Votre météo par ville

Boucherie : de la com pour garder la côte

03-09-2021

Actualité

Consommation

Ces vendredi 3 et samedi 4 septembre, des boucheries des Hauts-de-France participent à l’opération « Mon boucher a la “côte” ». Objectif : échanger sur leur savoir-faire et les viandes labellisées qu’ils proposent sur leurs étals. Luc Théry, artisan-boucher sur la Côte d’Opale, sera de la partie.

© A.V.

Lorsqu’on demande à Luc Théry, à la tête de trois boucheries sur la Côte d’Opale (Audruicq, Marck et Oye-Plage, dans le Pas-de-Calais) quel morceau de viande il choisirait pour se faire plaisir, il n’hésite pas une seule seconde. « Une belle côte persillée à griller ou du paleron en daube… de limousine bien sûr ! » Et pour cause, dans ses trois boutiques, on ne trouvera que de la limousine Label rouge. 

Pour bien faire son métier, Luc Théry mise sur la qualité et surtout, il tient à le faire savoir. « On n’est pas juste des revendeurs de viande, on transforme tout dans notre atelier. D’ailleurs, le boudin tout chaud de saison vient juste d’arriver. On a aussi un séchoir pour nos saucissons, vous pouvez venir voir ! »

Manier la langue et le couteau

Échanger avec la clientèle sur ses produits est devenu une arme indispensable à la panoplie du boucher analyse celui qui emploie une vingtaine de personnes dans ses trois établissements. « Les gens ont compris que ce qu’ils mangeaient agissait sur leur santé, ils deviennent de plus en plus connaisseurs. Avant, beaucoup de clients ne voyaient que le prix au kilo, aujourd’hui, ils ont de plus en plus d’exigences, et ils sont sacrément renseignés. Le fait maison et les labels de
qualité permettent d’y répondre. » Exit donc, le phosphate et les sels nitrités, « mais, pour ça il a fallu expliquer au client pourquoi le jambon changeait de couleur après deux jours au frigo ! » Cette année, le chef d’entreprise a choisi de participer à l’opération « Mon boucher a la “côte” », organisée par Limousin promotion. Un autre moyen, pour lui, de communiquer sur les principes qu’il défend derrière son comptoir. « La limousine est élevée 100 % à l’herbe. C’est une viande qui est faite doucement, de manière naturelle. Ça lui donne cet aspect persillé et savoureux », décrit le commerçant qui ajoute : « Ce sont aussi des poids carcasses plus pratiques à travailler que des charolaises, par exemple. »

A lire aussi : Des limousines Label rouge made in Hauts-de-France sur les étals des boucheries

Une fois par an, l’artisan se rend chez des éleveurs travaillant avec son fournisseur (Socopa). « Avoir un contact avec les agriculteurs, c’est important pour bien valoriser le produit final. »

Et quand on aime, on ne compte pas, chaque semaine, trois bêtes sont vendues dans ses trois boutiques. En participant à l’opération, l’équipe des boucheries Théry fera, ce week-end, gagner des lots estampillés aux couleurs de la marque Blason prestige qu’elles commercialisent. Lard et la manière de communiquer !

L’association limousine de la qualité et de l’origine, dite Limousin promotion, a été créée en 1988 pour proposer une gamme de viandes bovines limousines identifiées de qualité supérieure garanties par le Label rouge. Aujourd’hui, elle gère également les productions porcine et ovine sous signes officiels de qualité du Limousin.
Dans les Hauts-de-France, Limousin promotion compte un réseau de 58 boucheries artisanales, identifiées Blason prestige, Baronet ou Veau élevé sous la mère et sont approvisionnées par une douzaine de metteurs en marché (abatteurs et grossistes). 28 participeront à l’opération « Mon Boucher a la “côte” » . Chaque boucherie, comme celles des Théry, proposera un jeu concours qui récompensera sa clientèle avec des bons d’achat et des cadeaux.

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires