Votre météo par ville

Bière artisanale : la microbrasserie d’Amblise en plein essor

04-08-2022

Actualité

Transformation

Dans le Hainaut, Reynald Grzelczyk fabrique depuis 2016 bières blondes, ambrées, triples, IPA ou encore de saison dans sa microbrasserie artisanale, à Crespin. Dès la rentrée, son nouveau matériel lui permettra de produire des brassins de 1 000 litres.

Reynald Grzelczyk a crée la brasserie d’Amblise à Crespin en 2016 © LOUISE TESSE

Il ne reste que quelques bosquets de la forêt d’Amblise, s’étendant jadis de Cambrai à Mons, qui a donné son nom à la microbrasserie créée par Reynald Grzelczyk il y a six ans.

L’histoire raconte qu’un moine y fit jaillir une source et fonda l’abbaye de Crespin (59) au VIIe siècle. Cette source fut ensuite utilisée par les premières brasseries de la ville.

Bougre d’âne

Quelques siècles plus tard, Reynald Grzelczyk renoue avec cette tradition en proposant une sélection de bières artisanales « brassées ici, bues ici ». « Le déclic est venu lors de l’ouverture du restaurant de ma femme à Valenciennes, évoque Reynald Grzelczyk : nous voulions y proposer une carte de bières. »

À l’époque, le brasseur est cameraman, graphiste et intermittent du spectacle. « C’était la renaissance des brasseries artisanales et les néobrasseurs étaient avant tout des brasseurs amateurs », remarque-t-il. Il se lance et crée la Bougre, une bière blonde d’inspiration belge. L’illustration est toute trouvée : ce sera un (bougre d’) âne.

Puis, suivent des bières triples, ambrées, de saison et plusieurs IPA – pour India pale ale. « La bière de saison est un style de bière français reconnu : il vient d’ailleurs du Hainaut, des agriculteurs qui brassaient pendant l’hiver », raconte Reynald Grzelczyk. Biche, renard, hirondelle, coq, loup, pivert (pour « une bière acidulée qui pique un peu ») et chien s’affichent fièrement sur les bouteilles, repeuplant la forêt d’Amblise disparue.

Reynald Grzelczyk propose une sélection de bières artisanales © LT

Un savant équilibre

« La bière est un savant équilibre entre arômes maltais et arômes du houblon. Le houblon est l’aromate, l’épice de la bière », indique Reynald Grzelczyk qui s’approvisionne en houblon européen, français si possible : « Cela complexifie la recette mais donne une tonalité différente. C’est encore plus flagrant pour l’IPA où l’on met en avant les arômes du houblon. »

Cet agent aseptisant s’est aussi imposé pour ses propriétés conservatrices. D’ailleurs, « l’IPA est une tradition anglaise : les propriétés du houblon ont été utilisées pour traverser les océans », direction l’Inde.

Des brassins de 1 000 litres

Dans sa microbrasserie de Crespin, 280 hectolitres de bières sont brassés chaque année et vendus localement, voire régionalement, lors d’événements, de marchés, de dégustations et directement à la brasserie. Il crée aussi des bières à la commande, comme pour répondre à l’initiative de la ville de Fresnes-sur-Escaut, pour commémorer la découverte de la première gaillette de charbon dans les Hauts-de-France en février 1720, avec la bière blonde « 1720 ». Désormais accompagné d’un apprenti, Reynald Grzelczyk vit maintenant de son activité de brasseur.

Ses cuves lui permettent de produire 300 litres en suivant les différentes étapes du procédé : brassage, ébullition, fermentation et sucrage.

Dès la rentrée, ses brassins avoisineront les 1 000 litres avec le nouveau matériel acquis. « Ce sont des tanks à lait reconvertis, un classique chez les brasseurs artisanaux un peu bricoleurs. » La brasserie d’Amblise passe donc un nouveau cap tout en gardant la passion qui anime Reynald Grzelczyk, « un amoureux de la bière avant tout ».

Louise Tesse

Lire aussi : La Brasserie du Pays flamand s’agrandit et lance ses canettes

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Chicorée : De l’importance de la réapprobation du Bonalan®
Deux herbicides très utilisés en chicorée doivent être réapprouvés d’ici l’an prochain : le Safari® [...]
Lire la suite ...

Chicorée : Une campagne en mauvaise posture
Un peu plus de trois mois après les premiers semis, la chicorée est à la peine dans les champs. Les conditions climat [...]
Lire la suite ...

Blé : l’heure du bilan a sonné à la Coop Saint-Hilaire
Ça y est, la moisson du blé 2022 s'est terminée. Il est temps donc de dresser le bilan des essais blé pour la coopé [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : gouvernement et FNSEA réagissent
Face à la sécheresse « historique » qui sévit actuellement sur le territoire, la Première ministre Élisabeth Bo [...]
Lire la suite ...

Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle Nord
Les communes de Haspres et Somain sont reconnues en état de catastrophe naturelle par arrêté interministériel publi [...]
Lire la suite ...

Cidre : les producteurs veulent une revalorisation
Inquiète de l’avenir de la filière cidricole, la fédération nationale des producteurs de fruits à cidre (FNPF [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires