Votre météo par ville

Un changement climatique à haut risque pour le colza

08-10-2020

Actualité

Culture

Hausse des températures, précipitations inégalement réparties, baisse des rendements, ce sera le lot des producteurs de colza dans les prochaines années. Une adaptation des moyens de luttes contre les bioagresseurs est nécessaire afin de la garder dans les rotations.

colza ©Pixabay
Face au réchauffement climatique, il est difficile de connaître le comportement des bioagresseur du colza. ©Pixabay

Des périodes de sec ou de pluie plus longues, l’inégale répartition des précipitations dans le temps et sur le territoire, une hausse des températures… C’est ce qui nous attend pour les prochaines années. Des conditions modifiées qui vont toucher les bioagresseurs. Difficile de prévoir ce qui se passera dans un contexte aussi changeant mais l’institut technique des oléoprotéagineux, Terres Inovia, y travaille.

Pour les maladies, on ne peut pas prédire l’incidence de l’humidité sur le développement des champignons et des virus“, reconnaît Aurore Baillet, ingénieure développement chez Terres Inovia. Pour le Phoma, en France, les automnes doux et secs pourront retarder la contamination. Ce serait donc plutôt positif. “Pour la sclérotinia, avec un développement plus précoce, les émissions de spores seront peut-être plus en concordance avec la floraison de plante“, explique l’ingénieure.

Toutefois, il y a peu d’études sur les taux d’humidité prévus dans les prochaines décennies. Quant à la verticilliose et l’alternaria, il est difficile de se prononcer. Le climat actuel sera sûrement plus favorable à leur développement. L’ingénieure tient tout de même à rappeler, “nous ne savons pas comment vont s’adapter les maladies, ni si l’apparition de nouvelles créera de nouveaux dégâts.

Comportement des insectes inconnu

Du côté des insectes ravageurs, il est aussi difficile de prédire l’avenir. “Toutefois, avec des hivers doux, on peut penser qu’ils vont vivre plus longtemps“, note Aurore Baillet. S’ils sont présents plus longtemps, ils peuvent se reproduire davantage et donc attaquer en nombre la plante. Les conditions plus favorables aux insectes risquent de faire apparaître les larves plus tôt. “Les insectes auraient donc tendance à être davantage nuisibles, ajoute l’ingénieure. D’où l’importance d’avoir des moyens de lutte efficaces.” Les surfaces emblavées, les résistances et cycles de développement sont à maîtriser également.

À long terme, il est difficile de prévoir les conséquences d’un tel bouleversement. Cependant, certains leviers existent. “Il faudrait rendre la minéralisation des engrais plus efficiente, explique Aurore Baillet. Les améliorations variétales sont une des solutions pour obtenir une plante résistante au stress hydrique et thermique et également aux attaques des bioagresseurs.” En attendant, le levier principal est de trouver le cycle cultural qui corresponde au climat actuel : semer des variétés précoces tôt pour avoir de faibles besoins à la floraison ou l’inverse pour avoir une plus longue période de rayonnement. “Les améliorations génétiques restent les principaux axes de réponses aux adaptations face au changement climatique“, conclut Aurore Baillet.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires