Votre météo par ville

« Opération Barbe » : reportage sonore dans les catiches du Nord

13-02-2020

Actualité

Consommation

L’entreprise Pleurette, connue pour ses champignons, réintroduit la culture très particulière de la barbe de Capucin, sorte de chicorée sauvage. Plongée à 12 mètres sous terre, dans d’anciennes carrières de craie, là où pousse ce « petit bijou de terroir ».

Gabrielle Radoux, cofondatrice de l’entreprise Pleurette, et Quentin Lootvoet, qui transforme la barbe de Capucin, répondent à nos questions :

C’est à Faches-Thumesnil (59) que se trouve la catiche où pousse la barbe de Capucin. Ces carrières étaient creusées à la verticale pour en extraire la craie nécessaire à des travaux de construction.
Comment plante-t-on la barbe de Capucin ?
À 12° C, la température est constante sous terre, tout comme l’hygrométrie, de 98 % : des conditions idéales.
Quentin Lootvoet se fournit en barbes de Capucin pour élaborer ses tartinades Vertuchou.
La culture de la barbe de Capucin, qui avait démarré vers 1850 en région lilloise, a presque disparu du fait de ses conditions de production et de la concurrence de l’endive moderne.
Gabrielle Radoux, cofondatrice de l’entreprise Pleurette.
La barbe se consomme crue ou cuite, comme l’endive, avec un petit goût amer plus marqué.
La barbe de Capucin : pourquoi ce drôle de nom ?

Agathe Villemagne

Découvrez d’autres reportages photo ici : Diapos photo

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Fung feed va faire manger des insectes à vos animaux de compagnie
Alors que la start-up Ynsect est en train de construire en périphérie d'Amiens, à Poulainville, ce qui deviendra la p [...]
Lire la suite ...

Textile : « On a perdu le sens du prix »
Qui dit février dit Salon de l'agriculture et... fashion week. Sarah Bourgois, fille d'agriculteur, a lancé sa marque [...]
Lire la suite ...

Le meilleur du Salon de l’agriculture en images
Rencontre au détour d’un stand, situation cocasse, instant mignon… Le meilleur du Salon. La rédaction [...]
Lire la suite ...

Sucre : un marché haussier malgré la morosité ambiante
Le prix du sucre blanc a franchi la barre des 420 $/t (387 euros) sur le marché londonien cette semaine. De bonne augur [...]
Lire la suite ...

La vraie vie de Cyrille, éleveur, se dévoile en grand
Cyrille n'est pas acteur, mais éleveur en Auvergne. Un jour sa route croise celle de Rodolphe Marconi, réalisateur. C [...]
Lire la suite ...

Agriculteurs retraités : porte fermée pour le projet de loi de retraites
Lors de sa visite au Salon de l’agriculture, le 22 février, le président de la République Emmanuel Macron est r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires