Votre météo par ville

Pisciculture : Les multiples (et beaux) projets de Coralie, Loïc et Élodie

04-05-2023

Actualité

Terre à terre

Coralie, Loïc et Élodie se sont associés pour reprendre en 2021 l’activité de pisciculture du papa de Coralie. Le trio se diversifie : élevage de truites, transformation, aquaponie, maraîchage, épicerie, visites pédagogiques, poules pondeuses… Voici la Ferme aquaponique du Cambrésis !

Coralie, Loïc et Élodie. © Ferme Aquaponie du Cambrésis

La ferme aquaponique du Cambrésis de Coralie, Loïc et Élodie est encore bien cachée ! Il vous faut longer le canal de Saint-Quentin puis prendre une petite route sur quelques dizaines de mètres pour trouver ce joli petit coin de nature, en bordure de village, et ses bassins remplis de truites.

Mais, rassurez-vous « on va travailler à signalétique » sourit Élodie Delacourt, 31 ans.

La jeune femme fait visiter les lieux et raconte un projet né de sa rencontre avec Coralie Burrow, trois ans de plus. Toutes les deux travaillaient pour le même employeur, Auddicé Biodiversité.

Et si elles se connaissaient depuis longtemps, c’est au boulot qu’elles finissent par se découvrir une appétence commune pour l’environnement, mais aussi des idées et des projets similaires.

« Ici, on est sur les anciens terrains de Keith, le papa de Coralie, qui est lui-même pisciculteur, explique Élodie. Elle réfléchissait à reprendre l’exploitation de son père depuis quelques années. Et quand il a décidé de partir à la retraite, pour elle, c’était dur de se dire que tout cela allait partir dans d’autres mains. »

Les deux jeunes femmes sont alors « sur la même longueur d’onde ».

Elles décident de s’associer pour reprendre en partie les piscicultures du papa de Coralie en février 2021. « L’objectif était de conserver son travail et d’amener nos idées nouvelles sur le projet, plus orientées nature et biodiversité. »

Elles ne sont alors pas toutes seules. Loïc Denhez, 33 ans et compagnon de Coralie, quitte de son côté les travaux publics et plonge dans l’aventure.

Une équipe qui connaît bien le terrain : « On est du cru, aussi bien moi que Coralie ou Loïc », confirme Élodie avec une certaine fierté.

Chaque chose en son temps

Le trio reprend d’abord les activités de pêche à la truite – le dada de Loïc – sur plusieurs étangs : celui de Saint-Crépin, à Saint-Souplet, et les étangs de la Cressonnière, direction Banteux.

Puis il continue la pisciculture avec l’élevage et la vente de truites à Honnecourt-sur-Escaut, le centre des opérations : « On fait de la livraison de truites, pour des sociétés de pêche ou des privés qui demandent du rempoissonnement. » Mais ce n’est pas assez pour Coralie, Loïc et Élodie.

Cette dernière se forme à Boulogne-sur-Mer (62) au filetage et démarre début 2022 la transformation du poisson. Des produits transformés qu’elle vend ensuite sur les marchés ou via les Amap.

De ce côté, l’ambition est d’être labellisé bio dans les semaines à venir : « Cela devrait être le cas. Pour être reconnus comme un élevage de truites biologiques, on fait tout de A à Z, en commençant par la reproduction. Et on doit tout maîtriser : nourriture, densité de poissons… »

Cette activité de pisciculture est le point de départ au développement de plusieurs autres activités car le maître mot des trois comparses est, vous l’aurez compris, la diversification !

L’activité de la ferme aquaponique, d’abord, va débuter dans les prochains mois. Une pratique encore méconnue mais qui commence à se développer selon Élodie qui s’est laissée convaincre par Coralie, formée au concept et dont ce sera l’une des nombreuses tâches, en plus de l’administratif.

En quelques mots, l’aquaponie consiste à réutiliser l’eau des truites, très nourrissante, pour faire pousser sous serre des herbes aromatiques, des tomates, des salades…

« L’aquaponie, c’est un cercle vertueux car on n’a pas besoin d’apporter d’engrais ou d’autres produits. » Après avoir connu quelques tracas administratifs, la serre est justement en cours de finalisation et le trio devrait débuter cette partie de leur projet dans les prochaines semaines.

Mais, restez accrochés, la liste est encore longue ! « On est train de franchir un cap », confirme Élodie.

Épicerie, terrasse et visites pédagogiques

En plus de la serre, ils débutent le maraîchage avec l’arrivée récente d’une salariée et ils finissent de retaper et d’agrandir un ancien bâtiment pour créer un nouvel atelier de transformation, mais aussi un point de vente directe de leurs produits.

« Ce sera une petite épicerie, car l’idée sera aussi de proposer des produits d’autres producteurs locaux. »

À quelques dizaines de mètres du canal de Saint-Quentin, l’objectif est d’attirer les marcheurs et les cyclistes qui passent dans le coin, « pour faire ses courses », manger un bout ou boire un verre avec une petite terrasse donnant sur les bassins.

Et, pourquoi pas, effectuer une visite de l’exploitation ? Car c’est encore un autre aspect du projet : la mise en place de visites pour les particuliers, mais aussi et surtout pour les scolaires.

Là aussi, Élodie s’est formée au Savoir vert et la première visite d’écoliers est prévue pour ce mois de mai. À peu près au même moment que l’arrivée des poules pondeuses qui seront élevées en plein air… Le dernier élément de ce beau projet, c’est juré ! 

Coralie, Élodie et Loïc en quatre dates

2021. Coralie (à gauche), Loïc (au centre) et Élodie (à droite) reprennent en partie l’exploitation de Keith, le papa de Coralie, pisciculteur depuis une quarantaine d’années.

2022. Élodie commence l’activité de transformation. Elle propose tout type de produits à base de truites, qui sont ensuite vendus sur les marchés ou via les Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural.

Mai 2023. La première visite de l’exploitation est prévue pour ce mois de mai avec l’accueil d’un groupe scolaire. Les trois jeunes Nordistes devraient également obtenir la labellisation produit biologique pour son étang d’Honnecourt-sur-Escaut.

Juin 2023. L’exploitation ouvrira ses portes au public le samedi 11 juin dans le cadre de l’opération Tous en Bottes ! organisée par le Département du Nord et la Région des Hauts-de-France.

Kévin Saroul

Lire aussi : Témoignage d’Aline Havez : La ferme, outil d’apprentissage

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires