Votre météo par ville

« Opération Barbe » : reportage sonore dans les catiches du Nord

13-02-2020

Actualité

Consommation

L’entreprise Pleurette, connue pour ses champignons, réintroduit la culture très particulière de la barbe de Capucin, sorte de chicorée sauvage. Plongée à 12 mètres sous terre, dans d’anciennes carrières de craie, là où pousse ce « petit bijou de terroir ».

Gabrielle Radoux, cofondatrice de l’entreprise Pleurette, et Quentin Lootvoet, qui transforme la barbe de Capucin, répondent à nos questions :

C’est à Faches-Thumesnil (59) que se trouve la catiche où pousse la barbe de Capucin. Ces carrières étaient creusées à la verticale pour en extraire la craie nécessaire à des travaux de construction.
Comment plante-t-on la barbe de Capucin ?
À 12° C, la température est constante sous terre, tout comme l’hygrométrie, de 98 % : des conditions idéales.
Quentin Lootvoet se fournit en barbes de Capucin pour élaborer ses tartinades Vertuchou.
La culture de la barbe de Capucin, qui avait démarré vers 1850 en région lilloise, a presque disparu du fait de ses conditions de production et de la concurrence de l’endive moderne.
Gabrielle Radoux, cofondatrice de l’entreprise Pleurette.
La barbe se consomme crue ou cuite, comme l’endive, avec un petit goût amer plus marqué.
La barbe de Capucin : pourquoi ce drôle de nom ?

Agathe Villemagne

Découvrez d’autres reportages photo ici : Diapos photo

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
MSA : Vers un rapprochement avec le régime général ?
Dans un rapport rendu public le 26 mai, la Cour des comptes invite la Mutualité sociale agricole (MSA) à "prendre des [...]
Lire la suite ...

Crise sanitaire : les propositions des députés pour l’agriculture « d’après »
Six groupes de travail transpartisans avaient été constitués au début de la crise sanitaire par les députés de la [...]
Lire la suite ...

Covid et biodiversité : les nouvelles recommandations du Sénat
La commission du développement durable du Sénat a publié, le 26 mai 2020, huit recommandations relatives à la crise [...]
Lire la suite ...

« Nous sommes très inquiets pour l’avenir de la betterave européenne »
Difficulté à lutter contre les pucerons sans néonicotinoïdes,cours du sucre en baisse, prix payé qui n'apporte p [...]
Lire la suite ...

Enseignement agricole : la reprise en juin, un galop d’essai pour septembre
Les établissements de l'enseignement agricole régionaux marchent sur des œufs. Reprendront, reprendront pas le 2 jui [...]
Lire la suite ...

« Découvrir comment éviter l’adaptation d’un virus à l’être humain »
Jean-Luc Angot, chef du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire au ministère de l'Agriculture, revien [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires