Votre météo par ville

Publireportage : de la viande estampillée “Saveurs en’Or”

25-11-2021

Actualité

Transformation

Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l’Avesnois, vend sur le marché de la restauration hors foyer des morceaux de bœuf, veau et porc estampillés « Saveurs en’Or » pour satisfaire la demande en produits locaux.

Yves Carpentier, directeur de Cévinor et de sa filiale Agriviandes, vend environ deux tonnes de viande labélisée Saveurs en’Or chaque semaine. © L.D.

Activité distincte de Cévinor, Agriviandes transforme, découpe et conditionne la viande en gros volumes. En effet, la filiale de la coopérative de l’Avesnois fournit une partie du marché de la restauration hors foyer de la région : cantines d’écoles, de maisons de retraite, d’hôpitaux, grossistes, traiteurs, etc. La viande fraîche est découpée et conditionnée au cœur de l’Avesnois à Haut-Lieu (59). Une trentaine d’employés œuvrent au fil des commandes.

Lors de la création d’Agriviandes en 2009, l’idée d’intégrer le signe de qualité Saveurs en’Or a fait l’unanimité. « Nous travaillons avec des clients de la région qui souhaitent cuisiner des produits locaux, explique Yves Carpentier, directeur du groupe. Grâce à ce label, la traçabilité des viandes que nous commercialisons est assurée. » De plus, avec cette distinction, la société Agriviandes n’a pas eu besoin de démontrer la provenance locale de ses produits auprès des clients. Le logo de Saveurs en’Or permet également d’être plus visible auprès des potentiels clients.

2,5 T de viande par semaine

Pour prétendre au label Saveurs en’Or, les animaux doivent être élevés, abattus et transformés dans les Hauts-de-France. C’est ici le cas puisque les animaux sont abattus chez Bigard à Feignies et transformés à Haut-Lieu. « Chez Agriviandes, pour la viande bovine, nous vendons uniquement des produits issus de races à viande, précise le directeur. On sait que les animaux ont pâturé une bonne partie de l’année et que les éleveurs sont quasiment autonomes du point de vue de l’alimentation. Ça assure la qualité du produit et le bien-être des animaux. »

Ainsi, chaque semaine, 2 à 2,5 tonnes de viande labellisée quittent l’atelier de transformation d’Agriviandes. La société compte environ 200 clients principalement situés dans le Nord-Pas de Calais et l’Aisne, dont une centaine d’établissements scolaires. La labellisation concerne la viande bovine mais aussi porcine.

Valeur ajoutée à la coop

Grâce à cette certification de qualité, le directeur l’assure, « cela nous permet de valoriser les animaux auprès de nos adhérents car la valeur ajoutée est répartie tout au long de la chaîne ». Et cela sans surcoût. « Certes, il y a un coût à l’adhésion mais cela permet d’avoir une marque ombrelle, connue, animée et promotionnée. C’est un vrai plus. »

D’autant plus qu’Agriviandes évolue dans un contexte favorable. C’est un marché en plein essor avec la loi Egalim. Celle-ci encourage l’approvisionnement local des cantines. « Notre démarche de proximité est attendue en partie pour les lieux de restauration collective, c’est un axe de développement profitable à nos sociétaires. »

Une marque qui correspond au terroir… oui, mais des Hauts-de-France. « Une partie de nos éleveurs se situent dans les Ardennes, or cette viande ne peut pas être valorisée sous ce label », précise le directeur. Toutefois, cela représente 10 % des approvisionnements de la coopérative.

D’autres labels, d’autres filiales Agriviandes, filiale de la coopérative Cévinor, dispose d’autres labels dans son catalogue. Parmi eux, il y a la viande certifiée agriculture biologique. Chaque semaine, c’est environ une tonne de viande ainsi certifiée qui est vendue. Il y a aussi la certification Label rouge. Pour une partie des bovins, les adhérents de la coopérative peuvent élever leurs animaux sous le cahier des charges Label rouge. Cela leur permet une meilleure rémunération pour une viande de meilleure qualité. Mais Agriviandes n’est pas la seule filiale de Cévinor puisque la coopérative possède également sept magasins « Boucheries du bocage ». Là, elle vend la viande sélectionnée par les chevilleurs de Cévinor.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires