Votre météo par ville

La Lucullus de Valenciennes a la langue bien pendue !

11-12-2019

Actualité

Terre à terre

Internationalisation, diversification et cross merchandising… L’entreprise Lucullus ne cesse de croître depuis sa reprise, en 2009, par Augustin Motte. Reportage à l’approche de Noël…

VIDÉO – Augustin Motte, PDG de Lucullus : « On croit beaucoup au régional et au grand export ».

S’il y a bien quelque chose qu’Augustin Motte ne souhaite pas changer, c’est la qualité et l’authenticité d’un produit emblématique régional. Association audacieuse de foie gras et de langue de bœuf fumée… on parle bien sûr de la célèbre Lucullus de Valenciennes.

« Même si nous allons encore nous développer et moderniser nos outils de production, nous tenons absolument à garder la même méthode traditionnelle de fabrication. L’assemblage et la coupe se font à la main », affirme le directeur général de Lucullus dont le siège social est situé à Marly (59).

Trois médailles au Concours général agricole

En 2009, Juliette Dendievel, représentant la troisième génération à la tête de l’entreprise, lui a passé le relais. Depuis, l’entreprise a doublé son chiffre d’affaires. Et depuis 2015, elle a reçu trois médailles au Concours général agricole.

En plus de la Lucullus, l’entreprise vend des confits d’oignons et de figues pour accompagner le foie gras. La production s’est encore élargie il y a cinq ans, avec la fabrication de confitures pour toucher une clientèle tout au long de l’année, au-delà du réveillon et de Noël (les fêtes représentent tout de même 70 % du chiffre d’affaires). Pour écouler ses produits, la maison Lucullus allie vente directe et vente à travers la grande distribution (Auchan, Casino, Carrefour, Monoprix…).

Internationalisation et diversification : une stratégie gagnante qui a permis de faire doubler le chiffre d’affaires de Lucullus (4,9 millions d’euros en 2018). © DR

Ouverture d’un nouveau site

Désormais, Augustin Motte attend avec impatience la fin des travaux du nouveau site de l’entreprise qui ouvrira officiellement ses portes en avril 2020. Situé sur une zone industrielle à Prouvy (59), dans un secteur proche de l’usine de Valenciennes et du siège de Marly, le futur bâtiment de 3 000 m2 sur deux hectares, a vocation à faire augmenter la productivité en misant sur l’innovation (modernisation des machines, traçabilité connectée, station d’épuration sur place, code couleur mural pour l’hygiène…).

Objectif pour le patron : assurer plus de confort pour les salariés et poursuivre le développement à l’export, qui représente actuellement 5 % du chiffre d’affaires.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Rencontre avec Christian Huyghe, le directeur scientifique agriculture de l’Inrae
Originaire des Flandres, le directeur scientifique de l’Inrae Christian Huyghe fait le lien entre injonctions ét [...]
Lire la suite ...

Institut de Genech : les élèves formés au risque électrique
La MSA, RTE et Enedis sont intervenus à l’Institut agricole de Genech (59) mercredi 24 novembre pour sensibiliser [...]
Lire la suite ...

La chicorée : une boisson vintage ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d’une image désuète. Et pourtant, elle n’en reste p [...]
Lire la suite ...

Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 
Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l'Avesnois, vend sur le marché de la resta [...]
Lire la suite ...

La chicorée, une alliée pour affronter l’hiver 
Si la chicorée s'apprécie en boisson chaude, pour remplacer la café par exemple, elle peut aussi se consommer en d [...]
Lire la suite ...

Démodée, la chicorée ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d'une image désuète. Mais la racine n'a pas dit son dernier [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires