Votre météo par ville

Un changement climatique à haut risque pour le colza

08-10-2020

Actualité

Culture

Hausse des températures, précipitations inégalement réparties, baisse des rendements, ce sera le lot des producteurs de colza dans les prochaines années. Une adaptation des moyens de luttes contre les bioagresseurs est nécessaire afin de la garder dans les rotations.

colza ©Pixabay
Face au réchauffement climatique, il est difficile de connaître le comportement des bioagresseur du colza. ©Pixabay

Des périodes de sec ou de pluie plus longues, l’inégale répartition des précipitations dans le temps et sur le territoire, une hausse des températures… C’est ce qui nous attend pour les prochaines années. Des conditions modifiées qui vont toucher les bioagresseurs. Difficile de prévoir ce qui se passera dans un contexte aussi changeant mais l’institut technique des oléoprotéagineux, Terres Inovia, y travaille.

Pour les maladies, on ne peut pas prédire l’incidence de l’humidité sur le développement des champignons et des virus“, reconnaît Aurore Baillet, ingénieure développement chez Terres Inovia. Pour le Phoma, en France, les automnes doux et secs pourront retarder la contamination. Ce serait donc plutôt positif. “Pour la sclérotinia, avec un développement plus précoce, les émissions de spores seront peut-être plus en concordance avec la floraison de plante“, explique l’ingénieure.

Toutefois, il y a peu d’études sur les taux d’humidité prévus dans les prochaines décennies. Quant à la verticilliose et l’alternaria, il est difficile de se prononcer. Le climat actuel sera sûrement plus favorable à leur développement. L’ingénieure tient tout de même à rappeler, “nous ne savons pas comment vont s’adapter les maladies, ni si l’apparition de nouvelles créera de nouveaux dégâts.

Comportement des insectes inconnu

Du côté des insectes ravageurs, il est aussi difficile de prédire l’avenir. “Toutefois, avec des hivers doux, on peut penser qu’ils vont vivre plus longtemps“, note Aurore Baillet. S’ils sont présents plus longtemps, ils peuvent se reproduire davantage et donc attaquer en nombre la plante. Les conditions plus favorables aux insectes risquent de faire apparaître les larves plus tôt. “Les insectes auraient donc tendance à être davantage nuisibles, ajoute l’ingénieure. D’où l’importance d’avoir des moyens de lutte efficaces.” Les surfaces emblavées, les résistances et cycles de développement sont à maîtriser également.

À long terme, il est difficile de prévoir les conséquences d’un tel bouleversement. Cependant, certains leviers existent. “Il faudrait rendre la minéralisation des engrais plus efficiente, explique Aurore Baillet. Les améliorations variétales sont une des solutions pour obtenir une plante résistante au stress hydrique et thermique et également aux attaques des bioagresseurs.” En attendant, le levier principal est de trouver le cycle cultural qui corresponde au climat actuel : semer des variétés précoces tôt pour avoir de faibles besoins à la floraison ou l’inverse pour avoir une plus longue période de rayonnement. “Les améliorations génétiques restent les principaux axes de réponses aux adaptations face au changement climatique“, conclut Aurore Baillet.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires