Votre météo par ville

Agriculture bio : le cuivre pointé du doigt ?

11-08-2021

Actualité

Culture

Une étude de Santé publique France sur l’exposition des Français au cuivre publiée début juillet a fait couler de l’encre dans la presse, notamment dans Le Canard Enchaîné.

cuivre sols
Médiane des teneurs en cuivre EDTA pour la période début 2010 à fin 2014, découpage par canton. Principalement utilisé dans les régions viticoles, on le retrouve aussi dans les effluents d’élevage en raison de la supplémentation en cuivre de beaucoup d’aliments du bétail, ainsi que dans les boues de station d’épuration. Ce qui peut expliquer sa concentration en périphérie des grandes villes. ©gissol.fr

« Voici une étude à propos de laquelle la filière bio n’a pas fait sonner les cuivres. » Avec son ton corrosif habituel, Le Canard Enchaîné mettait en avant fin juillet une étude parue en début de mois sur le site de Santé publique France.

Menée dans le cadre du programme Esteban (Étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition), celle-ci a notamment permis – pour la première fois – de mesurer l’exposition au cuivre chez les adultes et les enfants vivant en France métropolitaine de 2014 à 2016.

Attaque palmée

Le palmipède ne mâche pas ses mots : « Les analyses (…) ont montré que 97 % d’entre eux avaient du cuivre dans leurs urines. Avec des concentrations 8 % plus fortes chez ceux qui se régalent plus de quatre fois par semaine de légumes provenant de l’agriculture biologique. » Oligo-élément essentiel à l’organisme, le cuivre peut provoquer des irritations de contact, voire des hépatites s’il est absorbé en trop grande quantité.

Chez les enfants, à en croire le journal, le cuivre ingéré en excès serait « génotoxique », et « soupçonné de provoquer des lésions cellulaires au niveau de l’ADN ». « Jusqu’à présent, les teneurs anormalement élevées en cuivre, repérées chez les seuls adultes, étaient pour l’essentiel mises sur le compte du tabac ». Et de railler l’objectif du gouvernement de servir 20 % de bio dans les cantines : « Il ne faudrait pas que les parents fassent la soupe à la grimace. »

Changer les habitudes

Coupable désignée : la bouillie bordelaise, traditionnellement utilisée pour prévenir ou traiter certaines maladies fongiques comme le mildiou ou les maladies bactériennes des arbres fruitiers, de la vigne ou des productions légumières. L’un des seuls produits de contrôle autorisés en bio.

« Plutôt que d’augmenter les doses, il faut repenser la structuration de la filière, la course au rendement, et revoir le choix des variétés pour favoriser celles qui résistent aux maladies… Mais c’est difficile de changer les habitudes. »

Christophe Caroux, président de Bio en Hauts-de-France

Sur cette question, Christophe Caroux, président de Bio en Hauts-de-France, ne se cache pas derrière son petit doigt : « Il y a encore 20 ans, le cuivre était sans doute utilisé à des doses non raisonnables, reconnaît-il, mais nos pouvoirs publics font tout pour le réguler. Au début des années 2000, on est passés de 12 à 6 kg autorités à l’hectare. En 2019, on a encore abaissé ce seuil pour arriver à 4 kg/ha. L’étude date de la période 2014-2016. Cette année, nous avons été interpellés par certaines coopératives légumières bios du Nord-Pas de Calais, qui au vu de la pression mildiou souhaitaient faire la demande pour repasser à 6 kg/ha. Nous n’avons pas voulu défendre cette demande au niveau national. Plutôt que d’augmenter les doses, il faut repenser la structuration de la filière, la course au rendement, et revoir le choix des variétés pour favoriser celles qui résistent aux maladies… Mais c’est difficile de changer les habitudes. »

« Dans la partie nord de la France, les pH et la matière organique sont suffisamment élevés pour que le cuivre reste stable et ne pose pas de souci de toxicité. »

Gilles Salitot, ingénieur en agriculture biologique à la chambre d’agriculture de l’Oise

Quid des sols régionaux ?

C’est aussi surtout dans les sols que son excès pose question. « C’est plutôt pour les organismes vivant dans le sol qu’il est toxique, situe Gilles Salitot, ingénieur en agriculture biologique à la chambre d’agriculture de l’Oise. Depuis 30 ans, son utilisation est suivie. C’est principalement dans les régions viticoles qu’il est employé, mais on le retrouve aussi dans les effluents d’élevage car on utilise pas mal de produits complémentés en cuivre pour nourrir les animaux, ainsi que dans les boues de station d’épuration. Ce qui peut expliquer sa concentration en périphérie des grandes villes. »

Quantifier le cuivre, c’est bien, mais ce n’est pas le principal. « Le plus important est de savoir comment il va évoluer dans le sol. C’est sa biodisponibilité qui va définir son caractère toxique. Dans la partie nord de la France, les pH et la matière organique sont suffisamment élevés pour que le cuivre reste stable et ne pose pas de souci de toxicité. Et quand bien même, les seuils de toxicité définis par les laboratoires sont un vrai garde-fou. »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires