Votre météo par ville

Enseignement : Tilloy, le lycée intergénérationnel

26-04-2023

Actualité

Podcasts

Cette année, le lycée de Tilloy-lès-Mofflaines a fêté ses 101 ans. Un vieux monsieur qui a donc pu observer les évolutions de l’enseignement et a vu défiler des familles d’agriculteurs. Portrait d’un lycée agricole et de son histoire.

Avec son horloge, le bâtiment principal du lycée de Tilloy est fortement inspiré de son ancêtre de Berthonval. © E. P.

1923, la première promotion du lycée agricole public de Tilloy-lès-Mofflaines, à côté d’Arras, fait son entrée dans les couloirs de l’établissement. Cent ans plus tard, des milliers d’élèves ont été formés à l’agriculture dans ces mêmes couloirs, mais pas que.

Le lycée s’est modifié et n’est plus uniquement réservé aux futurs agriculteurs et agricultrices.

Il s’est aussi agrandi et deux antennes s’y sont ajoutées : celles de Radinghem et de Saint-Omer. Formant le campus agro-environnemental du Pas-de-Calais. Ancré dans son territoire, il devient une référence.

Cela dit, des générations d’agriculteurs sont passées sur ces bancs et certains enseignants sont eux-mêmes d’anciens élèves. Un attachement au nom, à une réputation et une histoire…

Écouter le podcast sur Spotify :

Écouter le podcast sur Soundcloud :

De Berthonval à Tilloy

Si la première pierre du lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines a été posée en 1922, son histoire remonte en fait à 1885. “C’est sous la troisième République et la reprise des fermes-écoles que le projet de Berthonval est acté, sur la commune de Mont-Saint-Éloi”, explique Maxime Bedra, chargé de communication du campus agro-environnemental 62.

C’est ainsi que le domaine agricole de Berthonval est acheté par le département et devient une école pratique d’agriculture, comme on appelait ces établissements d’un nouveau genre. Dans la lignée des fameuses fermes-écoles, Berthonval est équipé de surfaces agricoles où les étudiants expérimentent et pratiquent ce qu’ils apprennent en cours.

C’est encore le cas aujourd’hui”hui et c’est une des forces du lycée de Tilloy, appuie Henry-Louis Bourgois, directeur du campus agro-environnemental 62. Nous avons une exploitation agricole, de 93 ha auxquels s’ajoutent 40 ha en prestation, avec deux salariés. Les étudiants y pratiquent les grandes cultures (betteraves, un peu de blé…) mais aussi l’apiculture. Pour la campagne 2023-2024, nos pommes de terre serviront même à alimenter la restauration scolaire du coin et une partie est vendue à McCain.”

Lycée de Tilloy-lès-Mofflaines. © E. P.

Mais la Première guerre mondiale passe par là et l’école est détruite. Décision est prise de la reconstruire, sur son site actuel, en 1922 avec à sa tête Léopold Malpeaux. Sa famille gardera longtemps un rôle important au sein de l’établissement.

Toujours une solution, Toujours une évolution

Trace de cette histoire, dans la salle Léopold Malpeaux, justement, une plaque liste les morts pour la France ayant fait leur scolarité dans l’établissement, pour les deux guerres mondiales et celle d’Algérie.

Aussi, il est aisé de comprendre l’ancrage historique et territorial du lycée, où des époques et des familles se succèdent. “Il y a des générations d’agriculteurs qui passent par ici”, sourit Sabine Dauchet-Lebeau, directrice adjointe du site de Tilloy. Il y a un sentiment d’appartenance et une fierté d’être ici. Aujourd’hui, c’est un établissement reconnu par les professionnels mais pas que. Une des forces du lycée est aussi la diversité de parcours possible. Beaucoup d’élèves y restent de la seconde au post-bac. On leur trouve toujours une solution.”

Un parcours d’étude qui a d’ailleurs beaucoup évolué en 100 ans. “On traite les étudiants comme des adultes et donc on les met dans un contexte où ils peuvent lancer des projets car on les encourage à le faire, à prendre des responsabilités…”, décrit Sabine Dauchet-Lebeau.

Le lycée de Tilloy c’est …

  • 300 élèves s’ajoutent 240 élèves en apprentissage ;
  • 200 étudiants à l’internat ;
  • 4 types de baccalauréats selon 4 filières différentes : la filière générale et technologique ; la filière spécialités mathématiques, physique, chimie, biologie, écologie ; la filière sciences et technologie de l’agronomie et du vivant ; la filière CGEA (conduite et gestion de l’entreprise agricole) ;
  • 3 BTS : ACSE (analyse conduite et stratégie de l’entreprise agricole), APV (agronomie productions végétales), GPN (gestion et protection de la nature) ;
  • 1 licence professionnelle en aménagement paysager ;
  • 1 certificat de spécialisation TMAUM (tracteurs machines agricoles : utilisation et maintenance) ;
  • 2 CAP : jardinier-paysagiste et métiers de l’agriculture ;
  • 2 brevets professionnels : Travaux des aménagements paysagers et responsable d’atelier de productions horticoles ;
  • de la formation pour adultes.

D’un enseignement très théorique, où l’objectif est d’apprendre aux élèves à produire et uniquement produire, aujourd’hui, “on permet aux élèves d’être plus critiques et de réfléchir par eux-mêmes. On essaye de les ouvrir sur le monde. Il y a beaucoup plus d’agroécologie dans les programmes et ces derniers évoluent régulièrement. On s’y adapte donc en permanence“, raconte Henry-Louis Bourgois.

Entre ces fameux programmes et les attentes sociétales, le lycée de Tilloy a encore de beaux jours devant lui.

La célébrité : Adrien Petit

Passé par les bancs de Tilloy il y a quelques années, Adrien Petit, 32 ans, est un cycliste professionnel. Il a participé quatre fois au Tour de France et a fait partie de diverses équipes françaises en tant que sprinteur.

En 2011, il est médaillé d’argent aux championnats du monde sur route, à Copenhague, avec l’équipe de France espoirs. L’année suivante, il est troisième aux championnats de France sur route. Plus récemment, en 2022, il termine 6e du Paris-Roubaix.

Eglantine Puel

Lire aussi : Ferme du monde : Le rêve américain des lycéens de Bourbourg

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires