Votre météo par ville

Biomimétisme : S’inspirer du vivant pour penser demain

23-03-2023

Actualité

Hors-champ

S’il a toujours existé, le biomimétisme connaît aujourd’hui un regain d’intérêt. Cette stratégie d’innovation puise dans le vivant – véritable laboratoire de recherche et développement de 3,8 milliards d’années – des réponses aux défis de demain.

Le 2 mars, « le biomimétisme pour répondre aux défis industriels de demain » a lancé un cycle de deux années consacrées au sujet dans la région valenciennoise. © L. T.

La baleine à bosse a inspiré la jante de vélo. L’aileron de requin a servi de modèle à certains rétroviseurs. Les drones ont copié mouches et araignées d’eau dans leurs façons de se mouvoir. Les trains d’atterrissage rétractables des avions imitent ceux des insectes. Les moteurs de bateau répètent les mécanismes de propulsion des méduses. Les exemples, à la pelle, le démontrent. La nature est une source d’inspiration pour l’industrie.

C’était le sujet d’une conférence organisée début mars à l’Institut des mobilités et des transports durables de Famars, dans le Valenciennois.

« Le biomimétisme, qui est une discipline de conception qui cherche des solutions durables en imitant des stratégies de la nature, a déjà résolu la plupart des problèmes : énergie, alimentaire, climat, etc., définit Gaël Guegan, ingénieur du Cetim, le Centre technique des industries mécaniques.

Ce qui était abondant (énergies, matériaux, ressources) se raréfie ; ce qui était rare (savoir, informations, compétences) devient abondant. Pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et réinventer le monde industriel de demain, notre regard doit évoluer vers un vrai rapport avec le vivant. »

Réconcilier industrie, économie et environnement

D’autant que pour Laura Magro, directrice adjointe du Centre d’études et d’expertise en biomimétisme (Ceebios), le vivant a toujours été dans la sobriété.

« L’ensemble des règles sous-jacentes de fonctionnement du vivant est un véritable cahier des charges de la durabilité », remarque-t-elle.

En prenant les systèmes biologiques comme modèle, il devient possible de réconcilier les activités industrielles et le développement économique avec la préservation de l’environnement, des ressources et de la biodiversité, soutient le Ceebios.

Cette stratégie d’innovation s’inspire du vivant, qui n’est pas moins qu’un laboratoire de recherche et développement avec une expérience de 3,8 milliards d’années.

Ce que Laura Magro admire dans cette source intarissable, ce sont ses « propriétés remarquables ».

En ce lieu dédié, elle détaille celles qui concernent la mobilité et note:

– l’endurance : « le vol sans halte de la barge rousse »

– la vitesse : « les pointes à 310 km/h sur tout terrain du guépard »

– la polyvalence : « le véritable transport multimodal des organismes qui nagent, volent, grimpent »

– la synchronisation : « les bancs de poissons ou les vols d’oiseaux, capables, à partir de règles très simples, de dégager des comportements collectifs. »

Matériaux, énergie et information « bio-inspirés »

Pour l’ingénieure-docteure, l’enjeu est ici de comprendre comment le vivant fonctionne dans sa gestion des matériaux, de l’énergie et de l’information. Elle cite certains panneaux biosourcés fabriqués à partir de lin et de maïs, inspirés de la structure de certains cocons. Ou encore, pangolin, hérisson et pomelos, qui ont inspiré la morphologie des casques pour les rendre résistants aux chocs. L’œil humain qui, parce qu’il n’enregistre pas l’ensemble des pixels mais les variations, a servi de modèle au véhicule autonome.

« Aujourd’hui, le biomimétisme n’est plus le fruit du hasard mais il s’appuie sur des processus de conception, constate Laura Magro. En quelques années, il y a eu de vrais changements, d’une stratégie de veille des grandes entreprises à une recherche active de nouvelles solutions. »

Plus de 200 équipes de recherche se penchent sur le sujet en France. Le pays cumule 10 % de la biodiversité mondiale. Il est le deuxième espace maritime au monde et peut compter également sur la collection de son muséum d’histoire naturelle.

C’est d’ailleurs l’ambition de Kalina Raskin, directrice générale du Ceebios : positionner la France en pionnier du développement du biomimétisme comme outil de la transition écologique, réconciliant biodiversité, innovation et économie.

« Comment passer de cette belle idée enthousiasmante à la pratique ? Il faudrait développer la recherche pour comprendre avec le regard de l’ingénieur comment la nature agit puis il faut que l’industrie s’en saisisse pour être en capacité de développer des produits bio-développés. Les défis : passer de la nature au laboratoire, puis à l’industrie, avant un juste retour à la nature », résume-t-elle lors d’une conférence organisée à Lille à l’Esme, à l’occasion d’une journée dédiée à la transition énergétique en Hauts-de-France.

La juste place de l’humain

« Le vivant utilise principalement l’énergie solaire, transforme l’énergie de flux en énergie de stock avant de recycler tout ce qu’il consomme », relève Iman Bahmani-Piaseczny, coordinatrice du pôle transversal Recherche, innovation, investissement d’avenir, de l’Ademe.

« On a oublié que le vivant est le plus puissant des alliés pour inventer ce qui vient, appuie Alain Renaudin. Il faut reconsidérer la juste place de l’Homme. »

Le président fondateur de NewCorp Conseil et du salon Biomim’expo considère le biomimétisme comme un projet de société, accélérateur de changement, et allié de la reconnexion indispensable entre l’homme et la nature.

La France a toutes les cartes en main : « excellence académique, entrepreneuriale et ingénierie : tout est en devenir mais tout est lancé », encourage-t-il en invitant « à changer de regard, observer ce qui est fait avec l’œil de la nature et donner une place au vivant. »

« Nous avons besoin de former les prochaines générations », conclut Kalina Raskin.  

Un cycle de deux ans dédié au biomimétisme

Jusqu’à fin 2024, l’institut des mobilités et des transports durables, situé à Famars (59), propose un cycle consacré au biomimétisme. Conférences, expositions, ateliers, créathon… autant d’événements qui aborderont les questions d’innovation, de recherche, d’emploi, de formation pour tous les publics (étudiants, lycéens, collégiens, entreprises, familles, chercheurs, enseignants…).

Plus d’informations sur imtd.fr.

Louise Tesse

Lire aussi : Sergio Cocco : « L’innovation, c’est aussi accompagner les territoires »

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires