Votre météo par ville

La Brasserie du Pays flamand s’agrandit et lance ses canettes

20-07-2022

Actualité

Transformation

Créée en 2006, la Brasserie du Pays flamand, qui produit notamment la bière multiprimée Anosteké, est aujourd’hui un incontournable de la région Hauts-de-France. Face à son succès, elle agrandit ses locaux et se lance dans la canette et le kombucha.

C’est une « sucess story » qui se poursuit pour la Brasserie du Pays flamand. Alors qu’elle atteint les 11 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année, elle en profite pour doubler la surface de ses locaux et se lance dans la canette. Des investissements nécessaires pour faire face à la demande d’un côté, et pallier la pénurie de verre de l’autre.

Aux grands maux les grands remèdes

Installés au départ dans une ancienne distillerie de Blaringhem, Mathieu Lesenne et Olivier Duthoit, fondateurs de la Brasserie du Pays flamand, avaient déjà dû s’agrandir en 2018 en acquérant un local de 2 500 m2 à Merville, tout en conservant le précédent qui produit encore quelques hectolitres. Mais face à la croissance exponentielle de l’entreprise (+23 304,26 % du CA entre 2006 et 2021 !) et l’augmentation de la demande de bière artisanale, les deux amis ont décidé de doubler la surface, la faisant passer à 5 000 m2

42 000 hl C’est la quantité de bière qui a été brassée en 2021 par la Brasserie.

« L’extension représente un investissement de 4,50 M€. L’objectif est de répondre à la demande du marché mais aussi d’améliorer la qualité de la bière et le confort au travail, détaille Mathieu Lesenne. Grâce à cette surface supplémentaire, nous avons pu créer un laboratoire pour tester les bières et un système d’ERP ( ou PGI, pour progiciel de gestion intégré. Cela permet de gérer l’ensemble des processus opérationnels d’une entreprise, par exemple la gestion des stocks). Nous avons aussi pu augmenter nos capacités de stockage (notamment au froid, en cas de reconfinement…), développer le multiconditionnement et le multirecettes. »

L’entreprise a pu ainsi augmenter sa capacité de production, la faisant passer à 60 000 hectolitres (hl). En 2021, ce sont 42 000 hl qui sont sortis des cuves de la Brasserie.

Le covid : un booster ?

Si la crise sanitaire a été un coup dur pour bon nombre de secteurs économiques, pour la Brasserie ça n’a pas forcément été le cas : « Le mois de juin 2021, avec la réouverture totale des bars, a été le plus gros mois de l’entreprise », se souvient Mathieu Lesenne. Il faut dire que les gens n’ont pas arrêté de consommer de la bière, bien au contraire, notamment avec les « apéros visio » et attendaient avec impatience la réouverture des lieux de convivialité. Résultat, en plein pendant la crise, l’entreprise investit 800 K€ dans un robot de la marque japonaise Fanuc qui s’occupe du nettoyage et remplissage des fûts à destination du réseau de cafés, hôtels et restaurants. 

Kombucha et canettes

Autres nouveautés rendues possibles par cette extension : le lancement de kombucha et des canettes. « On voulait offrir une boisson sans alcool qui soit une réelle alternative à la bière. En ce qui concerne le kombucha, il y a une réelle demande qui plus est », indique Mathieu Lesenne.

De plus, il se trouve que le kombucha utilise les mêmes techniques que la bière à savoir la fermentation à base de levure. Une partie de l’atelier est dédiée à cette nouvelle production car, en revanche, « il y a des bactéries utilisées pour le kombucha qui ne sont pas du tout compatibles avec la bière ! »

La Brasserie a également décidé de se lancer dans le conditionnement de sa bière en canettes pour une partie de sa production pour deux raisons : la pénurie de verre et le transport. « On s’est rendu compte, en faisant un calcul de l’empreinte carbone, que lors des livraisons à plus de 200 km, l’aluminium a une empreinte carbone moins importante que le verre. En effet, entre le poids et le fait que la température de fusion pour le verre est plus élevée que celle pour l’aluminium, c’est plus économe en carbone », explique Mathieu Lesenne.

En effet, si 80 % de la production part dans les Hauts-de-France (dont 50% pour le réseau de cafés, hôtels et restautants), le reste atterrit notamment dans le pays nantais. Une nouvelle machine de conditionnement a donc été acquise et ajoutée à l’atelier.

Stratégie RSE et projets

Dans la lignée de ces changements, la Brasserie du Pays flamand a également travaillé sa stratégie RSE (responsabilité sociétale des entreprises).

Dans un premier temps, l’entreprise souhaite améliorer son bilan carbone. Pour cela, deux points majeurs dont à modifier : l’emballage et le transport. Pour ce qui est de l’emballage, le passage à la canette fait partie du plan mais « (elle) aimerait aussi développer un système de consigne notamment en nouant un partenariat avec Oh la consigne. » Quant au transport, « on voit bien que dans le milieu, on est tous à proximité de cours d’eau. On se dit que peut-être, faire un maximum de kilomètres sur voie d’eau serait une bonne option. » Des panneaux solaires vont également être posés sur le toit de l’extension.

Autre idée : développer de l’orge qui se malte à une plus faible température afin de produire moins de CO2… « On aimerait aussi ouvrir un nouveau lieu de convivialité, vers les voies de chemin de fer à Merville, d’ici 2024. » Bref, à la Brasserie du Pays flamand, on ne manque pas d’idées. 

Eglantine Puel

Lire aussi : Houblon : Accompagner le développement d’une filière locale

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Découvrez le supplément élevage – Avril 2024

Numéro 360 : 12 avril 2024

3 questions à Quentin Blond,vétérinaire et président du Conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Hauts-de-France
  quentin blond, vétérinaire et président du conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Haut [...]
Lire la suite ...

Mettre en commun ses forces pour mieux fonctionner
Travailler en Coopérative d'utilisation des matériels agricoles peut favoriser le bien-être des éleveurs en leur lib [...]
Lire la suite ...

La traite, un moment clé à ne (surtout pas) négliger
La traite est un moment important de la journée, mais elle peut aussi s'avérer pénible, à la fois pour le trayeur et [...]
Lire la suite ...

Une charte pour le bien-être animal
Créée en 1999, la charte des bonnes pratiques d'élevage ne cesse de s'adapter aux demandes sociétales et réglementa [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires