Votre météo par ville

Le Nord a sa bière au chicon

02-08-2019

Actualité

Consommation

La brasserie du Cateau (59) offre, par leur mise en bière, une vie différente de celle qui les attendait aux pommes, chicons et betteraves du Nord. Voici la Sour ale, bière aux accents agricoles.

Verre-et-Bouteille-Sour-Ale_2019
C’est au moment où la bière est stockée dans des cuves de garde que Grégory Maufroid, le maître brasseur du Cateau, va y ajouter les pommes, les betteraves et les chicons. © DR

Pommes, betteraves et chicons. Autant de produits que l’on est habitué à croiser dans le Nord. Un peu moins dans une bière. C’est pourtant l’équipe hétéroclite qu’a réunie la brasserie du Cateau au sein de sa bière estivale 2019 pour accompagner les traditionnels malt et houblon.

«  Au travers de cette bière événementielle, on voulait mettre à l’honneur des produits de notre région, des produits auxquels on tient dans la région», explique Julie Butez, directrice de la brasserie.

Créer une bière éphémère agrémentée de produits typiquement nordiste. Le pari est donc lancé. Encore faut-il qu’il ait un intérêt gustatif. «  La sélection des produits nécessite de la réflexion, poursuit Julie Butez. On ne peut pas simplement prendre des denrées emblématiques de la région et les mélanger en espérant que ça marche. Il faut trouver de l’équilibre, de l’harmonie entre les produits.  »

Début 2019, la bonne recette fait surface. Le chicon, qui amène son amertume, est équilibré par le sucre de la betterave, lui-même contrebalancé par l’acidité de la pomme. Banco ! Le casting est réuni. Ne reste plus qu’à le faire entrer en scène.

Production locale

«D’emblée, le projet avec cette bière éphémère était de faire dans le local. On n’allait pas choisir de prendre des produits du Nord comme ingrédients pour aller les chercher loin de chez nous», plaisante Grégory Maufroid, le maître brasseur du Cateau.

Et en effet, pourquoi se compliquer la vie quand on a, littéralement, qu’à se baisser pour ramasser ce dont on a besoin ? À une quinzaine de kilomètres à l’ouest du Cateau-Cambrésis, où se situe la brasserie, la cueillette du Tronquoy propose tous les produits nécessaires à la confection de la boisson.

Ces derniers sont incorporés à la bière lors de la dernière étape de sa préparation : une fois fermentée, elle est stockée pendant un mois dans une cuve de garde, qui la maintient au frais, entre 0 et 5 degrés. Pommes, chicons et betteraves sont alors découpés, placés dans un sac permettant leur infusion, et immergés dans la cuve.

Cet ajout permet d’obtenir une bière légèrement rosée dans laquelle fruits et légumes sont présents à hauteur de 3 % (1 % pour chaque). Acidulée, elle fait partie de la catégorie des bières sour, et titre à 4,9 % d’alcool. Initialement prévue pour l’automne, sa «légèreté et sa fraîcheur» ont convaincu Julie Butez et Grégory Maufroid de finalement la mettre en circulation dès cet été. Mais attention, il n’y en aura pas pour tout le monde !

Avis aux amateurs

Seuls 2 500 litres de la Vivat Sour ale ont été brassés. Une édition limitée donc. Vendue en bouteilles de 33  cl, de 75  cl, ou en fut de 20  l, elle n’est distribuée que dans un nombre restreint d’établissements, et uniquement dans la région. « On peut s’en procurer directement à la brasserie, à la ferme du Tronquoy, ou dans certains bars. Le bistrot de St So à Lille, Chez Marcel à Arras», énumère Julie Butez.

Une bière que l’on ne peut pas trouver partout, et qui s’adresse avant tout aux connaisseurs. «  C’est une bière complexe, tous les palais ne l’apprécieront pas forcément de la même façon », assène Julie Butez. Selon elle, le produit rencontre en tout cas un beau succès auprès des amateurs, et s’écoule vite. La dernière-née de la brasserie du Cateau semble donc succéder dignement en tant que hit éphémère à la surprenante bière tomates, basilique, poivrons et piments de l’automne 2018.

De quoi encourager Grégory Maufroid à expérimenter davantage encore de mélanges inattendus. Des idées affleurent déjà pour la prochaine bière éphémère. «  Il y a encore des choses à faire, on a encore des idées», s’enthousiasme le brasseur. «  Mais pour l’instant, c’est un secret», l’interrompt Julie Butez dans un sourire.

Clément Peyron

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires