Votre météo par ville

Pois. Chiche de lancer une nouvelle filière ?

25-06-2019

Actualite

Culture

Le négoce Ternovéo a annoncé,  lors de la journée de présentation de ses essais à la mi-juin 2019, le lancement d’une filière pois chiche labellisée Hauts-de-France.

Il a beau être petit, le pois chiche affiche une ambition costaude : celle de disposer bientôt de sa propre filière labellisée Hauts-de-France. C’était l’une des annonces du négoce Ternovéo, propriété du groupe Advitam, lors de la présentation de ses essais variétaux, le jeudi 13 juin2019, à Ecoust-Saint-Mein (62).
Trésor de protéines qui permettrait de répondre à la demande croissante des consommateurs, cette culture à forte valeur ajoutée, selon le négoce, pourrait être une opportunité pour les producteurs en quête de diversification.
« Attentes des marchés et des consommateurs qui évoluent très vite, contexte réglementaire qui va nous impacter en tant qu’organisme stockeur, changement climatique… Nous sommes dans une période de changements multiples et durables, ce sont de grands bouleversements pour le groupe, résume Anne Vandenbossche, présidente de Ternovéo et vice-présidente du groupe Advitam. Mais nous sommes prêts à sortir de notre zone de confort et depuis plus d’un an maintenant nous avons entamé la transition. »
Nouvelles productions, nouveaux marchés, commercialisation… « Nous avons privilégié les projets innovants, créateurs de valeur et sources de fierté pour les personnes impliquées. Ça change tout quand on se lève le matin ! »
En mode start-up
Pour cela, Ternovéo passe en mode start-up. Pour tester quelques-unes de ses idées, elle a ainsi lancé trois projets en interne, dont celui des pois chiches.
Premier constat : le pois chiche est un marché plutôt déficitaire, avec un besoin d’importation en légumes secs. « Il y en a un peu dans le Sud de la France, mais le gros de la production mondiale provient surtout d’Inde, du Canada, du Mexique… Or nous avons le territoire pour le produire localement ! », résume Olivier Sené, technicien en charge du projet.
Deuxième atout : le pois chiche a une très bonne image auprès du public. « Peu de graisses, peu de sucre, beaucoup de fibres… on se rapproche de l’aliment santé. De plus, proche d’un pois protéagineux et d’une féverole pour son itinéraire technique, friande des sols légers et d’un climat sec, cette légumineuse a le potentiel pour s’adapter au climat du sud des Hauts-de-France. »
Débouchés locaux
Techniquement, le pois chiche se sème entre mars et avril et se récolte entre le 15 août et le 15 septembre. Peu gourmand en intrants, il ne nécessite que peu de produits de protection et est un atout excellent dans la rotation. La phase de levée passée, ses besoins en eau sont faibles.
La campagne test a commencé en 2018 sur 130 ha, dans 15 exploitations installées entre Amiens et Reims, avec un noyau dur sur le bassin du Saint-Quentinois. À travers ce lancement, Ternovéo veut valoriser une production de 260 tonnes de pois chiches auprès d’opérateurs locaux, et compte sur le bouche-à-oreille pour propager cette nouvelle culture qui peut compléter le trio régional blé/colza/betterave.
Cette année, la récolte sera vendue séchée, sous sachet. L’an prochain elle pourrait être transformée par de petites entreprises locales. « Notre but reste de créer un débouché rémunérateur pour les producteurs, porté par un contexte sociétal favorable aux protéines végétales et à la consommation locale », conclut Olivier Sené.
Lucie De Gusseme
 

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le chlorpyrifos interdit dans l’UE dès 2020
Les États membres de l’Union européenne ont décidé d’interdire l’usage du chlorpyrifos, un insecti [...]
Lire la suite ...

La Région au grand galop avec la filière équine
Le conseil régional des Hauts-de-France a voté, fin septembre 2019, un ambitieux Plan cheval. 5,3 millions d’eur [...]
Lire la suite ...

Retraites : qui appelle à manifester et pourquoi ?
Une très grosse mobilisation est prévue dans toute la France ce jeudi 5 décembre 2019 pour protester contre la réfor [...]
Lire la suite ...

Pour emballer, ils se plient en quatre
Arnaud Noiret et Rémy Denecker ont une marotte, l’usage multiple d’un même objet pour éviter son gaspillage. Alor [...]
Lire la suite ...

Rev3. « Être les premiers sur le biométhane »
Au cœur de la troisième révolution industrielle, les projets de méthanisation sont de plus en plus nombreux dans les [...]
Lire la suite ...

Un Premier ministre à l’écoute
Après les mobilisations du 27 novembre 2019, Édouard Philippe a reçu la FNSEA et les Jeunes agriculteurs le mardi 3 d [...]
Lire la suite ...

Restez informé en recevant votre newsletter Terres et Territoires

Au cœur des terres

#terresetterritoires