Votre météo par ville

Crise porcine : « On s’en sortira avec plus de solidarité »

17-02-2022

Actualité

Élevage

Florent Ponseel, 32 ans, est éleveur porcin à Méteren, depuis 2015, et administrateur d’un des trois groupements de producteurs des Hauts-de-France. Il nous a ouvert les portes de sa ferme et ses livres de compte pour nous aider à comprendre les causes de la crise porcine actuelle.

Florent Ponseel, éleveur porcin à Méteren, dans les Flandres, au milieu de ses truies gestantes. © H.V

« Si on vendait nos porcs seulement 10 centimes d’euros de plus au kilo, on absorberait les hausses du prix des matières premières et du coût de l’énergie que nous subissons en ce moment.  » Florent Ponseel a joué le jeu de la transparence, mardi matin, en nous recevant dans son exploitation, rue de la Besace à Méteren (59), au cœur de la production porcine des Hauts-de-France.

« J’ai repris la ferme familiale en 2015 en étant associé à ma mère et à mon frère dans une SCEA. » L’installation s’est accompagnée d’un investissement de 2 millions d’euros entre 2015 et 2017. « J’ai modernisé l’outil de production et augmenté le nombre de truies. Désormais, nous en avons 280. » Une taille d’élevage qui lui permet de réaliser des économies d’échelle : « Quand on commande de l’aliment, par camion entier, on bénéficie d’une remise. De même, quand le transporteur vient chercher nos bêtes. »

Des surcoûts de production à la pelle

À cette échelle, tout prend de l’ampleur. Ainsi, chacune des 280 truies donne naissance, en moyenne, à 32 porcelets par an. À raison de 250 kg d’aliment par tête, ça fait 2 240 tonnes par an pour les porcelets, un chiffre auquel il faut ajouter les 280 tonnes nécessaires pour nourrir les truies, soit un besoin annuel de 2 500 tonnes.

« Aujourd’hui, le blé coûte 250 euros la tonne, contre 180 euros en 2021, qui était déjà en hausse par rapport à 2020. De même, le colza et le soja ont augmenté. Entre 2020 et le début de cette année, j’ai calculé un surcoût dû à l’alimentation de 100 000 euros. » Et encore, 80 % des céréales consommées par ses porcs (blé, orge, maïs, pulpe de betterave) sont produites sur une partie des 160 hectares de surface utile agricole exploités par la SCEA.

Autre mauvaise nouvelle de 2022 : la hausse du prix de l’électricité. « Une augmentation de l’ordre de 120 %, soit 30 000 euros de plus sur une année », calcule l’éleveur, qui a souscrit un contrat passé dans le cadre d’un appel d’offres de la FDSEA.

Enfin, la Chine n’importe plus de porc européen à cause de la peur que lui inspire l’épidémie de peste porcine sur les animaux sauvages (sangliers) en Belgique et en Allemagne, ce qui oriente les cours à la baisse.

Que faire ?

Une situation intenable. « C’est fou ! Nous, éleveurs, nous avons le minerai et nous perdons la main sur la matière. Nous dépendons des intermédiaires, à commencer par les abatteurs qui dictent leur loi alors qu’ils ne devraient être que des prestataires de services pour nous », lâche Florent Ponseel, également administrateur du Groupement de producteurs de porcs des monts des Flandres (GPPMF), qui mise sur « plus de solidarité » pour s’en sortir. « Aujourd’hui, dans la région, il y a trois groupements de producteurs différents. Nos interlocuteurs jouent de cette situation et nous divisent pour mieux régner. Il faudrait parler d’une seule voix. Même si 80 % des éleveurs se disent favorables à la concurrence, cette concurrence entre nous entraîne une baisse des cours. »

Autre solution, qui fonctionne bien selon lui : le rapport de force. « Il y a quelques années, nous avons bloqué la centrale d’achat de Lidl pour travailler avec eux. Cette action a permis d’entamer des négociations. Aujourd’hui, un contrat tripartite lie le GPPMF, le groupe Bigard  (abatteur) et Lidl. Ce dernier achète 1 500 porcs par semaine au groupement, sur les 5 000 à 6 000 produits hebdomadairement. »

Cette valorisation de 0,40 euro par kilo « est un bon début », pour Florent. Tout comme la loi Egalim 2 qui prévoit de prendre en compte le coût de production dans le prix de vente. « Tout ça ne va pas se mettre en place en un jour, prédit Florent, il faudra toujours être là, mobilisés pour faire entendre notre voix. »

En attendant, Florent et sa mère, Monique, craignent surtout que beaucoup de producteurs n’arrêtent. Et si la vraie cause de la crise était là, dans la surproduction ? « Non, répond Florent. Aujourd’hui, nous produisons en France l’équivalent de ce qui est consommé ici, mais on continue d’importer. C’est là qu’il faut rester vigilant. »

Va-t-il remplir le dossier de demande d’aide (lire aussi l’encadré ci-dessous) ? « Je ne sais pas encore. Je suis déjà suffisamment endetté. Je ne suis pas sûr de vouloir me lancer dans la démarche de prêt garanti par l’État. Mes problèmes de trésorerie, je les règle avec mes fournisseurs en leur demandant un délai de paiement. » 

Aide d’urgence de 15 000 € : comment l’obtenir ?

Une première aide d’urgence de 75 millions d’euros a été débloquée par le gouvernement. Cette aide, d’un montant forfaitaire de 15 000 € par exploitation, est réservée aux éleveurs remplissant les trois conditions suivantes : avoir atteint 80 % de consommation des crédits « court terme de trésorerie », à compter du 1er janvier 2022 pendant une durée d’un mois glissant ; avoir engagé une démarche de demande de prêt garanti par l’État (PGE) auprès de leur banque ; ne pas être en intégration totale. Les demandes des exploitants qui n’auraient pas engagé de PGE seront analysées en cellule départementale de crise. La demande peut être réalisée sur www.demarches-simplifiees.fr/commencer/dispositif-urgence-soutien-elevage-porcin. Pour le Pas-de-Calais, un formulaire à imprimer est disponible sur www.pas-de-calais.gouv.fr, rubrique « dispositif urgence filière porcine 2022 ». Les demandes peuvent être déposées jusqu’au 7 mars inclus. Pour le Nord, les demandes sont à formaliser avant le 25 février, à la DDTM, service économie agricole, 62 boulevard de Belfort, CS 90 007, 59 042 Lille cedex. Plus d’infos au 03 21 50 30 46, ou ddtm-sea-efa@pas-de-calais.gouv.fr pour le Pas-de-Calais, et au 03 28 03 83 56 ou ddtm-sea@nord.gouv.fr, pour le Nord.

Hervé Vaughan

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires