Votre météo par ville

Chalutiers à l’arrêt pour les pêcheurs des Hauts-de-France

26-03-2020

Actualité

Consommation

Les étals des poissonneries sont vides. Les chalutiers de la région sont à quai, faute de ventes. Les pêcheurs de la région, déjà malmenés par le Brexit, subissent de plein fouet les mesures de confinement.

Pour le moment, la demande en poisson est inexistante. Cela oblige les pêcheurs à rester au port. © Pixabay

Le port de Boulogne-sur-mer (62), si animé d’habitude, est à l’arrêt. Depuis que les mesures sanitaires de confinement ont été prises, les chalutiers sont à quai. « Le premier problème, ce sont les distances sanitaires que nous devons respecter », explique Olivier Leprêtre, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) des Hauts-de-France.

« Nous ne pouvons plus travailler en sécurité, ajoute-t-il. Dans un bateau, même si nous sommes en plein air, nous ne pouvons pas respecter les distances d’un mètre, faute de place sur le pont. »

Pas de demande

À cela s’ajoute un marché qui tourne au ralenti. « Les marchés locaux sont interdits, les mareyeurs ont fermé boutique et la demande n’est pas présente, précise le président. Certains supermarchés de la côte se fournissent avec parcimonie, ça reste anecdotique. » Il n’est plus rentable d’aller en mer pour ramener quelques kilos de poissons.

« Ce n’est pas un produit de première nécessité, regrette-t-il. Peut-être que si le confinement se prolonge, les consommateurs reviendront vers nos produits mais ce n’est pas le cas pour le moment. »

5 tonnes de poissons

À ce jour, cinq chalutiers pêchent dans la Manche. Un pour la coopérative d’Étaples et quatre autres pour un négociant qui viendra remplir les étals de quelques magasins et supermarchés de la côte.

Chaque jour, ils ramènent environ cinq tonnes de poissons. C’est insignifiant quand on sait que d’habitude, en moyenne, 120 tonnes de poissons sont livrées au port de Boulogne-sur-Mer.

Quand on parle d’aides financières pour passer cette mauvaise passe, Olivier Leprêtre répond « bien sûr, on nous fait des promesses, mais pour le moment, il n’y a rien de concret. » Le président des pêcheurs espère d’ici la fin du confinement renouer avec le consommateur afin de pouvoir envoyer davantage de chalutiers en mer.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Morne printemps pour l’accueil à la ferme
Anniversaires, chasses aux œufs, séjours champêtres… La saison des sorties à la ferme, alors qu’elle devait [...]
Lire la suite ...

Pâques approche et l’inquiétude monte pour les filières ovines et caprines
Le Modef, confédération syndicale agricole des exploitants familiaux, lance un appel pour aider les éleveurs d’ [...]
Lire la suite ...

Qualité de l’air : diminution de la concentration de dioxyde d’azote
Depuis le confinement, le trafic routier a fortement diminué dans la région. Une baisse notable de la concentration de [...]
Lire la suite ...

#RestezChezVous : notre sélection télé de la semaine
Agriculture, cuisine, reportages régionaux… Terres et Territoires vous a sélectionné quelques programmes à n [...]
Lire la suite ...

Marchés locaux : un protocole sanitaire est disponible
Le protocole sanitaire pour rouvrir les marchés locaux est désormais à la disposition des préfets. « Un protoc [...]
Lire la suite ...

Collecte de pneus usagés : participez à l’enquête en ligne
Courant 2019, les professionnels de la gestion des déchets et des pneus ont mis en place le GIE Ensivalor. Ce dispositi [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires