbres et arbustes en plaquettes pour faire du bois de chauffage.

“Les élèves, apprentis et adultes en formation continue ont été impliqués dans le choix des essences et dans les plantations, souligne le directeur de l’exploitation. Cette année, ce sont les CAPA en maraîchage qui ont planté les haies. Début février, une classe de seconde viendra implanter une deuxième partie.”

haie paysage Avesnois ferme du Défriché lycée agricole Sains du Nord © LB
Après une coupe d’entretien, les vaches viennent directement manger les feuilles sur les branches. On peut aussi choisir de leur apporter en stabulation. © LB

Préserver les haies de l’Avesnois

L’exploitation s’inscrit dans la démarche Pâtur’Ajuste, réseau technique pour la valorisation des végétations naturelles par l’élevage. “Dans ce cadre, on s’est dit qu’il était intéressant de voir si les animaux aimaient les plantations du site.” Mais l’enjeu est encore plus grand : “Pour garder des haies dans l’Avesnois, il faut qu’elles aient une utilité.”

Après une coupe d’entretien, le directeur et les apprenants constatent que les animaux consomment les feuilles des branchages tombés au sol. “En plus des plaquettes, nos haies ont désormais cette deuxième utilisation ! Les branches sont pâturées par les bêtes, puis elles passent dans le broyeur.”

S’adapter au changement climatique

Pour les plantations futures, l’aspect “appétent” sera donc pris en compte. Le directeur pense notamment au saule ou au peuplier dont les bêtes raffolent. “Ce sont aussi des essences qui souffrent le moins du changement climatique. Dans ce contexte il faut d’ailleurs penser à multiplier les essences : plus on a de diversité, moins on a de risques“, estime Antoine Scaillierez.

Avec toujours comme ligne de mire l’économie d’intrants. “On veut valoriser au maximum les productions qu’on peut trouver sur place, poursuit le directeur. Quand on est économe, on améliore la rentabilité du système et notre impact sur l’environnement est limité.”

Prochaine étape au sein du lycée agricole : installer une chaudière pour utiliser les plaquettes et chauffer les bâtiments.

Retrouvez notre article sur le fourrage ligneux dans notre édition papier du 29 janvier 2021.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires