Votre météo par ville

Le sucre bio, « une filière émergente en pleine croissance en France »

26-01-2021

Actualité

Culture

Dans le cadre des Rencontres grandes cultures bio dans la région, Bio en Hauts-de-France est revenu sur le marché du sucre bio et l’intérêt d’introduire la betterave sucrière bio dans son assolement.

« Diversification des filières, des opportunités à saisir. » C’était le thème du deuxième webinaire organisé mardi 26 janvier par Bio en Hauts-de-France, dans le cadre des Rencontres grandes cultures bio dans la région. Et c’est sur la betterave sucrière que l’association a choisi dans un premier temps de se focaliser. L’occasion de faire un point sur le marché du sucre bio.

Dans un contexte où le marché des produits alimentaires bio est en pleine croissance (40 milliards d’euros de chiffre d’affaires générés en 2018, dont 10,5 milliards pour la France et 12 milliards d’euros en 2019), le marché du sucre bio est de l’ordre de 180 000 tonnes en Europe, dont environ 90 % proviennent de la canne. Les principaux producteurs de sucre de betterave bio en Europe sont l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et la France. « C’est une filière émergente, notamment en France, mais en pleine croissance », a souligné Xavier Dupuis, chef de projet agricole filière bio chez Tereos.

Lire aussi : « Les grandes cultures représentent une grande partie des conversions en bio »

Valorisation de la betterave bio en région

Dans la région, deux principaux débouchés s’offrent aux producteurs qui voudraient introduire la betterave sucrière dans leur assolement. Tereos a créé en 2018 une filière de production de sucre bio en poudre et en morceaux. « En 2021 notre ambition est de continuer à développer la filière », souligne Xavier Dupuis. Ainsi le groupe sucrier propose un contrat annuel pour la campagne 2021 (pas besoin d’être coopérateur). « L’engagement se fait en surface pour tenir compte de la variabilité de rendement, souligne le chef de projet. Le chargement et le transport sont pris en charge par la coopérative. Le prix payé au producteur est de 80 euros la tonne à 16 % de richesse, auquel s’ajoutent une prime de 200 euros par hectare, et une prime potentielle en fonction du prix de vente de sucre de betterave bio produit pendant la campagne 2021. »

Autre filière de valorisation : le sirop. Le projet, lancé il y a quatre ans, est à l’initiative de producteurs membres de l’association Bio en Hauts-de-France. L’objectif étant de relocaliser la production de sucre bio en récréant des micro-sucreries à travers le territoire. Pour cette valorisation, « on estime qu’on ne pourrait pas descendre en dessous de 115 euros« , estime l’un des producteurs de la filière.

Près de 140 hectares dans les Hauts-de-France

D’après une enquête réalisée en 2020 par Tereos et les chambres d’agriculture des Hauts-de-France, la majorité des producteurs de betteraves bio dans la région sont des agriculteurs récemment engagés dans le bio, même si on note une diversité des profils.

C’est le Pas-de-Calais qui enregistre le plus gros des surfaces (69 ha), devant la Somme (29 ha). Le Nord compte 10 ha. Au total, la région compte 138 ha. Le rendement moyen y est de 36 tonnes à l’hectare mais avec une grande variabilité (plus de 50 t/ha dans le Nord, moins de 40 dans le Pas-de-Calais notamment).

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Lait : forte baisse des investissements industriels liée à la crise sanitaire
« Face à l’incertitude générée par la crise, les entreprises de la filière lait ont mis en pause une part signif [...]
Lire la suite ...

Mal-être agricole : Agri’écoute lance une plateforme de discussion en ligne
Le dispositif d’écoute téléphonique pour les actifs agricoles en difficulté, Agri’écoute, s’est enrichi d’u [...]
Lire la suite ...

Le Crédit agricole crée un fonds d’investissement d’1 Milliard d’euros pour les filières agricoles
Dans le cadre de la présentation, le 1er décembre, de son « projet sociétal », dont les « transitions agricoles et [...]
Lire la suite ...

AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires