Votre météo par ville

Les surfaces de pommes de terre bio dans les Hauts-de-France en hausse constante malgré un marché restreint

18-03-2021

Actualité

Culture

Comme en conventionnel, la pomme de terre bio subit de plein fouet la crise sanitaire qui a entraîné la fermeture des restaurants et donc une baisse d’activité des industriels. Jusqu’ici, le développement de la filière s’appuyait sur ce marché.

Dans les Hauts-de-France, 807 hectares sont cultivés en pommes de terre bio. © VCH

Si la consommation de produits alimentaires bio est en augmentation continue depuis plusieurs années, la pomme de terre bio ne semble pas autant obtenir les faveurs des consommateurs adeptes de ce régime. « On constate qu’en bio, les consommateurs mangent moins de pommes de terre qu’en conventionnel, au profit d’une plus grande diversité de légumes, explique Alain Delebecq, référent filières végétales à Bio en Hauts-de-France. Le développement de la filière bio en pommes de terre s’est donc essentiellement appuyé sur l’industrie. Le marché du frais est plus modéré, c’est un marché petit que l’on sature vite ! Ce qui a donné du souffle à la filière depuis quelques années, c’est le secteur de l’industrie. »

À lire aussi : Plants de pomme de terre biologique, anticipez 2022

Des propos confirmés par Loïc Couttelle, agriculteur à Wambrechies (59), qui a réduit son assolement à trois hectares l’année dernière. « Sur la métropole européenne de Lille, le marché est microscopique ! », souligne le producteur. Avec cinq hectares il y a trois ans, « on pensait qu’on était petit mais en fait, c’est grand. Quand on livre à Carrefour, ce ne sont que quelques kilos. »

Malgré tout, on constate une hausse constante du nombre de fermes cultivant au moins trois hectares de pommes de terre biologique (fermes hors maraîchage). Depuis 2018, elles représentent plus de la moitié des fermes cultivant le tubercule en bio.

Graphique : Bio en Hauts-de-France

Un nombre de producteurs qui augmente moins vite que les surfaces

Au total dans les Hauts-de-France, 807 ha sont certifiés en pommes de terre bio (à cela s’ajoutent les surfaces en conversion). De 2018 à 2019, cette surface a augmenté de 34 %. C’est dans la Somme qu’il y a désormais la plus grande surface en pommes de terre bio, suivie du département du Nord puis du Pas-de-Calais.

“On observe que la surface moyenne en pomme de terre tend à augmenter dans le Nord-Pas de Calais pour rejoindre celle de Picardie”, souligne Fanny Vandewalle, chargée de mission filières à Bio en Hauts-de-France.

Le nombre d’agriculteurs, lui augmente beaucoup plus légèrement : ils sont environ 150 dans les Hauts-de-France en 2018, contre une centaine en 2014.

évolution surface pommes de terre bio Hauts de France par département © Bio en Hauts de France
Graphique : Bio en Hauts-de-France

Un marché concurrentiel

Le marché de la pomme de terre bio a eu, jusqu’ici, tendance à s’appuyer sur le développement de la filière d’industrie. Avec la crise sanitaire, cela se bouscule désormais encore plus sur le marché du frais. Le secteur « a pris du plomb dans l’aile à cause de la Covid-19 et de la fermeture de la restauration hors domicile, constate Alain Delebecq. C’est donc extrêmement difficile de se projeter pour les années à venir. Les volumes ont nettement ralenti. On y va doucement, en sécurisant. »

Effet immédiat : les polyculteurs, qui ont du mal à commercialiser sur des circuits longs, ont tendance à s’équiper pour faire du circuit court. « Il y aura un peu de batailles sur ces marchés-là, estime Alain Delebecq. Les polyculteurs vont-ils devenir les concurrents des maraîchers ? L’organisation des producteurs va être un gros défi. »

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires