Votre météo par ville

Se diversifier dans le lait de brebis : la bonne idée ?

26-08-2022

Actualité

Les rencontres

Dix mois après le lancement de son financement participatif pour réaliser des glaces au lait de brebis, Sébastien Decramer dresse un bilan mitigé. Si la diversification a du bon, le retour sur investissement peut mettre du temps à venir.

Sébastien Decramer (à droite) fait régulièrement des dégustations. © S.D.

En septembre 2021 (lire notre édition du 24 septembre 2021), Sébastien Decramer s’installait avec 25 brebis laitières sur la ferme de l’Haezepoël, à Hondschoote, dans les Flandres (59).

« J’ai regardé ce qu’il était possible de faire sur l’exploitation pour se diversifier, raconte-t-il. Je pouvais passer en bio, installer un atelier de découpe… Et puis l’idée des glaces est arrivée. Je me suis dit que c’était un produit que tout le monde aime et les yaourts, c’était déjà pris. »

Des goûts puissants

Aujourd’hui, Sébastien Decramer obtient en moyenne 20 litres de lait par jour. « Il me faut deux traites pour pouvoir mettre ça dans un pasteurisateur qui monte à 85-90°. Ensuite je descends la glace à 4° pour qu’il y ait zéro bactérie. J’ajoute ensuite le mix à glace et je laisse maturer une nuit. Le lendemain je mets en pot. »

Le trentenaire propose sous sa marque Bêl’ici, 11 parfums de glace. « Ce qui surprend les gens c’est que les goûts sont très prononcés. Le lait de brebis est très crémeux et je ne l’écrème pas. Or, plus il y a de gras plus les goûts s’imprègnent, indique-t-il. Pour certains parfums, on peut sentir un peu la différence avec du lait de vache. En revanche, sur du chocolat ou de la vanille, les goûts sont tellement puissants qu’on n’y voit que du feu. »

Trop de production

Malgré ces bons retours, pour le moment « (ses) congélateurs sont pleins ». En effet, même s’il vend ses glaces dans une dizaine de magasins, « ça ne va pas assez vite… J’ai des magasins intéressés mais qui souhaitent attendre la rentrée ! Je ne comprends pas pourquoi, on est en pleine saison… »

Sébastien souhaiterait à terme pouvoir être présent dans les cantines scolaires (en plus du commerce classique) et vendre 15 000 pots par an. 

E.p.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Nord-Pas de Calais : Succès pour l’opération d’abandon simplifié d’armes
Le bilan de l’opération nationale d’abandon simplifié d’armes à l’Etat est positif pour le No [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : fin des mesures de restriction dans le Pas-de-Calais
Compte tenu des pluies parfois importantes de ces dernières semaines, le préfet du Pas-de-Calais a décidé de lever t [...]
Lire la suite ...

Numéro 290 : 25 novembre 2022

Sapins : Une saison qui se joue en un mois
C'est officiel : la saison des fêtes a commencé. Après les cadeaux, il est temps de penser au menu et au sapin. À l [...]
Lire la suite ...

Porcs : Une période compliquée dans les Hauts-de-France
L'Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Picardie ont tenu leur assemblée général [...]
Lire la suite ...

Comment imaginer l’élevage porcin de demain ?
L’assemblée générale de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Pica [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires