Votre météo par ville

L’exploitation du lycée agricole de Sains-du-Nord teste le fourrage ligneux

22-01-2021

Actualité

#Tracetonsillon

À la ferme du Défriché, à Sains-du-Nord (59), la pratique de l’affouragement par les arbres est venue un peu par hasard. Mais elle semble être une solution, qui va être développée.

Antoine Scaillierez, directeur de l'exploitation ferme du Défriché lycée agricole Sains du Nord © LB
Antoine Scaillierez, directeur de l’exploitation du lycée agricole de Sains-du-Nord. © LB

La ferme du Défriché, exploitation du lycée agricole de Sains-du-Nord, dans l’Avesnois, est située dans un écrin de verdure. Quand il ne vire pas au jaune à la fin de l’été, en raison des sécheresses à répétition. Et si une des solutions, pour pallier le manque de fourrage qui résulte de cette situation, était de donner des arbres à manger aux bêtes ? C’est en tout cas ce qu’a testé Antoine Scaillierez, directeur de l’exploitation, un peu par hasard.

Le lycée agricole de Sains-du-Nord (59) compte 160 jeunes en formation initiale, 70 apprentis et 20 adultes en formation continue.

En bio depuis 2013, l’exploitation du lycée s’étend sur 72 ha et compte 60 limousines ainsi que 144 brebis (qui sont elles conduites en conventionnel). Ici, on pratique le pâturage tournant dynamique, en mixte bovin-ovin. Il y a aussi deux vergers, des ruches, des étangs… ainsi que 7 à 8 km de haies dont près de 1800 mètres ont été implantés ces cinq dernières années.

Retrouvez tous nos articles sur l’enseignement agricole sur notre page #Tracetonsillon.

haie paysage Avesnois ferme du Défriché lycée agricole Sains du Nord © LB
L’exploitation du lycée compte 7 à 8 km de haies, un chiffre qui va grandissant ! © LB

Bois de chauffage et environnement

Au départ, l’objectif de ces nouvelles implantations était avant tout environnemental : « L’idée était d’améliorer la biodiversité, d’implanter des arbres qui soient mellifères pour nos abeilles« , souligne Antoine Scaillierez. L’objectif était aussi de valoriser arbres et arbustes en plaquettes pour faire du bois de chauffage.

« Les élèves, apprentis et adultes en formation continue ont été impliqués dans le choix des essences et dans les plantations, souligne le directeur de l’exploitation. Cette année, ce sont les CAPA en maraîchage qui ont planté les haies. Début février, une classe de seconde viendra implanter une deuxième partie. »

haie paysage Avesnois ferme du Défriché lycée agricole Sains du Nord © LB
Après une coupe d’entretien, les vaches viennent directement manger les feuilles sur les branches. On peut aussi choisir de leur apporter en stabulation. © LB

Préserver les haies de l’Avesnois

L’exploitation s’inscrit dans la démarche Pâtur’Ajuste, réseau technique pour la valorisation des végétations naturelles par l’élevage. « Dans ce cadre, on s’est dit qu’il était intéressant de voir si les animaux aimaient les plantations du site. » Mais l’enjeu est encore plus grand : « Pour garder des haies dans l’Avesnois, il faut qu’elles aient une utilité. »

Après une coupe d’entretien, le directeur et les apprenants constatent que les animaux consomment les feuilles des branchages tombés au sol. « En plus des plaquettes, nos haies ont désormais cette deuxième utilisation ! Les branches sont pâturées par les bêtes, puis elles passent dans le broyeur. »

S’adapter au changement climatique

Pour les plantations futures, l’aspect « appétent » sera donc pris en compte. Le directeur pense notamment au saule ou au peuplier dont les bêtes raffolent. « Ce sont aussi des essences qui souffrent le moins du changement climatique. Dans ce contexte il faut d’ailleurs penser à multiplier les essences : plus on a de diversité, moins on a de risques« , estime Antoine Scaillierez.

Avec toujours comme ligne de mire l’économie d’intrants. « On veut valoriser au maximum les productions qu’on peut trouver sur place, poursuit le directeur. Quand on est économe, on améliore la rentabilité du système et notre impact sur l’environnement est limité. »

Prochaine étape au sein du lycée agricole : installer une chaudière pour utiliser les plaquettes et chauffer les bâtiments.

Retrouvez notre article sur le fourrage ligneux dans notre édition papier du 29 janvier 2021.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Betterave : Alors, ça donne quoi cette bataille contre les pucerons ?
Pour réduire l'usage des pesticides, Martin Gosse de Gorre a confié une partie de sa production à l'Institut techniqu [...]
Lire la suite ...

Mérite agricole : Une conférence sur la PAC
Pour sa conférence annuelle, l'Amicale des membres du mérite agricole accueille Philippe Tabary. Le spécialiste des q [...]
Lire la suite ...

MSA, « l’amortisseur social »
La Mutualité sociale agricole Nord-Pas de Calais tenait son assemblée générale vendredi 16 septembre sur fond de cri [...]
Lire la suite ...

L’ONF réitère l’opération « Tous en forêt ! »
Les forestiers se rendent tous sur le terrain et invitent les usagers à venir les rencontrer mercredi 28 septembre à p [...]
Lire la suite ...

Frappadingue : une course de collégiens dédiée aux abeilles à la Casseline
Vendredi 23 septembre de 8h30 à 17h00, La Frappadingue traversera le site de La Casseline située sur le flanc sud du M [...]
Lire la suite ...

Numéro 280 : 16 septembre 2022

Au cœur des terres

#terresetterritoires