Votre météo par ville

La Lucullus de Valenciennes a la langue bien pendue !

11-12-2019

Actualité

Terre à terre

Internationalisation, diversification et cross merchandising… L’entreprise Lucullus ne cesse de croître depuis sa reprise, en 2009, par Augustin Motte. Reportage à l’approche de Noël…

VIDÉO – Augustin Motte, PDG de Lucullus : « On croit beaucoup au régional et au grand export ».

S’il y a bien quelque chose qu’Augustin Motte ne souhaite pas changer, c’est la qualité et l’authenticité d’un produit emblématique régional. Association audacieuse de foie gras et de langue de bœuf fumée… on parle bien sûr de la célèbre Lucullus de Valenciennes.

« Même si nous allons encore nous développer et moderniser nos outils de production, nous tenons absolument à garder la même méthode traditionnelle de fabrication. L’assemblage et la coupe se font à la main », affirme le directeur général de Lucullus dont le siège social est situé à Marly (59).

Trois médailles au Concours général agricole

En 2009, Juliette Dendievel, représentant la troisième génération à la tête de l’entreprise, lui a passé le relais. Depuis, l’entreprise a doublé son chiffre d’affaires. Et depuis 2015, elle a reçu trois médailles au Concours général agricole.

En plus de la Lucullus, l’entreprise vend des confits d’oignons et de figues pour accompagner le foie gras. La production s’est encore élargie il y a cinq ans, avec la fabrication de confitures pour toucher une clientèle tout au long de l’année, au-delà du réveillon et de Noël (les fêtes représentent tout de même 70 % du chiffre d’affaires). Pour écouler ses produits, la maison Lucullus allie vente directe et vente à travers la grande distribution (Auchan, Casino, Carrefour, Monoprix…).

Internationalisation et diversification : une stratégie gagnante qui a permis de faire doubler le chiffre d’affaires de Lucullus (4,9 millions d’euros en 2018). © DR

Ouverture d’un nouveau site

Désormais, Augustin Motte attend avec impatience la fin des travaux du nouveau site de l’entreprise qui ouvrira officiellement ses portes en avril 2020. Situé sur une zone industrielle à Prouvy (59), dans un secteur proche de l’usine de Valenciennes et du siège de Marly, le futur bâtiment de 3 000 m2 sur deux hectares, a vocation à faire augmenter la productivité en misant sur l’innovation (modernisation des machines, traçabilité connectée, station d’épuration sur place, code couleur mural pour l’hygiène…).

Objectif pour le patron : assurer plus de confort pour les salariés et poursuivre le développement à l’export, qui représente actuellement 5 % du chiffre d’affaires.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
MSA : Vers un rapprochement avec le régime général ?
Dans un rapport rendu public le 26 mai, la Cour des comptes invite la Mutualité sociale agricole (MSA) à "prendre des [...]
Lire la suite ...

Crise sanitaire : les propositions des députés pour l’agriculture « d’après »
Six groupes de travail transpartisans avaient été constitués au début de la crise sanitaire par les députés de la [...]
Lire la suite ...

Covid et biodiversité : les nouvelles recommandations du Sénat
La commission du développement durable du Sénat a publié, le 26 mai 2020, huit recommandations relatives à la crise [...]
Lire la suite ...

« Nous sommes très inquiets pour l’avenir de la betterave européenne »
Difficulté à lutter contre les pucerons sans néonicotinoïdes,cours du sucre en baisse, prix payé qui n'apporte p [...]
Lire la suite ...

Enseignement agricole : la reprise en juin, un galop d’essai pour septembre
Les établissements de l'enseignement agricole régionaux marchent sur des œufs. Reprendront, reprendront pas le 2 jui [...]
Lire la suite ...

« Découvrir comment éviter l’adaptation d’un virus à l’être humain »
Jean-Luc Angot, chef du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire au ministère de l'Agriculture, revien [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires