Votre météo par ville

Agriculture bio : le cuivre pointé du doigt ?

11-08-2021

Actualité

Culture

Une étude de Santé publique France sur l’exposition des Français au cuivre publiée début juillet a fait couler de l’encre dans la presse, notamment dans Le Canard Enchaîné.

cuivre sols
Médiane des teneurs en cuivre EDTA pour la période début 2010 à fin 2014, découpage par canton. Principalement utilisé dans les régions viticoles, on le retrouve aussi dans les effluents d’élevage en raison de la supplémentation en cuivre de beaucoup d’aliments du bétail, ainsi que dans les boues de station d’épuration. Ce qui peut expliquer sa concentration en périphérie des grandes villes. ©gissol.fr

« Voici une étude à propos de laquelle la filière bio n’a pas fait sonner les cuivres. » Avec son ton corrosif habituel, Le Canard Enchaîné mettait en avant fin juillet une étude parue en début de mois sur le site de Santé publique France.

Menée dans le cadre du programme Esteban (Étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition), celle-ci a notamment permis – pour la première fois – de mesurer l’exposition au cuivre chez les adultes et les enfants vivant en France métropolitaine de 2014 à 2016.

Attaque palmée

Le palmipède ne mâche pas ses mots : « Les analyses (…) ont montré que 97 % d’entre eux avaient du cuivre dans leurs urines. Avec des concentrations 8 % plus fortes chez ceux qui se régalent plus de quatre fois par semaine de légumes provenant de l’agriculture biologique. » Oligo-élément essentiel à l’organisme, le cuivre peut provoquer des irritations de contact, voire des hépatites s’il est absorbé en trop grande quantité.

Chez les enfants, à en croire le journal, le cuivre ingéré en excès serait « génotoxique », et « soupçonné de provoquer des lésions cellulaires au niveau de l’ADN ». « Jusqu’à présent, les teneurs anormalement élevées en cuivre, repérées chez les seuls adultes, étaient pour l’essentiel mises sur le compte du tabac ». Et de railler l’objectif du gouvernement de servir 20 % de bio dans les cantines : « Il ne faudrait pas que les parents fassent la soupe à la grimace. »

Changer les habitudes

Coupable désignée : la bouillie bordelaise, traditionnellement utilisée pour prévenir ou traiter certaines maladies fongiques comme le mildiou ou les maladies bactériennes des arbres fruitiers, de la vigne ou des productions légumières. L’un des seuls produits de contrôle autorisés en bio.

« Plutôt que d’augmenter les doses, il faut repenser la structuration de la filière, la course au rendement, et revoir le choix des variétés pour favoriser celles qui résistent aux maladies… Mais c’est difficile de changer les habitudes. »

Christophe Caroux, président de Bio en Hauts-de-France

Sur cette question, Christophe Caroux, président de Bio en Hauts-de-France, ne se cache pas derrière son petit doigt : « Il y a encore 20 ans, le cuivre était sans doute utilisé à des doses non raisonnables, reconnaît-il, mais nos pouvoirs publics font tout pour le réguler. Au début des années 2000, on est passés de 12 à 6 kg autorités à l’hectare. En 2019, on a encore abaissé ce seuil pour arriver à 4 kg/ha. L’étude date de la période 2014-2016. Cette année, nous avons été interpellés par certaines coopératives légumières bios du Nord-Pas de Calais, qui au vu de la pression mildiou souhaitaient faire la demande pour repasser à 6 kg/ha. Nous n’avons pas voulu défendre cette demande au niveau national. Plutôt que d’augmenter les doses, il faut repenser la structuration de la filière, la course au rendement, et revoir le choix des variétés pour favoriser celles qui résistent aux maladies… Mais c’est difficile de changer les habitudes. »

« Dans la partie nord de la France, les pH et la matière organique sont suffisamment élevés pour que le cuivre reste stable et ne pose pas de souci de toxicité. »

Gilles Salitot, ingénieur en agriculture biologique à la chambre d’agriculture de l’Oise

Quid des sols régionaux ?

C’est aussi surtout dans les sols que son excès pose question. « C’est plutôt pour les organismes vivant dans le sol qu’il est toxique, situe Gilles Salitot, ingénieur en agriculture biologique à la chambre d’agriculture de l’Oise. Depuis 30 ans, son utilisation est suivie. C’est principalement dans les régions viticoles qu’il est employé, mais on le retrouve aussi dans les effluents d’élevage car on utilise pas mal de produits complémentés en cuivre pour nourrir les animaux, ainsi que dans les boues de station d’épuration. Ce qui peut expliquer sa concentration en périphérie des grandes villes. »

Quantifier le cuivre, c’est bien, mais ce n’est pas le principal. « Le plus important est de savoir comment il va évoluer dans le sol. C’est sa biodisponibilité qui va définir son caractère toxique. Dans la partie nord de la France, les pH et la matière organique sont suffisamment élevés pour que le cuivre reste stable et ne pose pas de souci de toxicité. Et quand bien même, les seuils de toxicité définis par les laboratoires sont un vrai garde-fou. »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Potager : Les 1 000 plantes du jardin de Yann Lebœuf
Yann Leboeuf est un passionné de jardinage et de botanique. Depuis plus de 30 ans, il s'occupe de son jardin qu'il a d [...]
Lire la suite ...

Point météo : Mai 2023, entre instabilité et ensoleillement
Rendez-vous chaque début de mois avec Patrick Marlière, directeur du bureau d'expertise météorologique Agate. Notre [...]
Lire la suite ...

Betteraves : Comment réduire les intrants ?
Le campus agro-environnemental de Tilloy-lès-Mofflaines a accueilli une série d'ateliers pour répondre à une questio [...]
Lire la suite ...

Damien Dubrulle : « J’ai deux choses en tête : l’innovation et l’international »
Le Nordiste Damien Dubrulle, à la tête de la success story Downs, vient de prendre la présidence d'Axema, le syndicat [...]
Lire la suite ...

JNA : Trois jours pour découvrir l’agriculture et ses métiers
C'est l'un des rendez-vous incontournables d'échanges entre le public et les professionnels du monde agricole, les jour [...]
Lire la suite ...

Marché en berne : Unéal mise sur l’expertise
Après une année 2022 où les prix ont fait le grand écart, la coopérative Unéal mise sur l'expertise pour pouvoir p [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires