Votre météo par ville

Boue sur la chaussée, attention danger

14-10-2021

Actualité

Culture

Les travaux agricoles d’automne vont de pair avec la présence de boue sur les routes du Nord et du Pas-de-Calais. Lois et réglementations sont strictes en la matière : l’exploitant de la parcelle ou du chantier a des obligations à respecter. Rappel des consignes et conseils à suivre.

© S.P

Arrachages de betteraves, pommes de terre ou carottes. Semis de céréales, ensilages de maïs ou labour. À l’automne, puis en hiver, les engins agricoles sont davantage susceptibles de salir les routes durant les travaux des champs. La présence de boue sur la chaussée la rend glissante. Elle fait également courir un risque aux usagers de la voirie, en particulier aux deux roues. Pour éviter les accidents, les chantiers sont à envisager bien en amont.

Anticiper

Au moment des récoltes, les déplacements d’engins agricoles, conjugués à un temps souvent humide, peuvent entraîner un salissement des routes.

En cas de risque de boue au sortir des champs, la gestion du nettoyage est à prévoir au préalable. « Le sujet est parfois épineux et pourtant très important, indique Marine Dambrine, déléguée régionale de la Fédération des entrepreneurs des territoires (EDT) Hauts-de-France. Les prestataires et les agriculteurs doivent se mettre d’accord en amont du chantier pour savoir qui de l’un ou l’autre nettoie la chaussée. Un consensus doit être établi avant tout travaux pour le bon déroulé des interventions. » « Pour écarter les accidents, on est tous responsables« , rappelle Marine Dambrine qui prône l’anticipation auprès des entrepreneurs face aux dangers. 

En effet, « afin d’assurer la sécurité publique, le nettoyage des routes en fin de chantier est une obligation légale« , fait savoir Lou Savoye, juriste à la FDSEA du Nord, conseillant, lorsque la situation de la parcelle le permet, « d’emprunter des chemins secondaires avant de sortir sur la route principale, afin de permettre à la terre excédentaire de se décoller et de limiter les salissements. »

Les obligations des agriculteurs

L’exploitant doit signaler par des panneaux la présence de boue sur la chaussée, afin d’inciter les automobilistes à ralentir. « Les panneaux doivent être bien visibles, placés à au moins 150 mètres de part et d’autre du chantier dans les deux sens de circulation« , explique Marine Dambrine. Un point d’exclamation (signifiant danger) et la mention « boue » sont suffisants.

On peut également y ajouter « chaussée glissante ». « Il s’agit là encore d’une obligation, mais cette mesure n’est que préventive : la mise en place de panneaux ne dispense pas de procéder au nettoyage dans les plus brefs délais, poursuit Lou Savoye. Il convient de nettoyer la route le plus rapidement possible. La chaussée peut être nettoyée manuellement, ou mécaniquement avec un engin approprié (les godets métalliques sont à éviter afin de ne pas détériorer la voirie). » Lors du nettoyage, la sécurité est également de rigueur. Les personnes doivent porter des gilets rétroréfléchissants et les engins doivent activer leurs gyrophares, souligne la FDSEA du Nord. Ces derniers doivent être visibles à 50 mètres. 

Rappel à la loi

La mise en place d’un panneau de signalisation n’est pas de nature à écarter la responsabilité de la personne à l’origine du dépôt de boue. Le code de la voirie routière prévoit une contravention de 5classe pour les personnes qui « auront laissé écouler ou auront répandu ou jeté sur les voies publiques des substances susceptibles de nuire à la salubrité et à la sécurité publiques ou d’incommoder le public » (art R.116-2 code de la voirie routière).

« En cas d’accident, le responsable du dépôt de boue peut se voir condamner à payer des dommages et intérêts à l’usager victime d’un accident lié à la présence de boue sur la chaussée au titre du Code civil (article 1240 et 1241) », informe Lou Savoye.

Une responsabilité pénale peut également être recherchée en cas d’accident grave (art 121-3 et 221-6 du Code pénal). De lourdes sanctions peuvent être encourues. Le mot d’ordre est donc clair : faire place nette sur les routes.

Simon Playoult

Lire aussi : Boue : les producteurs de betteraves s’équipent de balayeuses

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Lait : forte baisse des investissements industriels liée à la crise sanitaire
« Face à l’incertitude générée par la crise, les entreprises de la filière lait ont mis en pause une part signif [...]
Lire la suite ...

Mal-être agricole : Agri’écoute lance une plateforme de discussion en ligne
Le dispositif d’écoute téléphonique pour les actifs agricoles en difficulté, Agri’écoute, s’est enrichi d’u [...]
Lire la suite ...

Le Crédit agricole crée un fonds d’investissement d’1 Milliard d’euros pour les filières agricoles
Dans le cadre de la présentation, le 1er décembre, de son « projet sociétal », dont les « transitions agricoles et [...]
Lire la suite ...

AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires