Votre météo par ville

La moisson au rythme effréné des Coop

20-07-2023

Actualité

Culture

Cet été, Terres et Territoires vous fait découvrir les différents métiers qui entourent la moisson, de l’amont à l’aval. Pour les coopératives, la moisson est une machine dont les rouages doivent être bien huilés. Explications avec la coopérative Saint-Hilaire-lez-Cambrai.

Pendant la moisson, Didier Villain et Fabrice Leroy veillent au grain. © E. P.

« La moisson, c’est un rythme effréné la journée qui se termine tard dans la nuit. » Voilà comment on peut résumer, en partie, le travail des coopératives pendant ce moment clé de l’année, selon Didier Villain, technicien en charge des essais à la coopérative (Coop) de Saint-Hilaire-lez-Cambrai.

« Il faut sans cesse s’adapter et gérer les imprévus », ajoute Fabrice Leroy, président de la Coop de Saint-Hilaire.

7 J/7, 24 h/24

Pendant cette période, les journées sont longues. « La Coop est ouverte 7 J/7 et les agriculteurs ont au moins un interlocuteur 24 h/ 24. On ouvre à 8 h la semaine, à 9 h le week-end et on ferme… quand c’est la fin des fauches », sourit Didier Villain. Généralement, vers 1 h du matin mais « l’an passé on a déjà fermé à 4 h », se souvient Fabrice Leroy.

Le matin, c’est coup de fil sur coup de fil et accueil des adhérents qui auraient besoin de renseignements, de passer des commandes de semences… Puis, pendant l’après-midi, c’est le ballet des bennes qui commence. Les agriculteurs amènent leur récolte, qui est pesée et analysée à l’aide d’une sonde qui prélève une partie de la collecte et la transfère directement dans une machine. « Comme cela, l’agriculteur repart avec une fiche complète comportant également l’analyse qualité de son produit », explique Fabrice Leroy.

La benne part ensuite vider son contenu dans les élévateurs qui vont remplir les silos de la Coop. « Notre plus grand problème, c’est la place. Ici à la Coop, nous avons un bâtiment qui peut contenir 3 500 tonnes, quatre cellules de 2 000 tonnes, trois cellules de 1 300 tonnes et sur un autre site, nous avons une capacité en cellule de 4 000 tonnes. À cela, il faut ajouter une cellule dédiée au colza d’une capacité de 2 000 tonnes », détaille Didier Villain. Soit un total de 21 400 tonnes. Or, en 2022, « nous avons collecté près de 40 000 tonnes de céréales, en incluant le maïs grain et le tournesol » (que la Coop transforme en huile, voir notre édition du 30 septembre 2022).

C’est pourquoi, en parallèle du remplissage, « on sort aussi. Nous ne gardons pas les escourgeons et une partie des blés qu’on envoie en péniche à Denain vers la Hollande ou la Belgique. Nous avons également des partenariats avec d’autres coopératives chez qui nos adhérents peuvent déposer leurs collectes à notre nom », explique Fabrice Leroy.

De plus en plus vite

Didier Villain travaille à la Coop depuis 41 ans et Fabrice Leroy a « toujours été là » puisqu’il est « un descendant d’un des fondateurs de la coopérative », créée en 1931. Et une chose est sûre pour les deux hommes : la moisson va de plus en plus vite.

« Entre les moissonneuses-batteuses de plus en plus grandes et performantes et les bennes avec des capacités de plus en plus importantes, ça rentre beaucoup plus vite. » De plus, difficile de coordonner les adhérents entre eux car « ils n’ont pas tous les mêmes tailles de bennes donc ils arrivent quand ils veulent/peuvent. »

« À la création de la Coop, les agriculteurs livraient leur production en hiver et on établissait un prix de campagne. En juin on faisait les comptes et on voyait qui devait de l’argent à qui en somme. Puis à l’arrivée des “moiss-batt” la livraison s’est faite au moment de la moisson. On payait un acompte puis les agriculteurs étaient payés ensuite au long de l’année. Aujourd’hui, ils ont un accès direct au marché et peuvent déjà vendre pour la moisson 2024 », explique Didier Villain.

Les moissons sont donc de plus en plus rapides mais commencent également de plus en plus tôt : « On essaye d’être prêt fin juin mais peut-être que dans quelques années il faudra être prêt un peu plus tôt. Une chose est sûre : on ne fera pas les moissons en mars non plus. Il faut donc adapter nos cultures en trouvant des variétés adaptées mais aussi peut-être en cultivant de nouvelles choses », suggère Fabrice Leroy  (lire l’encadré).

Les prix volatiles ont aussi complexifié le travail de la coopérative pour « conseiller nos adhérents. Mais nous avons une mission principale qui a toujours été de valoriser au mieux le travail des agriculteurs », appuie Fabrice Leroy.

Un travail de longue haleine

La moisson se prépare toute l’année : maintenance, révisions, préparation des silos… « Plus on anticipe et plus on arrive aux moissons sereinement. Mais bon il y a toujours des imprévus ! » Pour pallier ces imprévus, une équipe « qui s’y connaît » est là pour réparer le plus vite possible. « Quand un élévateur tombe en passe, je peux vous dire qu’il faut faire vite. Quand un rouage s’arrête, c’est toute la chaîne qui est ralentie », ajoute le président de la Coop.

Du 25 juin à la fin juillet, la Coop s’occupe des escourgeons, blés et colza. En août, elle « évacue » en partie le blé et le colza. Puis dès septembre ce sera au tour du tournesol suivi du maïs grain en octobre dont les stocks sont savamment gérés car ils vont aussi aux éleveurs de la Coop.

Mais heureusement, au-delà des galères, la moisson est aussi un moment de fierté pour les agriculteurs et « pour nous ! C’est un long travail mais c’est aussi un vrai accomplissement ». 

Les essais pour conseiller et orienter

Depuis une trentaine d’années, les essais se sont popularisés dans les coopératives. « Au départ, c’était
surtout pour trouver des variétés adaptées à son territoire. Cela était une demande des agriculteurs pour aller plus loin aussi dans leurs connaissances techniques », explique Didier Villain.
« Les essais variétés sont restés mais s’y sont ajoutés les essais santé végétale et nouvelles cultures. Notre
but est de conseiller au mieux les agriculteurs pour qu’ils puissent s’adapter à la législation mais aussi
au changement climatique. » « Cela fait aussi partie de notre rôle de les informer et les accompagner dans ces changements, ajoute Fabrice Leroy. Mais la décision leur revient au final. » Parmi les essais les plus innovants, ceux en tournesol conduits depuis trois ans ont mené à ce que 70 hectares de cette plante héliotrope voient le jour et qu’une huile faite par la coopérative soit commercialisé

Lire aussi : Coopérations : Les actions de l’Afdi Hauts-de-France

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires