Votre météo par ville

Filière cheval : « Les structures qui étaient financièrement fragiles risquent de s’écrouler »

02-06-2020

Actualité

Terre à terre

Dans les Hauts-de-France, la filière équine compte plus de 1000 entreprises et représente près de 8000 emplois. Même si l’heure est à la reprise – toute relative – des activités, elle est aujourd’hui lourdement touchée par les effets du confinement.

Alain Coeugniet, président du conseil des chevaux Hauts de France Terres et Territoires
Alain Coeugniet, président du conseil des chevaux Hauts-de-France. © DR

Centres équestres, entraîneurs, éleveurs, cavaliers… tout le secteur du cheval est concerné par une perte de revenu. Alain Coeugniet, président du Conseil des chevaux des Hauts-de-France, fait le point sur la situation. Une interview tirée de notre grand format sur les impacts de la crise sur la filière équine.

L’Institut français du cheval a publié une étude sur les impacts du confinement pour le secteur du cheval. Certaines entreprises ont enregistré des pertes de chiffres d’affaires allant jusqu’à 80 %. Qu’en est-il dans la région des Hauts-de-France ?

Nous n’avons pas encore de chiffres régionalisés mais la situation est la même, dans la moyenne de ce qu’il se passe à l’échelle nationale.

Comment les entreprises ont-elles vécues la période de confinement, et quelles activités ont été particulièrement touchées ?

Toutes les activités sont concernées. Pour faire court, on a eu les charges, mais par les produits !

Pendant le confinement, les centres équestres ont eu l’obligation de fermer, ce qui a posé un problème pour l’entretien des animaux. Il était donc nécessaire de garder une partie du personnel. Car même si on baisse la ration, on est obligé de les sortir tous les jours. Globalement, les chevaux ont été mis au pré à partir d’avril : mais on est en train d’hypothéquer le fourrage ! Car ce qu’ils mangent aujourd’hui, manquera lors de l’hiver.

En plus de l’arrêt des activités d’enseignement, il y a eu une baisse de revenus supplémentaire au niveau des pensions. Certaines personnes ont on en effet retiré leurs chevaux des centres lorsqu’ils le pouvaient. Sans compter les activités de randonnées, qui sont une grosse source de revenu à cette époque de l’année….

« L’élevage aussi est touché. De nombreux éleveurs ont fait une année blanche, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas mis de jument à la saillie. »

Il en est de même pour les sports. Les courses de chevaux ont également été arrêtées et sont encore interdites car nous sommes en zone rouge. Ce qui signifie qu’il n’y a plus de pari et que les entraîneurs n’ont toujours pas de revenu.

Comme il n’y a pas de concours, il n’y a pas de gain non plus pour les cavaliers ni pour les organisateurs.

L’élevage aussi est touché, puisque les concours n’ont pas eu lieu. Cela pénalise les éleveurs qui ne peuvent plus mettre en avant leurs chevaux pour les vendre. D’ailleurs, de nombreux éleveurs ont fait une année blanche, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas mis de jument à la saillie.

Lisez le témoignage de la gérante du centre équestre de Drocourt (62)

cheval Tim de Marie de Pixabay
Centres équestres, entraîneurs, éleveurs, cavaliers… tout le secteur du cheval est concerné par une perte de revenu. © Tim de Marie de Pixabay

Les entreprises ont-elles pu accéder aux aides d’État ?

Les entreprises de la filière ont pu avoir accès à l’aide de 1500 euros par mois, ainsi qu’au chômage partiel. Elles ont eu aussi la possibilité d’avoir accès au prêt à taux zéro. Mais attention, il faudra payer un jour…

Nous faisons tous les jours le point avec le Conseil régional sur la situation. La Région est attentive et verra si elle peut faire quelque chose pour accompagner les entreprises, et le faire intelligemment.

D’après vous, quels seront les impacts à long terme pour la filière ?

À long terme je ne sais pas, mais à court et moyen termes, je crois qu’il y aura de la casse, c’est obligé. Le risque est que toutes les structures qui étaient déjà financièrement fragiles ne s’écroulent. On ne peut pas faire de miracle. Je suis inquiet pour la rentrée, pour la filière et l’économie en général… on va avoir des périodes difficiles à vivre.

Propos recueillis par Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires