Votre météo par ville

Sergio Cocco : « L’innovation, c’est aussi accompagner les territoires »

10-03-2023

Actualité

Hors-champ

Maire de l’accélérateur de start-up Village by CA Nord de France, Sergio Cocco accompagne les jeunes pousses de l’innovation.

Sergio Cocco, “maire” du Village by CA, l’accélérateur de start-up porté par le Crédit Agricole. © Village by CA

Ingénieur mécanicien de formation, Sergio Cocco est originaire de Denain, dans le Hainaut Cambrésis (59). Après avoir travaillé sur l’accidentologie pour une structure adossée à l’université de Valenciennes (59), puis dans une start-up parisienne sur les questions de stabilité mécanique, le Nordiste a rejoint l’université catholique de Lille, et son Institut des arts et métiers, où il a géré pendant sept ans le laboratoire de génie mécanique (formation et conseil), avant d’intégrer le centre d’innovation Ciel, à Villeneuve-d’Ascq (59), en charge de la stratégie d’innovation.

Six ans plus tard, il retrouvait la Catho, où il créait Adicode, pour Atelier de l’innovation et du codesign, afin d’accompagner le tissu socio-économique dans l’innovation. C’est naturellement que les Villages by CA se créant, Sergio Cocco a intégré en 2018 celui du Nord de France en tant que « maire ».

Le Village by CA, qu’est-ce que c’est ?

C’est la traduction de cette idée que l’innovation pour une banque (le Crédit Agricole en l’occurrence), ne doit pas se résumer aux technologies directement liées aux milieux bancaires et financiers. C’est aussi accompagner les territoires, a fortiori pour une banque mutualiste. Dans cette idée est né le premier Village by CA, à Paris, en 2014, qui se proposait d’aller chercher la valeur ajoutée où elle existait (des jeunes pousses ou start-up déjà créées) pour les accompagner dans leur développement. On parle d’accélérateur.

Dans la foulée les autres caisses régionales ont pu s’emparer du modèle. Le Nord de France a été le deuxième village créé, le premier de province. Le réseau compte aujourd’hui 43 villages en France, en Italie et au Luxembourg, accompagne actuellement 1400 start-up, avec le soutien de quelque 750 partenaires. C’est le plus grand réseau d’accélérateur de start-up en France et en Europe.

Parlez-nous plus en détail du Village by CA Nord de France ?

Nous couvrons les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Jusqu’en 2019, le village était hébergé au sein d’Euratechnologie, à Lomme (59), nous sommes depuis juste à côté, dans nos propres murs : 4 500 m2 dévolus à l’innovation, où nous accompagnons en ce moment 39 start-up avec l’appui d’une trentaine de partenaires. On compte quelque 120 entreprises propulsées depuis la création du village. Nous organisons également des événements liés à l’innovation : en 2022, 215 manifestations ont rassemblé pas moins de 5 700 personnes dans nos locaux.

Le Village a-t-il une couleur particulière ?

Nous sommes faussement généralistes. Nous sommes généralistes, oui, mais régulièrement nous mettons l’accent sur un domaine ou un autre en lançant un appel à candidature, parfois en partenariat avec d’autres Villages, quand les thématiques sont pertinentes sur nos territoires. Cette année par exemple, aux appels à candidature généralistes s’ajoutent celui sur l’industrie 4.0 et un autre, tout juste ouvert, sur la transition dans l’agriculture et l’agroalimentaire (nous y reviendrons, ndlr).

Quelles sont vos missions au quotidien ?

Notre premier métier est de détecter et accompagner les entreprises œuvrant dans l’innovation, des start-up déjà créées que nous propulsons grâce à un accompagnement, un réseau… Et nous avons vite pensé que toutes les entreprises peuvent être des start-up qui s’ignorent, et qu’en l’adaptant, nous pouvions appliquer notre accompagnement aux entreprises plus classiques, les PME, ETI et même les grands groupes dès lors qu’ils avaient des projets innovants (mettre en place un service innovation, travailler sur la notion d’agilité…). Pour les premiers, nous accompagnons à l’entrepreneuriat, pour les seconds à l’intrapreneuriat en appliquant le modèle start-up à de plus grandes échelles. Pour ça, nous avons notamment mis en place un diagnostic (un jour) ou un audit (trois jours), pour évaluer le degré d’innovation de l’entreprise et faire des préconisations. Une quarantaine d’entreprises ont été accompagnées de la sorte.

Tout ça avec cinq salariés.

Justement, pour pouvoir partager ces savoirs nous avons mis en place des formations liées à l’innovation : travail sur l’intelligence collective, sur l’agilité, sur les audits innovation également : 1 700 heures ont été délivrées depuis la PME de dix salariés au grand compte en passant par des bailleurs sociaux, par exemple. Des pistes amenées à être reprises par le réseau des Villages, dans une optique d’uniformisation. 

Sergio Cocco en quatre dates

2000. Il intègre le laboratoire Génie mécanique de l’institut catholique d’arts et métiers.

2007. Il gère l’innovation au Centre d’innovations et d’échanges de Lille métropole.

2014. Il crée l’Atelier de l’innovation et du codesign à La Catho.

2018. Il devient « maire » du Village by CA Nord de France.

Propos recueillis par Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Cinq nouvelles start-up agricoles s’installent au Village by CA Nord de France

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires