Votre météo par ville

Portrait. L’héritière d’Albert

20-03-2019

Actualité

Les rencontres

Il est des suites plus difficiles à prendre que d’autres. La succession d’Albert Masurel à la tête de la Maison de l’élevage du Nord est de celles-là. Portrait de Laetitia Billes, celle qui occupe son fauteuil avec brio depuis l’été dernier.

Laetitia Billes. © DR.

Salon international de l’agriculture, mardi 26 février 2019. Dans le joyeux brouhaha qui règne sur le ring bovin du hall 1, c’est l’heure pour les bestiaux du Nord de défiler avec fierté. Par habitude, on guette la longue silhouette d’Albert Masurel sur la sciure et sa voix grave dans le micro. Mais – surprise ! – une petite silhouette brune s’avance, tête penchée sur le côté et paume tendue devant elle, elle se lance d’une voix juvénile mais ferme dans la litanie des races locales.

Dans son tailleur noir, elle slalome entre les bêtes – ballet bien rodé – meublant d’une voix de maîtresse les transitions entre bleue du Nord et mouton boulonnais, entre éleveurs endimanchés et politiciens empressés. Nouvelle directrice de la Maison de l’élevage du Nord, animatrice de la rouge flamande et de la bleue du Nord, Laetitia Billes, âgée de 26 ans, vient de faire ses premiers pas sur le ring.

Sur le moment, impossible de lui parler. Avec la bleue du Nord superstar, trop de choses doivent être immédiatement gérées. « J’étais un peu stressée, nous confie Laetitia Billes quelques jours plus tard, mais j’avais préparé. Le plus dur, c’était de se lancer… Et puis, durant ma formation j’ai fait pas mal d’animations. Je savais déjà parler en public. »

Argentine, Chili, Suède… et Lille

Née à Paris, Laetitia Billes passe son enfance entre la capitale et la Bretagne, puis s’installe en Lorraine pour ses études. Fille d’un salarié chez Orange et d’une ex-journaliste à Ouest-France, elle sait très tôt qu’elle veut travailler avec les animaux. Adepte de l’équitation depuis l’âge de trois ans, elle entame, après son bac S, des études de vétérinaire, puis se réoriente vers l’agronomie. Elle n’hésite pas à faire quatre ans de prépa pour avoir l’école qui lui convient. Ce sera l’Ensaia (École nationale supérieure d’agronomie et des industries alimentaires) de Nancy, où elle rencontre son conjoint, originaire du Nord.

En 2017, elle fait un an de césure et part à l’étranger. « Je savais que je voulais travailler en élevage mais je ne savais pas trop où. Alors j’ai trouvé des stages sur internet et j’ai postulé. Je voulais faire le plus de trucs possibles ! » Ses recherches la mènent en Argentine, au Chili, en Suède… et à Lille. En Argentine, elle travaille en laboratoire, à l’équivalent local de l’Inra. Elle assure, durant trois mois, le suivi qualité de la viande en fonction de la durée de pâturage, puis intègre une station expérimentale où elle suit un troupeau de bovins durant deux mois et demi. En Suède, c’est un ranch qui élève chevaux et vaches qu’elle intègre pour un semestre.

Ses trois derniers mois de césure la mènent à la Maison de l’élevage du Nord à Lille, où elle étudie la création d’une filière steak haché de race rouge flamande. Elle repart ensuite pour un an à Nancy, terminer son cursus et obtenir son diplôme, la carte d’Albert Masurel en poche. Pour son stage de fin d’études, de mars à fin août 2018, retour dans le Nord sur la « flamande ». Cette fois-ci, il est question de la création de fromage. « Mais c’était aussi un tuilage pour prendre la succession d’Albert Masurel, parti en retraite le 1er juillet », retrace la jeune directrice. Elle est définitivement embauchée le 1er septembre 2018.

Envisager l’après-Albert

Si ses parents, qui ne sont pas issus du monde agricole, ont parfois du mal à comprendre ce qu’elle fait exactement, « ils ont été très fiers pour moi que la bleue du Nord soit l’égérie du SIA », sourit-elle. Ses stages internationaux lui servent-ils quotidiennement ? « Mon quotidien au labo argentin était assez loin de ce que je fais aujourd’hui. En revanche, en exploitation, j’ai appris des techniques qui me servent beaucoup : l’évaluation des reproducteurs, les notes morphologiques, le suivi de reproduction, la préparation des vaches à l’insémination, faire le suivi d’un troupeau ou celui du pâturage tournant dynamique… »

Et quand arrive l’inévitable question de savoir s’il n’est pas trop difficile de remplacer un « monument » du monde de l’élevage comme son prédécesseur, elle ne se défile pas : « Si, bien sûr. Albert Masurel est extrêmement compétent, très connu, et a notamment des qualités rédactionnelles hors normes… Mais il a toujours été bienveillant avec moi. Sans compter qu’il nous donne encore des coups de main de temps en temps, même s’il ne travaille plus avec nous. Il est devenu une sorte de consultant. »
Son credo ? « J’essaie de faire mon travail quotidien le mieux possible. Et puis, les éleveurs me font un accueil encourageant. Ils me laissent le temps de faire mes preuves. La part de relations humaines dans mon poste est tellement importante que, de toute façon, ça ne sert à rien de forcer les choses… Ils ont besoin de temps pour cerner ma façon de travailler. » Voilà qui est dit.

Lucie De Gusseme 

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires